D`Orbestier

  • Nantes, rue des orties

    Eusee Loudeac

    Dans le monde de la brocante opère un tueur en série, gardien impitoyable d'un lieu surréaliste, aussi étrange qu'envoûtant... Aurait-il choisi d'exercer son action sur le fameux marché aux puces de la place Viarme ? C'est ce qu'on pourrait penser si la nature étrange des « victimes » qu'on y découvre ne tendait à faire croire plutôt aux actes d'un mauvais plaisant. Mais le lieutenant Élisée Loudéac, de la brigade criminelle, policier atypique aux méthodes non conventionnelles, poète et rêveur, se persuade très vite que ces apparents canulars cachent une réalité sinistre.
    Il va enquêter, croiser divers personnages singuliers et découvrir le monde étrange de la brocante et de l'antiquité, assister à des scènes cocasses, pénétrer les arcanes d'un univers décalé, et découvrir successivement les corps d'individus morts dans des conditions ignobles. Il va aussi se laisser émouvoir par une jeune et jolie marchande de poupées anciennes surnommée Parenthèse.
    Quel but poursuit le tueur ? Choisit-il ses victimes au hasard ou suit-il un plan précis ? Face à l'assassin qui s'est institué l'esclave d'un homme singulier, génial et dément, ainsi que le gardien impitoyable d'un lieu ignoré, la Ville infinie, stupéfiante, surréaliste, les acteurs du drame vivront une conclusion dramatique née de la conjonction de la démesure, du dérisoire et de la folie.
    Brocanteur pendant quinze ans, Jean-Luc Russon ne pouvait éviter de restituer de larges pans de cet univers si particulier. Après plusieurs ouvrages sur le sujet et un détour par Le Chemin des douaniers, c'est encore sur un haut lieu de la profession, place Viarme, que l'auteur situe ce nouveau, étrange et envoûtant roman, Nantes, rue des Orties.

  • Sorties de route

    Bruno Cadillon

    Un homme ayant subi de cruelles tortures est retrouvé mort, la tête dans une baignoire. Latifa Gadsaïev, femme flic, provocatrice et libertine, dotée d'un humour incisif qui cache un profond traumatisme, participe à l'enquête.
    Règlement de compte, machination politique ? Un député véreux du sud de la France, un drogué paumé, un trafiquant bête noire du commissaire, sans compter un mystérieux et dangereux homme de main... Suspects, victimes, coupables et cadavres se multiplient. L'enquête recule.
    Au fil de l'action et de l'investigation, Latifa exhume une nouvelle énigme qui ravivera en elle sa soif inextinguible de réponses : la tragique sortie de route dans les montagnes alpines était-elle vraiment un accident ? À la fois fragile et solide, c'est l'enquêtrice elle-même qui détiendra la clé de l'imbroglio pour déverouiller le mystère de son propre passé.
    Scénariste, metteur en scène, formateur, comédien, Bruno Cadillon a joué sous la direction de R. Renucci, C. Anne, M. Vinaver, S. Lipszyc, C. Schaub, D. Marty, P. Vial et a tourné pour K. Kurosawa, L. Besson, R. Renucci, JM. Culiersi, D. Le Pêcheur... Il a mis en scène une trentaine de pièces, écrit pour le cinéma (Home sweet Home réalisé par D. Le Pêcheur en 2008), pour le théâtre (Le dernier songe de Shakespeare, La Cave, L'Adorée, Le Mystère Denis Papin, etc.) et a réalisé deux courts métrages. Formateur à l'Aria en Corse de 1999 à 2011, il anime depuis, régulièrement, des ateliers sur le jeu et la langue.
    Sorties de route est son premier roman.

