• REVUE DU CRIEUR n.20 ; immunité partout, humanité nulle part !

    Revue Du Crieur

    • La decouverte
    • 31 Mars 2022

    Mediapart et La Découverte se sont associés pour créer une revue ambitieuse et novatrice destinée à un large lectorat. Si son nom sonne comme une évidence - les deux maisons ont un crieur de journaux pour logo -, sa ligne s'impose par leurs forces complémentaires : le journalisme d'investigation et l'édition d'idées engagée.

    Qu'est-ce qu'être vivant ? En ces temps de pandémie mondiale et de démagogie électorale, il est urgent de déconfiner nos espaces mentaux. C'est à cet effort que nous invite le romancier Alain Damasio en ouverture du vingtième numéro du Crieur. Être vivant, écrit-il, c'est se confronter à ce qui n'est pas soi, être traversé par l'altérité. Extirpons-nous de l'obsession immunitaire qui délite les liens, détruit les collectifs et mine notre humanité.
    Regarder le monde autrement qu'à travers le prisme nationaliste et masculiniste ? Une expérience à laquelle Michel Sardou a échappé, constatent Solène Brun et Claire Cosquer dans un portrait consacré au chanteur, idole des milieux conservateurs depuis des décennies et chantre de la lutte contre la « bien-pensance ». L'écrivain Mario Vargas Llosa, récemment élu à l'Académie française, aura lui aussi été épargné par les tentations progressistes. Le parcours du prix Nobel péruvien, retracé par Ludovic Lamant, est marqué par un soutien sans failles à la droite dure latino-américaine et espagnole. Changer le monde fut en revanche le rêve de Charles Piaget, le syndicaliste de Lip, autour duquel une coalition militante hétéroclite s'agrégea en 1974 dans l'espoir d'en faire un candidat à l'élection présidentielle. Un épisode éphémère raconté par Théo Roumier, qui pose la question du débouché politique des luttes sociales et de la construction d'une alternative anticapitaliste.
    Voir le monde différemment suppose aussi de sortir de chez soi, de se déplacer. C'est ce que propose Soline Nivet que nous accompagnons dans ses déambulations parisiennes à la découverte des multiples opérations immobilières lancées par Xavier Niel, le fondateur Free. Que révèle l'emprise croissante du géant des télécoms sur nos paysages urbains ? Antoine Pecqueur, pour sa part, s'est rendu à Karthoum, à la rencontre des street artistes en lutte contre la junte militaire au pouvoir au Soudan. Protestations populaires également dans l'ancien « pré carré » français en Afrique où ce qu'on qualifie trop rapidement de « sentiment antifrançais » cache en réalité un mouvement politique qui vient de loin, expliquent Fanny Pigeaud et Ndongo Samba Sylla : la révolte contre la Françafrique.
    Au sommaire enfin, Élodie Serna mène une passionnante réflexion sur la contraception au masculin. Face au désintérêt des hommes et aux craintes des femmes, faut-il enterrer une bonne fois pour toutes ces moyens de contraception qui peinent à émerger ? Gageons plutôt que la contraception des hommes pourrait constituer un véritable enjeu des luttes féministes.

  • Méga-gâchis

    Martin Blachier

    • Cerf
    • 10 Mars 2022

    Dans ce document choc, le plus médiatique des médecins, invité sur tous les plateaux télé, dévoile les vérités cachées sur la crise de la Covid, livre le récit de son combat contre la technocratie et lance l'alerte sur les dérives de notre démocratie.


    Si on avait écouté Martin Blachier, ses modélisations et ses prévisions, nous aurions anticipé les vagues et les variants, limité les confinements à répétition, accéléré les vaccinodromes et les autotests, contenu le désastre économique, politique et psychologique des milliards partis en fumée, des dépressions collectives, des doutes et des fureurs de tous bords.


