Eight Eight
Eight
Eight
 / 

À propos

Eight est un projet de publication compilant un certain nombre des réalisations de Danny Steve : dessins, sculptures, installations ou performances multimédia, bandes dessinées, textes. Cette pluralité de mediums est relative à la diversité des milieux fréquentés (alternatifs et institutionnels, savants et populaires, spectaculaires et dérisoires) et des points de vue adoptés (expérimentation personnelle ou dévotion familiale, défi impulsif ou patiente élaboration, collectif ou solitude, enfant ou ancêtre). Sont imbriquées entre elles les productions de l'auteur ainsi que les contributions littéraires d'Emmanuel Rabu et Laetitia Pavianni. L'autobiographie et la fiction s'y mêlent étroitement. De sorte que l'ag-glomérat de ces différents matériaux sous forme de livre constitue une monographie miroitante et un portrait générationnel en creux. L'anonymat unisexe de l'auteur, déper-sonnification aventureuse, offrira ici le moyen de pénétration et d'absorption d'une époque.
Cheval de Troie démantelé sous nos yeux, pluralité confiante, cohésion instable, amour offensif, Eight est aussi un manifeste - Happiness is a warm gun - qui rassemble des dessins, des bandes dessinées, des textes, des photographies de sculptures, d'ateliers, de projections vidéo, des croquis et des schémas. -

Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art

  • EAN

    9782849611531

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Longueur

    25.5 cm

  • Largeur

    18 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    400 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Danny Steve

Danny Steve naît dans les années 90 aux Beaux-Arts de Nantes. Enfant de la cyberculture et de l'underground, Danny passe son adolescence entre les scènes électro et l'océan, et atteint l'âge de raison avec une solide culture du divertissement. Ses premières publications, dans Ferraille magazine, sont des « remakes » de comix ou de feuilletons tv, retranscris avec une fidélité narquoise et une maladresse feinte. Esthétique du ratage que l'on retrouve dans « L'Homme Impossible » et « 10 Minutes des Feux de l'Amour ». Mais, sous son anonymat unisexe, DS joue la schizophrénie et multiplie les expérimentations graphiques et narratives. Après « Tu Danses ? » dont le dessin noir et blanc imite du poil bouclé pour traduire un monologue obsessionnel, l'album « Je T'Aime » est saturé de couleur, sans aucun noir ni blanc, et brode un conte onirique dans un style presque rococo. Ses récits sont parfois dépouillés jusqu'à la vacuité (« 10 Minutes de Sumo ») au profit du rythme, de la texture, du jeu de motifs, de références, de correspondances, avec un talent incontestable et un humour décalé bien personnel.

empty