  • Sur la route d'un Vendée Globe futur, Jason, l'un des skippers, disparaît dans l'Antarctique. Ses amis, autres navigateurs solitaires autour du monde, ont la certitude qu'il n'a pas fait naufrage mais qu'il a été intercepté, kidnappé, porté disparu dans le seul but de préserver un secret. Qu'aurait-il découvert de si important pour la planète ? Ont-ils raison ou n'est-ce qu'une illusion ?
    Pour retourner sur les lieux de la disparition, ils décident de créer une nouvelle course aussi forte qu'un tour du monde en solitaire, le Défi-Globe, qui partira de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sans dévoiler le double objectif de leur expédition : retrouver Jason et livrer ce secret au monde entier. Ils ont besoin de relais à terre et entraînent pour cela dans leur aventure Lola, journaliste aux Sables-d'Olonne, à la forte personnalité.
    La belle Chaumoise, en dépit des dangers et des morts suspectes autour d'elle, parviendra-t-elle à percer le mystère ? Le projet des navigateurs a des détracteurs. Ceux-là semblent capables d'utiliser tous les moyens d'intimidation pour le faire échouer, même le crime.
    Né sur les terres ouvrières du Nord-Picardie, Jean-François Marival est journaliste à Ouest-France depuis 1992 après avoir été reporter à la Voix du Nord et collaboré à L'Équipe, Le Monde, La Montagne, L'Union de Reims...
    Il a couvert deux éditions du Vendée Globe aux Sables-d'Olonne et connaît aussi bien le milieu de la presse régionale et nationale que celui des élus locaux, un petit monde souvent tout en façade, dont il s'amuse avec quelque insolence.
    Suspense, humour, tendresse dans la lumière de la côte vendéenne et l'ambiance des skippers de la course au large.
    Globe est le deuxième roman de Jean-François Marival.

  • On découvre, près de la Collégiale de Guérande, un cadavre réfrigéré curieusement fagoté. Une autre mort mystérieuse, une disparition inquiétante et la rumeur rend l'air irrespirable. Bientôt on soupçonne ses voisins, ses amis, ses parents.
    Qui se cache derrière le Crabe vert ?
    Quelle peut bien être la motivation de ce détraqué sanguinaire ?
    Il faudra à Jo Morel, journaliste de La Vigie, toute sa sagacité pour reconstituer ce puzzle machiavélique.
    Et la surprise sera de taille !
    Roger Coupannec vivait au Pouliguen au milieu de la Presqu'île guérandaise, entre mer et marais salants. Retraité de l'Éducation nationale, il a su mettre à profit quatre années de correspondant de presse, excellente école d'observation et de concision.
    Son héros, Jo Morel, n'est pas bavard mais quand il enquête pour son journal La Vigie rien ne l'arrête. À tel point qu'on l'a baptisé dans la région « le fouille-marais ».

  • Un peu partout entre Saint-Nazaire et Piriac-sur-Mer, un tag mystérieux apparaît : il représente un papillon à tête de mort. Bientôt plusieurs crimes se succèdent, tous signés du papillon mortel. Les victimes appartiennent à la bourgeoisie locale.
    La Presqu'île guérandaise est en émoi.
    On s'interroge.
    - Y avait-il dans leur passé des zones d'ombre ?
    - Assiste-t-on à des règlements de comptes des caïds du milieu nantais ?
    - S'agit-il d'un complot anarchiste ?
    - Est-ce une campagne terroriste internationale ?
    Jo Morel, le correspondant local de La Vigie est d'autant plus intrigué que la première victime est morte presque sous ses yeux. Sa curiosité tenace dérange encore.
    Roger Coupannec vivait au Pouliguen au milieu de la Presqu'île guérandaise, entre mer et marais salants. Retraité de l'Éducation nationale, il a su mettre à profit quatre années de correspondant de presse, excellente école d'observation et de concision.
    Son héros, Jo Morel, n'est pas bavard mais quand il enquête pour son journal La Vigie rien ne l'arrête. À tel point qu'on l'a baptisé dans la région « le fouille-marais ».

  • Le 9 février 1949, flottant dans les eaux bouillonnantes au fond du gouffre du Puits d'Enfer, près des Sables d'Olonne, on découvrit le corps d'un homme ligoté et bâillonné dans une malle d'osier. C'était le début d'une des plus célèbres affaires de l'après-guerre qui devait conduire les policiers depuis la côte de Vendée jusqu'à Paris où s'était déroulé le drame et où s'organisa l'enquête. Ponctuée de petites annonces sibyllines, de dénonciation anonyme, de filatures, d'interrogatoires musclés... Cette étonnante affaire policière fut dominée par la personnalité de la principale protagoniste, la gouvernante de la victime, femme perverse, éthéromane, froide calculatrice, mythomane et... criminelle.
    Ce drame de la frustration et de la cupidité connut un dénouement terrible aux assises de la Seine dont l'un des acteurs n'était autre que le célèbre avocat Maître René Floriot, et en présence de Henri-Georges Clouzot qui s'inspira des faits pour tourner son film culte Les Diaboliques.
    Ce récit historique romancé se lit comme un roman policier, plein de rebondissements et de suspense...
    Illustré de documents d'archives.
    Xavier Armange, intrigué par l'histoire de la gouvernante à la malle sanglante, a découvert, en fouillant dans les archives et en recueillant divers témoignages, une affaire étonnante, riche autant par la personnalité des acteurs que par l'intrigue policière. Il y avait là matière à une surprenante histoire.
    Xavier Armange a écrit et/ou illustré de nombreux livres publiés en France et à l'étranger.