    Mais, pour masquer leur incompétence et leur impuissance, pour couvrir leurs indécisions et leurs erreurs, pour poursuivre leur confiscation du pouvoir, les ministères et les agences, les administrations et les corporations ont tout fait pour le bâillonner. Et ce n'est que grâce aux médias qu'il a pu briser l'omerta des institutions.


    Des manoeuvres secrètes des apparatchiks aux consultations clandestines des dirigeants, Martin Blachier révèle ici les rouages et les coulisses d'un pays qui tue son talent.


    À lire absolument pour ne pas répéter, demain, le méga-gâchis français.

  • L'an zéro du tourisme : penser l'avenir après la Grande Pandémie Nouv.

    L'an zéro du tourisme : penser l'avenir après la Grande Pandémie

    ,

    • Editions de l'aube
    • 3 Juin 2022

    «?La pandémie nous a enfermés chez nous. À la ville comme à la campagne, en France comme partout dans le monde. La société des voyages et du tourisme, de la culture, des loisirs, même, a été comme suspendue au-dessus d'un vide immense. Et après?? Nul ne savait. Allions-nous encore parler de surtourisme, de pollution aérienne, de voyages lointains, de théâtres et de festivals?? Ou allions-nous garder les habitudes acquises de cet espace-temps arrêté?? Promenades de proximité, consommation de séries innombrables, repli sur le couple et la maison, télétravail, jardinage et animaux domestiques?? Ce livre pose ces questions et esquisse des solutions. Car après un tel choc, un tel temps de réflexion, ne peut-on remettre nos désirs de voyage en route, mais régénérés, renforcés, renouvelés?? Les auteurs de ce livre se sont nourris de leurs expériences propres mais aussi d'un grand colloque international à Nantes, qui fut très riche pour ouvrir des pistes et dessiner des projets. Et si nous faisions de ce dérèglement mondial oeuvre créatrice???» Jean Blaise, directeur du Voyage à Nantes Jean Viard est sociologue, directeur de ­recherche associé au ­Cevipof-CNRS. David Medioni est fondateur d'Ernest et directeur de l'Observatoire des médias de la Fondation Jean-Jaurès.

  • À l'heure du grand torrent communicationnel, les informations semblent toutes se valoir et devoir être toutes soumises à caution. Ce qui fait le lit du complotisme contemporain, la forme la plus virulente, la plus massive de ce travers humain. Il a pris force désormais de religion. Son credo ? On nous cache la vérité.


    C'est en spécialiste des mouvements subversifs que Christophe Bourseiller nous raconte et nous explique l'origine et le développement de ce courant qui, grâce aux nouveaux médias, rassemble des millions d'individus de sensibilités politiques et de cultures différentes dans un même culte. Il en établit la généalogie, en dresse les portraits des grands acteurs, en analyse les récits primordiaux, en décrypte les mécanismes et les raisons du succès, en identifie, éclaire et critique les vrais dangers.


    Son actuelle prospérité est également le lieu d'un questionnement, à travers l'analyse de la pensée des principaux complotistes contemporains : John Robison, Nesta Webster, Myron Fagan, Milton William Cooper, Boyd Graves, ou Ernst Zündel.


    D'Augustin Barruel à Thierry Meyssan, des illuminati aux extraterrestres, de l'incendie du Reichstag au réchauffement climatique, et du 11 septembre au coronavirus, voici l'enquête sans précédent et le manuel de prévention contre l'autre grande pandémie planétaire.


    Terriblement actuel, diablement pertinent, hallucinatoirement passionnant.

  • Leur enfance a été meurtrie : rescapés d'une catastrophe, témoins de l'assassinat d'un proche, victimes de la perversité d'adultes, ils ont vécu l'une de ces tragédies qui font, un temps, la une des médias. Le silence est aujourd'hui retombé sur leur histoire. Au cours de notre carrière de journalistes, nous nous sommes souvent demandé ce qu'étaient devenus ces garçons et ces filles. Nous avons voulu retrouver les adultes d'aujourd'hui pour retracer le chemin qu'ils ont parcouru avec ces souvenirs terribles au coeur. Comment ont-ils supporté la médiatisation et la judiciarisation du drame auquel ils ont été mêlés ? De quelle manière ont-ils repris le fil de leur existence ?

