Plus noire est la mûre Plus noire est la mûre
Plus noire est la mûre
Plus noire est la mûre
 / 

Plus noire est la mûre

Traduction FLORENCE CANICAVE  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

« Le drame de sa vie, c'était d'être trop noire », déclare le narrateur dès le début de ce roman percutant, qui s'attaque de front au préjugé portant sur la couleur de peau, à l'intérieur même de la race.
Emma Lou Morgan vit dans un monde de dédain et de honte, non pas parce que sa peau est noire, mais parce qu'elle est trop noire.
Personne, au sein de sa famille, parmi ses professeurs ou ses amis, n'offre la moindre parole de réconfort ni d'espoir à la jeune femme méprisée et rejetée. N'ayant rien à perdre, elle quitte à 18 ans son Idaho natal, à la recherche de l'amour et d'une forme de reconnaissance, au cours d'un périple qui la conduit jusqu'à la communauté légendaire de Harlem Renaissance.
L'une des oeuvres les plus lues et les plus controversées lors de sa parution en 1929, Plus noire est la mûre fut le premier roman à se pencher ouvertement sur le préjugé de couleur parmi les Américains noirs ; un phénomène souvent désigné sous le terme de « colorisme », parfois de « pigmentocratie ». Wallace Thurman y dépeint de façon saisissante l'atmosphère et l'esprit de son temps. Son portrait d'une jeune femme à la dérive au coeur de la ville constitue une réflexion toujours pertinente sur la recherche d'une identité raciale, sexuelle et culturelle.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782371270893

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    220 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

  • Poids

    342 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Wallace Henry Thurman

Voix détonante à cette époque d'enthousiasme et de formidable ambition
intellectuelle, de la part des « Papes » de la Renaissance Nègre tels W.E.B. Du
Bois ou Alan Locke, Wallace Henry Thurman (1902-1934) représente la
génération suivante, une relève plus polémique et provocatrice, qui entend
aborder tous les sujets, sans tabous. Plutôt que de décrire ce que la culture noire
devrait être, ils souhaitent décrire ce qu'elle est. Ils prétendent parler de
sexualité, même « déviante », d'alcool et de drogues, des femmes et de quêtes
d'identité profondément individuelles.
Rédacteur en chef dans différentes revues, Thurman libère une parole plus
/> radicale. Les noms de quelques-uns de ses amis et proches collaborateurs en
sont une belle illustration : Arna Bontemps, Countee Cullen, Aaron Douglas,
Langston Hughes, Zora Neale Hurston, Richard Bruce Nugent, Claude McKay, etc.
Prisonnier d'un sentiment de fatalisme, d'échec personnel et de haine de soi,
Wallace Thurman meurt à 32 ans, d'une tuberculose que beaucoup pensent
aggravée par son long combat avec l'alcoolisme.

empty