  • De 1940 à 1945, Simenon a vécu en Vendée une période occultée par les soupçons et les ambiguïtés de la guerre. Cartes sur table, témoignages inédits et documents en main, Michel Carly, un des meilleurs spécialistes de Simenon, privilégie les faits, recrée la vie quotidienne, raconte une période d'existence essentielle pour cet écrivain majeur du XXe siècle. Le Simenon qui sortira de ces années ne sera plus le même : enfermement, nouvelle écriture, rupture de son couple, émotion de la paternité, moments noirs de l'épuration, ombre inquiétante du frère, désir de gagner une nouvelle vie en Amérique. Secrètes aussi les liaisons intimes, dès 1927, entre l'écrivain et cette Vendée que Simenon a tant aimée, tant de romans en témoignent. Le Fils Cardinaud, La Chambre bleue, Le Train, La Maison du juge, Les Vacances de Maigret, L'Inspecteur Cadavre, Maigret a peur, Vente à la bougie, Le Voyageur de la Toussaint, Lettre à mon juge, Une Confidence de Maigret empruntent leurs atmosphères aux séjours de l'écrivain à Vouvant, Fontenay-le-Comte, L'Aiguillon-sur-Mer, La Faute-sur-Mer, Saint-Mesmin-le-Vieux, Les Sables-d'Olonne. 

  • Chemin des douaniers

    Jean-Luc Russon

    Entre La Baule et Saint-Nazaire, le sentier côtier, ancien « chemin des douaniers » est bordé de propriétés encloses de hauts murs. Dans l'une de celles-ci vit en solitaire un certain Sauveur dont nul ne sait qu'il s'agit en fait du célèbre Sauvage, auteur de romans policiers à succès.
    Cet homme sur le déclin, peuplé de souvenirs douloureux et aux prises à des soucis de santé, peine à écrire son nouveau roman.
    De sa fenêtre, à la longue-vue, il découvre les rendez-vous secrets de sa belle voisine avec un homme dans une pêcherie au pied de la falaise. Un jour, il se rend compte que son voisin, Charles Denoirvêtu, observe lui aussi, sur le chemin des douaniers, le comportement pour le moins ambigu de son épouse. Et le mari disparaît...
    Il faudra au total quatre morts brutales pour que l'affaire se retrouve classée. Le vrai coupable échappera-t-il au châtiment et verra-t-il sa vie prendre un sens conforme à ses désirs ?
    Un grand roman criminel, une intrigue diaboliquement ficelée où la psychologie a autant d'importance que l'enquête, dans un décor atlantique de mer et de vacances avec, en arrière-plan, l'ambiance particulière des chantiers de Saint-Nazaire.
    Jean-Luc Russon est un spécialiste du travail du bois, de l'ébénisterie et des antiquités. Il se qualifie de « voleur d'instant » qu'il sait saisir avec justesse dans le viseur de son appareil photo ou à travers ses écrits sensibles et intuitifs. Il a publié plusieurs ouvrages de science-fiction, policiers et livres d'histoire.