  • J'ai piscine : quatre tendances de la France heureuse

    Jean-Laurent Cassely

    • Editions de l'aube
    • 7 Avril 2022

    Et s'il existait une France heureuse des villes moyennes et des villages, vivant sans souci des polémiques parisiennes ou des sombres bruits du monde, goûtant ce qui est lent, authentique, petit et proche, ne se mêlant de politique que lorsqu'elle est locale ?
    Et s'il existait aussi une France métropolitaine d'abord soucieuse d'accomplissement personnel et de bien-être, peuplée d'individus jaugeant la réussite à l'aune de critères neufs, à la recherche de liens inédits et de sens ? Après avoir longtemps été situé dans la France profonde, le pouls de notre pays ne bat-il pas à présent, dans nos métropoles et nos campagnes, au rythme de cette France heureuse ?

  • Le cannabis

    Ivana Obradovic

    • La decouverte
    • 31 Mars 2022

    Le cannabis est un objet de controverses récurrentes, souvent éloignées des données scientifiques. Cet ouvrage offre un état des savoirs, international et pluridisciplinaire, rendant compte de la complexité du sujet.
    Que sait-on aujourd'hui du cannabis ? Quels en sont les propriétés et les usages ? Comment les marchés se structurent-ils ? Quelles sont les politiques publiques développées à l'égard de ce produit, classé comme stupéfiant par le droit international, consommé par 190 millions de personnes dans le monde et désormais légalisé dans certains États ? Quels sont les premiers résultats des expériences de légalisation ? Le cannabis se prête à des appropriations de plus en plus variées : substance psychoactive utilisée comme drogue, mais aussi produit agricole, matériau industriel, adjuvant cosmétique, voire médicament. Ce livre donne à comprendre la diversification des usages et des marchés du cannabis, et les enjeux de leur régulation par les pouvoirs publics.

  • Au-delà de l'affaire de la chloroquine

    Didier Raoult

    • Michel lafon
    • 14 Octobre 2021

    Ne vous y trompez pas : ce livre, certes inspiré par l'affaire de la chloroquine, qui a valu au Pr Raoult des attaques d'une violence inouïe, va beaucoup plus loin dans la description des dérives de notre gestion sanitaire.
    On le sait, malgré un succès spectaculaire dans le traitement de la Covid-19 à l'IHU de Marseille et une innocuité prouvée depuis longtemps, la chloroquine a fini par être interdite au profit du Remdesivir, pourtant pas dénué de dangers, mais qui présentait un avantage certain : contrairement à sa concurrente, médicament générique donc pas cher, il n'était pas tombé dans le domaine public, et sa distribution internationale a permis au laboratoire qui le produit de réaliser des bénéfices astronomiques.
    Et ce n'est pas une exception ! Des centaines de vieux remèdes efficaces et sans réactions dommageables disparaissent en faveur de nouveaux produits qui n'ont pas toujours fait l'objet de tous les contrôles nécessaires.
    Ce livre dénonce dans le détail les procédés douteux qui assurent le « lancement » des nouveautés pharmaceutiques. Journalistes scientifiques achetés pour en faire la promotion, médecins « financés » pour les prescrire, médias « incités » à démolir un produit concurrent... Et, en matière de contrôle, des études parfois faussées par des liens d'intérêt (financiers, culturels ou relevant de toute autre dépendance), des essais cliniques imparfaits ou tronqués... Sans compter les responsables des instituts de recherche et de médecine, corrompus, eux, par leur ego ou leurs haines personnelles, qui distribuent leurs faveurs ou leurs condamnations comme des ukases sans appel.

