Le temps des derniers hommes - le devenir de la population dans les societes modernes (IMPRESSION A LA DEMANDE)

À propos

Une certaine rhétorique tend à présenter la crise démographique des pays occidentaux comme la " fin de l'homme blanc " tout prêt à être submergé par les barbares immigrés venus du tiers-monde.
En réalité, le prolongement des courbes actuelles montre que la crise européenne n'est que le prélude à une crise mondiale, où les différents pays entrent les uns après les autres. C'est à terme la survie de l'humanité qui est en question. Les causes de la baisse des naissances sont complexes : ni la contraception moderne, ni le travail des femmes, ni la crise économique, ni l'individualisme ambiant - raisons communément avancées - ne l'expliquent à eux seuls.
Les sociétés modernes ont mis en place toute une série de mécanismes (division du travail, salariat, systèmes de retraite...) dont elles ne maîtrisent pas les effets pervers comme la dénatalité qui va souvent à l'inverse des vraies aspirations des femmes. Pour corriger ces effets pervers, il est vain de rêver à un retour aux équilibres démographiques " naturels " du passé : il faut ajouter l'artifice à l'artifice.
C'est là le sens des politiques dites familiales, efficaces quand elles sont suffisamment résolues. Encore faut-il que l'homme veuille sa propre survie.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités

  • EAN

    9782012355491

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    22.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Poids

    340 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Roland Hureaux

Normalien et énarque, Roland Hureaux a été membre des cabinets de Philippe
Séguin et Édouard Balladur et professeur associé à l'Institut d'études politiques de
Toulouse. Agrégé d'histoire, il a publié différents essais touchant à la politique et à
l'histoire, inspirés à la fois par sa connaissance de l'histoire et une large expérience
administrative, diplomatique et politique. Il est membre du comité scientifique de la
Fondation Charles de Gaulle. Il est également chroniqueur associé à Marianne 2.

empty