  • Alors que l'été et les touristes sont bien arrivés sur la presqu'île guérandaise, un général retraité renommé est kidnappé. Le mystérieux Tribunal Révolutionnaire Républicain revendique l'enlèvement et menace de tuer l'otage. La population est sous le choc. Le ministre de la Justice dépêche sur les lieux une équipe d'enquêteurs aguerris. Mais enlèvements et exécutions s'enchaînent. Pourquoi ce TRR s'attaque-t-il à un guide spirituel, à un notaire, à un industriel et à un agent immobilier, tous honorablement connus ? Que signifient ces extraits musicaux laissés à proximité des corps ? Plaisanterie macabre ? Signature ? Les forces de l'ordre sont sous tension, le ministre exige que le dossier soit classé sans délai, la population doit retrouver son calme avant les élections toutes proches ! Le journaliste Jo Morel, aidé de son amie la commissaire Laurette Hennecat et de ses collègues du journal La Vigie, va devoir être perspicace et stratège pour réussir à percer le mystère.

  • L'affaire dauphin bleu

    Roger Coupannec

    Lors de son jogging quotidien autour des remparts de Guérande, Victor Gomez, journaliste de La Vigie, découvre le cadavre de l'épicier Dominique Abrantès, apprécié de tous. Quatre balles dans la poitrine, une allumette dans chaque oeil, un timbre collé sur le front, un morceau de gâteau dans la bouche et un étrange message composent la mise en scène macabre.
    Quatorze jours plus tard, Luigi Cittavecchia, libraire à Pornichet, est retrouvé mort dans des conditions similaires. Il semble malheureusement qu'il ne s'agisse là que des deux premières victimes d'une funeste série...
    Journalistes et policiers, menés par l'incontournable Jo Morel et l'obstiné Capitaine Marchadour, s'engagent dans une course contre la montre pour tenter de sauver les prochaines cibles. L'enquête piétine, les indices s'effondrent, à peine nés. L'affolement gagne, agité par un journal peu scrupuleux, tandis que les forces de l'ordre ne cessent de se renvoyer les responsabilités.
    Quel message le meurtrier cherche-t-il à faire passer ? Quel est le lien entre ses différentes cibles ? Existe-t-il un rapport entre cette affaire et celle d'un viol présumé, vieille de deux ans, remontée à la surface par le fouille-marais ?
    Suspects, cibles, victimes ou coupables ? Le temps leur est compté, mais qui doit-on vraiment sauver ?
    Roger Coupannec vivait au Pouliguen au milieu de la Presqu'île guérandaise, entre mer et marais salants. Retraité de l'Éducation nationale, il a su mettre à profit quatre années de correspondant de presse, excellente école d'observation et de concision.
    Son héros, Jo Morel, n'est pas bavard mais quand il enquête pour son journal La Vigie rien ne l'arrête. À tel point qu'on l'a baptisé dans la région « le fouille-marais ».

  • Une curieuse partie d'échecs se joue au coeur du triangle Guérande - La Baule - Le Croisic. Au bout du Chemin Noir, sur une saline désaffectée, un gendarme découvre un spectacle stupéfiant...
    Ce n'est que le début d'une incroyable affaire, semée de cadavres, dans les étranges paysages paludéens et le microcosme du Pays Blanc où les haines et les amitiés s'entremêlent dans une macabre partie d'échecs ; où croissent les appétits maffieux de promoteurs immobiliers et la folie meurtrière de sinistres personnages...
    Un suspense plein de rebondissements, d'ombres, mais aussi d'humanité où l'on retrouve des personnages attachants - le lieutenant de police Élisée Loudéac et sa jolie compagne Alizée - héros de Nantes, rue des Orties, le précédent roman policier de Jean-Luc Russon.
    Jean-Luc Russon se qualifie de « voleur d'instant » qu'il sait saisir avec justesse dans le viseur de son appareil photo ou à travers ses écrits sensibles et intuitifs qui le rendent très attentif aux comportements humains parfois obscurs et déroutants. Il a publié plusieurs ouvrages de science-fiction, policiers et livres de mémoire.
    Les Chemins noirs du Pays Blanc est son troisième roman policier publié aux éditions D'Orbestier.

  • 150 ans de meurtres inexpliqués... ou, quand les bourreaux, de pères en fils, deviennent serial killers. En exhumant les archives de la police de Nantes, un journaliste, passionné par l'histoire, met la main sur des dizaines de meurtres inexpliqués avec pour dénominateur commun une série d'assassinats qui s'étale sur près de cent cinquante ans. Comment les plus hautes autorités de la Justice n'ont-elles pas fait le lien entre ces affaires sordides en dépit des rapports secrets répétés et pressants de nombreux commissaires de police ? En mettant bout à bout ces « premiers éléments de l'enquête », et en croisant une multitude de crimes non élucidés, l'incroyable puzzle se reconstitue. L'étau se resserre autour d'une famille de serial killers ? Ce polar historique original est le premier que publie l'auteur. Il associe des anecdotes du passé - sous la forme d'une succession sibylline de rapports de police - à une intrigue criminelle qu'il poursuit jusqu'à nos jours avec une résolution finale. Chaque épisode se lit comme une passionnante nouvelle.