  • Les mèmes, ces images ou séquences d'images fixes ou animées, transformées et détournées, inondent le web et nos messageries. Personne n'y échappe. Ils circulent sur Internet, à la portée de tout un chacun, pour nous faire rire, pour critiquer ou donner à penser.
    Parfois regardée avec mépris, cette nouvelle manifestation de la pop culture recèle un monde complexe, qu'il faut pénétrer pour en saisir toute la richesse. Car si les mèmes sont des formes humoristiques, ils disent beaucoup sur le monde, l'actualité et sur nous-mêmes. Pas seulement pour se moquer, mais aussi pour dénoncer, pour soutenir une cause ou, tout simplement, exprimer nos peurs, comme on l'a vu pendant la pandémie.
    Populaire, proliférante et massive, la culture du mème méritait un décryptage. Avec son regard de sémiologue, François Jost en décortique la mécanique, nous en révèle les ressorts, les usages et leurs rôles social et politique.
    Une excursion passionnante dans notre quotidien numérique.

  • La doxa du Covid

    Laurent Mucchielli

    • Eoliennes
    • 17 Janvier 2022

    Le monde vit depuis février 2020 une crise sans précédent. L'explication officielle en est l'émergence d'un virus extrêmement dangereux provoquant une pandémie devant laquelle les gouvernements n'auraient pas eu d'autre choix que de confiner la totalité des populations en attendant qu'un vaccin nous délivre tous.
    Au terme d'une enquête qui a rassemblé les compétences d'une cinquantaine de chercheurs et de médecins, l'auteur de ce livre conteste cette version de l'histoire. Il montre que le virus n'est pas en soi si redoutable, que des traitements précoces existent et sauvent des vies, que les confinements font beaucoup plus de mal que de bien aux sociétés, et que les nouveaux "vaccins" fabriqués en urgence sont des produits peu efficaces et parfois dangereux, destinés prioritairement à faire la fortune de leurs fabricants.
    Cette enquête, indépendante, dérangera. Elle montre que les industries pharmaceutiques organisent depuis des années une corruption méthodique, que des fondations privées comme celle de Bill Gates exercent une influence majeure sur les politiques mondiales de santé, que les géants du numérique (Google, Facebook.) perfectionnent le contrôle de nos pensées, que les responsables politiques sont totalement dépassés et parfois complices, que les journalistes ont perdu tant leur indépendance que leur capacité d'informer, tout cela menant à des politiques qui piétinent nombre de libertés et droits fondamentaux et créent de nouvelles discriminations, mettant ainsi à mal la démocratie.

  • Comment ça matche : une sociologie de l'appariement Nouv.

    Comment ça matche : une sociologie de l'appariement

    ,

    • Presses de sciences po
    • 3 Juin 2022

    Dans notre monde, des algorithmes proposent, selon la règle d'optimalité à l'oeuvre, la paire la mieux ajustée possible, entre des personnes à la recherche de relations amoureuses utilisant des applications de rencontre, ou entre des personnes et des logements HLM, des traitements médicaux, des emplois ou encore des formations via la plateforme Parcoursup. Les enjeux résultant de ces processus d'appariement, de matching sont majeurs : moments de bifurcation qui façonnent les trajectoires individuelles, ils constituent une nouvelle manière d'allouer des ressources et de structurer les inégalités.
    Cet ouvrage étudie ces processus sociaux afin d'éclairer leur fonctionnement et de comprendre leurs implications sociales et politiques.

