Philippe Forest, la littérature à contretemps
 / 

Philippe Forest, la littérature à contretemps

À propos

Philippe Forest perd sa fille unique, Pauline, d'un cancer à l'âge de quatre ans. Alors universitaire, critique littéraire et critique d'art, spécialiste de littérature comparée et des avant-gardes françaises, et selon son propre aveu sans désir de roman, c'est pourtant sur ce terrain qu'il s'engage pour surmonter le cataclysme du deuil. Se décrivant en position de veuf inconsolable (car il n'y a pas de mot, dans la langue, pour dire celui ou celle qui perd son enfant), il construit une oeuvre romanesque qui suit pas à pas sa propre vie : L'enfant éternel, Toute la nuit, Sarinagara, Le nouvel amour, Le siècle des nuages. Dans la mémoire des oeuvres de Roland Barthes, Victor Hugo, Stéphane Mallarmé, James Barrie, William Faulkner, William Shakespeare, Fiodor Dostoïevski et encore Kobayashi Issa, Natsume Sôseki, Kenzaburô Ôé, il interroge sans relâche le " désastre d'exister " qui nous contraint à vivre - à aimer - dans la conscience de la mort.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire > Autobiographie / Mémoires / Journal intime

  • EAN

    9782350183282

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    432 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    13 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Maïté Snauwaert

Maïté Snauwaert est professeure adjointe à l'Université de l'Alberta au Canada. Elle a coordonné le numéro du magazine culturel Spirale consacré au trentième anniversaire de la disparition de Roland Barthes : « Barthes écrivain » (232, 2010) et le numéro spécial « Marguerite Duras : L'image critique » de la revue Dalhousie French Studies (95, 2011). Spécialiste de littérature française contemporaine, elle a dirigé deux numéros de revue en collaboration : « Responsabilités de la littérature : vers une éthique de l'expérience » pour la revue Études françaises (46, 1, 2010), et « Filer (Sophie Calle) » avec une contribution visuelle de l'artiste pour la revue Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques (7, 2006). Elle est l'auteure de fictions parues dans les revues Tessera, Contre-jour et XYZ. La Revue de la nouvelle à Montréal.

empty