  • Alfred Jégado laisse derrière lui un bel héritage et la splendide villa guérandaise des Pierres Blanches. Yolande Belloir, fille de son grand ami, est désignée comme unique légataire à la seule condition qu'elle fasse des Pierres Blanches une agréable résidence qui accueillera des personnes âgées qu'il a lui-même préalablement choisies.
    Des retraités soixante-huitards vont donc s'y côtoyer et y refaire le monde. Avec la bénédiction de la propriétaire, ils vont envoyer promener les interdits en réglant quelques comptes sous la signature d'un chat facétieux.
    La population s'amuse des exploits de cet anarchiste moustachu jusqu'au jour où le Chat commence à avoir du sang sur les griffes... Qui a dérapé ? Jo Morel, journaliste de La Vigie, va mener l'enquête et resserrer son étau autour du mystérieux Chat sanguinaire...
    Roger Coupannec vivait au Pouliguen au milieu de la Presqu'île guérandaise, entre mer et marais salants. Retraité de l'Éducation nationale, il a su mettre à profit quatre années de correspondant de presse, excellente école d'observation et de concision.
    Son héros, Jo Morel, n'est pas bavard mais quand il enquête pour son journal La Vigie rien ne l'arrête. À tel point qu'on l'a baptisé dans la région « le fouille-marais ».

  • Requins

    Xavier Gardette

    Le capitalisme sauvage était à l'Ouest, la bureaucratie galopante à l'Est.
    C'était avant. Aujourd'hui, dans l'Europe de Bruxelles, on a les deux mon Général ! Belle réussite !
    C'est dans les interstices de ce système qui marche sur la tête qu'un cadre d'entreprise conçoit une belle arnaque. La Très Grande Hypocrisie de l'époque, l'emploi des seniors, va lui fournir une efficace pompe à fric. Plus juteux que les stock-options ou la retraite chapeau.
    Un portrait contemporain plein d'humour et de dérision où le sens de l'humain est remplacé par la cruauté des systèmes, dans l'atmosphère plombée des entreprises et dans les couloirs anonymes des grandes organisations qui se disent performantes. Là où nagent entre deux eaux des squales affamés aux dents qui déchirent. Là où on brasse du vent dans le jargon de la modernité. Là où chacun se protège, ne reculant devant aucune bassesse. Là où on drague, là où on brise.
    Détresse et crises de nerfs, sang, sueur, suspense et larmes...
    Les requins sont parmi nous.
    Xavier Gardette a pas mal roulé sa bosse en France et à l'étranger. Il a enseigné à l'université de Portsmouth avant de mener en Auvergne diverses missions au service de la formation des adultes.
    Lauréat de plusieurs prix, dont celui du concours des Nouvelles noires, il a déjà publié six romans, dont deux polars aux Éditions d'Orbestier.

  • Pandémonium

    Jean-Luc Russon

    Rentrant dans son pays, John Ewerett le trouve en état de siège. Les partisans de la Cause, un mouvement indépendantiste, ont reçu le renfort d'extrémistes ayant pris une partie de la population en otage. Un nommé Anderson lui offre de l'emmener dans les Hautes Terres à bord de sa Jeep. Ils échappent de justesse aux effets dévastateurs d'un tsunami qui ravage le littoral et fait des milliers de victimes. Les deux hommes trouvent refuge à Kilmain Castle, le château du comte Seamus. Débute un huis clos éprouvant qui voit se succéder mises en scène grand-guignolesque et meurtres sordides. À quelques kilomètres du château, les membres d'une secte, les Élus de l'Arche, viennent de plonger collectivement dans la folie parce que le tsunami, déluge avorté, n'a pas fait flotter l'arche qu'ils construisaient sous l'impulsion d'un mystérieux Prophète. Du côté opposé, les Indépendantistes et leurs alliés néonazis, dans d'anciennes galeries de mine, constituent une autre terrible menace...