  • Le rire : enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions

    Laure Flandrin

    • La decouverte
    • 4 Novembre 2021

    Le rire est un signe anthropologique qui semble relever d'un universalisme évident. Mais pourquoi rions-nous ? En quoi les mécanismes du rire sont-ils susceptibles d'être éclairés par les sciences sociales ? Longtemps chasse gardée de certaines disciplines (théologie, philosophie, littérature, psychanalyse), le rire s'est désormais ouvert à la sociologie et fait ici l'objet d'une enquête sur la réception des arts comiques conduite à hauteur de rieur.
    Qu'exprimons-nous de nous-mêmes, de nos expériences sociales, de nos relations aux autres et de nos opinions culturelles dans la déflagration instantanée du rire ? Ce livre propose d'explorer les expériences fondamentales du monde social qui nous constituent comme rieurs (l'apprentissage de la bipédie et du maintien corporel, l'ajustement au milieu technique, l'affectation par les pouvoirs, le passage des frontières sociales, etc.) et ambitionne de poser un cadre général de compréhension du rire. Ce dernier apparaît ainsi à la fois comme une manière de reconnaître des expériences du passé sur un mode autoparodique, un acte identitaire de catégorisation qui prend appui sur les fractures les plus dures du mode social, et une stratégie de distinction culturelle à l'intérieur du domaine comique où tout ne se vaut pas.

  • Libérez les mathématiques !

    Paul Lockhart

    • Flammarion
    • 21 Octobre 2020

    « Rien ne relève plus du rêve et de la poésie, rien n'est aussi radical, subversif et psychédélique que la mathématique... » Dans cet essai engagé, aussi drôle qu'instructif, Paul Lockhart se désole de la manière dont les mathématiques sont enseignées aux élèves et perçues par le grand public. Tout en dénonçant avec vigueur les manquements de l'école, cet amoureux des maths partage sa vision passionnée de cette « aventure de l'imagination ». Un livre savoureux qui nous fait (re)découvrir cette discipline joyeuse, exaltante et accessible à tous !

  • Alors que l'existence de comportements sexistes graves est dénoncée au sein de certaines maisons d'édition et que la diversité n'est pas forcément au rendez-vous dans les professions du livre, il est possible de s'interroger : le monde du livre et de l'écrit est-il inclusif ? En favorisant volontairement une pluralité d'approches sur la question de l'inclusion, cet ouvrage essaye de rendre compte d'un phénomène multiforme. Ainsi, que ce soit par le biais du féminisme, de l'autochtonie, du mouvement LGBT ou en considérant les « sans paroles » du monde de l'écrit, les auteur·e·s s'interrogent sur la réalité de la discrimination et sur la capacité inclusive de l'édition et de la presse. Au-delà des constats, ils proposent des exemples constructifs ; souvent sans volonté de polémiquer ou de faire table rase de l'existant, des professionnels combattent au quotidien les discriminations et favorisent l'expression d'une diversité réelle.

  • Sociologue et philosophe majeur, Wolfgang Sofsky analysait il y a dix ans, dans son livre Verteidigung des Privaten : Eine Streitschrift, les pratiques de surveillance de notre époque, et plus encore les motivations de ceux qui les mettent en place. Il y voyait une menace réelle et immédiate contre la liberté des citoyens, y compris dans les démocraties qui semblent les plus solides.
    Ce qu'il décrivait comme des mesures d'anticipation il y a plus de dix ans, semblent devenues aujourd'hui une réalité. Dans cette nouvelle édition, où l'auteur a réécrit l'ensemble du premier chapitre et l'épilogue, il analyse brillamment les problèmes posés par la responsabilité individuelle et la surveillance collective dans une société envahie par la collecte de données que permettent les avancées technologiques. Dans un dernier chapitre, il s'interroge avec prudence sur la manière dont l'épidémie de covid a influé la surveillance exercée par l'État.

  • Socialter n.51 ; l'écologie recrute !

    Collectif

    • Socialter
    • 6 Avril 2022

    Derrière les grandes injonctions de l'écologie technocratique - « transition », « décarbonation », « compensation », « résilience » se cache souvent un mépris latent, ou du moins ressenti comme tel par les salariés et travailleurs du bâtiment, de l'énergie, de l'agriculture, de l'automobile et de l'aéronautique, ultimes maillons des industries dites « polluantes ». Dans tous ces secteurs, les boucliers se lèvent dès lors qu'il est question d'écologie, synonyme de dévalorisation, de reconversion à marche forcée, de fermetures d'usine et de chômage. Une politique écologique digne de ce nom a pourtant pour vocation de donner du travail à tous : revalorisation et création de nouveaux métiers, garantie d'emploi, meilleur partage du temps de travail, relocalisation... Non seulement l'écologie recrute, mais elle est aussi la promesse que chacun puisse occuper un emploi digne et utile.

  • L'empire des croyances

    Gérald Bronner

    • Puf
    • 5 Septembre 2018

    Comment comprendre les métamorphoses et les formes actuelles de la croyance ?
    Pourquoi certaines croyances se diffusent-elles rapidement dans l'opinion publique et d'autres non ? Quels sont les contextes sociaux qui favorisent l'émergence des croyances ?
    Ce livre propose plusieurs réponses à partir de divers exemples décrivant les logiques qui sous-tendent nos adhésions cognitives et les phénomènes collectifs qui les favorisent. L'ouvrage théorise également l'idée que l'empire des croyances se distingue en grande partie de la déraison.

  • La fabrique des émotions

    Louis Quéré

    • Puf
    • 8 Septembre 2021

    Notre manière d'interpréter les affects paraîtrait étrange à quelqu'un d'une autre époque ou d'une autre culture. L'accent est désormais mis sur leur caractère d'expériences subjectives, auxquelles les personnes sont censées avoir un accès privé, direct et privilégié. Cette interprétation est en partie due à la relocalisation des sentiments, à l'époque moderne, dans l'intériorité du moi. La première partie du livre examine les différents problèmes posés par ce tournant internaliste, rappelant que les concepts psychologiques ne sont pas des noms pour des expériences subjectives. Pour soustraire les émotions à cette interprétation, il propose de les reconduire à l'action et de les replacer dans leur environnement et leurs situations. Il redéfinit également leur dimension cognitive en évitant de l'intellectualiser.
    La seconde partie est consacrée aux émotions collectives. Après avoir évoqué leur explication par la psychologie des foules de la fin du XIXe siècle, et sa critique par Émile Durkheim, Louis Quéré présente et interroge différentes approches actuelles du phénomène en philosophie, en psychologie sociale et en théorie des organisations. Pour éviter leurs présupposés problématiques, il esquisse une explication inspirée de l'anthropologie des rituels de Marcel Mauss.

  • Quelle est la dimension culturelle des inégalités ? Les sociétés de culture et d'éducation de masse demeurent des sociétés de classes, traversées par des inégalités qui mettent davantage en jeu la distribution des ressources de la diversité et de l'altérité culturelle que celles de la culture savante. Une attention particulière est prêtée au cas français. Il part du constat d'une certaine atténuation de l'expression des clivages de classes dans les styles de vie et les attitudes culturelles. Ces évolutions relèvent davantage d'une recomposition que d'une disparition des clivages de classes et de leur expression symbolique. La première partie du livre met en évidence l'impact général de la distribution des ressources culturelles sur les inégalités. La deuxième partie aborde les conséquences sociales et culturelles du mouvement d'expansion scolaire observé un peu partout dans le monde au cours du XXe siècle. La troisième partie expose les caractéristiques de la recomposition contemporaine des frontières culturelles entre les classes sociales. La quatrième et dernière partie porte sur les prolongements politiques de cette recomposition.

    Sur commande

  • Lettre à mon fils Charb

    Denise Charbonnier

    • Lattes
    • 21 Avril 2021

    Stéphane Charbonnier, dit Charb, est mort assassiné dans l'attentat de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.
    Pour la première fois, sa mère prend la parole. Elle se souvient de l'enfant qu'il fut. Du dessinateur passionné, farouchement attaché à la liberté d'expression, qui le paya de sa vie.
    Denise Charbonnier raconte, « du dedans », ce mois de janvier 2015, les années qui ont suivi jusqu'au procès qui s'est tenu de septembre à décembre 2020. Elle ne cache pas sa colère contre les politiques qui n'ont pas pris la mesure du danger, ni contre la protection policière qui ne fut pas à la hauteur des menaces reçues.
    Le récit poignant d'une mère debout.

  • Sommes-nous condamnés à vivre dans des bulles et à déserter la réalité ? Fuite dans des mondes imaginaires, apologie de la vie domestique, explosion du marché du "bien-être" , bulles de filtres et pensée magique. Chaque jour, nous déployons un véritable arsenal de protections psychiques et physiques pour nous mettre à distance d'un monde qui nous oppresse : bienvenue dans la civilisation du cocon ! Un nouveau monde de l'entre-soi, sous perfusion de bien-être, en passe de nous transformer, petit à petit, en êtres hypersensibles et ne supportant plus le moindre frottement avec la réalité.
    Comment sommes-nous passés d'un idéal de la vie "intense" à celui d'un quotidien "subi" que nous préférons fuir, bien à l'abri derrière nos forteresses de coussins ? Et surtout, ces bulles sont-elles en train de remplacer, dans nos principales préoccupations, un safe-space commun qui semble aujourd'hui nous échapper : notre planète et celles et ceux qui l'habitent avec nous ? Ce livre invite à prendre conscience de ce repli généralisé et à éclater ces bulles de confort où l'on commence à suffoquer.

  • Rassemblée pour la première fois dans cet ouvrage dirigé par Whitney Battle-Baptiste et Britt Rusert, la collection entière de ces images colorées, riches de sens et d'inventivité, est enfin à la portée des imaginaires contemporains. Ces représentations ont non seulement influencées la manière dont l'auteur des Âmes du peuple noir envisageait lui-même la sociologie, mais sont également riches d'instruction pour ce que l'on appellerait aujourd'hui « la représentation graphique de données statistiques » à savoir la traduction de l'information dans un format visuel qui favorise l'accessibilité et la transmission des données, et génère, par l'acte même de faire voir, de nouvelles tendances et connaissances. Les représentation visuelles conçues par W.E.B. Du Bois témoignent autant une véritable culture visuelle que d'une volonté de rendre les statistiques socio-scientifiques accessibles aux communautés et aux personnes auprès desquelles ces mêmes données sont collectées.

    Sur commande

  • Sociologie des religions

    Jean-Paul Willaime

    • Que sais-je ?
    • 7 Avril 2021

    Les premiers sociologues, parce qu'ils s'interrogeaient sur la société moderne, ont été conduits à étudier les phénomènes religieux, en particulier les changements que la modernité impliquait pour la religion. Le regard sociologique sur l'univers religieux n'a cessé depuis de se renouveler et de s'enrichir.
    En dressant un tableau des diverses approches depuis Weber et Durkheim jusqu'aux questionnements les plus contemporains sur la sécularisation, les intégrismes et progressismes, etc., Jean-Paul Willaime montre que les religions sont des faits sociaux dont l'analyse permet de mieux comprendre les sociétés et leurs évolutions.

  • Multiculturalisme ; différence et démocratie

    Charles Taylor

    • Flammarion
    • 3 Avril 2019

    Une société démocratique doit traiter tous ses membres comme des égaux. Mais doit-elle admettre leurs différences pour permettre à leurs identités de s'exercer librement et de s'épanouir ? Jusqu'où peut-elle aller dans la reconnaissance de leurs spécificités ? Cette légitimation est-elle nécessaire à la dignité des individus ? Ces interrogations sont au coeur de la controverse sur le multiculturalisme.
    La réflexion historique et philosophique de Charles Taylor permet de mieux penser l'enjeu fondamental qu'est la demande de reconnaissance exprimée par tous les groupes - communautés religieuses, associations féministes, minorités culturelles, etc. - coexistant au sein d'un même État.
    Ce texte devenu classique pose une question cruciale : la démocratie, soucieuse de garantir les droits et le bien-être de ses citoyens, doit-elle privilégier une culture, celle qui la fonde, ou s'accommoder de toutes?

    Précédé d'un entretien inédit avec Michel Wieviorka. Commentaires d'Amy Gutmann, Steven C. Rockefeller, Michael Walzer et Susan Wolf.

    Sur commande

empty