  • Le scorpion vous veut du bien, refusez son amour et son dard vous sera fatal ! Qu'allait chercher Érika dans cette rave-party clandestine sur l'îlot des Évens, dans la baie du Pouliguen ? Quel secret attirait Margot sur la côte sauvage dans la grotte des Jumelles ? Qu'est-ce qui poussait Marjorie à se risquer sur les rochers accidentés bordant la plage Saint-Michel ? Au coeur de la presqu'île guérandaise, tel un scorpion, un assassin méthodique inocule son venin à de belles jeunes femmes esseulées. Est-ce un rite se référant à la « promenade à deux », la parade nuptiale du scorpion ? En pleine saison touristique, la population a peur. La gendarmerie et la police vont devoir s'allier pour tenter d'enrayer l'hécatombe. La clef de l'énigme se trouve-t-elle dans les faubourgs d'Orléans, sur la plage de La Baule ou sur celle de Cienfuegos à Cuba ? Jo Morel, journaliste à La Vigie, est désorienté, son entourage est victime de faits inquiétants. Qui que soit ce scorpion, son dard doit cesser de tuer !

  • Hors jeux

    Barnier

    « Les militaires bourrus qui gardent la patinoire olympique ont beau hurler, Marc Libot ne les entend pas. Sous la glace, son corps refroidit déjà. »
    Meurtres, rivalités et soif de pouvoir dans les coulisses des JO de Sotchi. Que cache l'écrin doré du parc olympique ? Les autorités russes vont tout faire pour enterrer l'affaire. C'était sans compter la ténacité et le flair de Viktor Andrepov, enquêteur privé franco-russe, engagé par le père du défunt. L'inspecteur, un intellectuel fin et frustré, retrace le parcours du jeune photographe à la recherche d'indices et de confidences. Il est aidé par Naxana, une journaliste russe belle et sensuelle au caractère affirmé.
    Dans quelles circonstances le jeune photographe français est-il mort ? Pur hasard, règlement de compte ou vile machination ? Dans cette atmosphère oppressante, les personnages vont chercher à sortir de l'engrenage mais ces Jeux olympiques sont l'oeuvre du leader Ratsine Vadim et rien ne doit gâcher la fête.
    Marc Libot et Viktor Andrepov se partagent la narration et alimentent le suspense tout au long de l'investigation ancrée dans une Russie contemporaine dévorée par un éternel désir de grandeur et entourée de zones d'obscurités.

  • Latifa Gadsaïev enquête sur une nouvelle énigme. Carole Rouillon, prostituée, décède en plein exercice de ses fonctions, victime d'une erreur de dosage d'insuline... Une erreur qui n'en est pas une !
    La découverte d'un deuxième cadavre, un poulet enfoncé dans la gorge, au domicile de la jeune femme, mène la police sur les traces d'Isadora, une femme impitoyable à la tête de l'étrange « gang des layettes », et de ses sous-fifres un peu particuliers : Rox, son impressionnant homme de main à la voix de fillette, et Rouky, son fidèle bras droit qui se prend pour un chien.
    Entourée de son équipe de bras cassés, néanmoins redoutables, Latifa découvrira une vérité surprenante. Meurtres, violence, enlèvements, usurpations d'identité, courses-poursuites effrénées : l'enquête promet d'être forte en émotions ! Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, c'est bien en enfer que vont se retrouver Latifa et ses comparses : dans un enfer oscillant entre folie douce et humour décapant, où les hommes se prennent quelquefois pour des chiens, des renards ou des blaireaux, où les tueurs psychopathes font les courses des petits vieux de leur quartier, un enfer où, si certains policiers peuvent paraître idiots, cela ne les empêche pas d'en dire beaucoup sur l'absurdité du monde.
    Scénariste, metteur en scène, formateur, comédien, Bruno Cadillon a joué sous la direction de K. Kurosawa, L. Besson, R. Renucci, M. Vinaver, S. Lipszyc, C. Schaub, D. Marty, JM. Culiersi, etc. On lui doit une trentaine de mises en scène, une dizaine de pièces de théâtre et deux courts métrages.
    La Véritable Histoire de Théodore Valbron, suite de Sorties de route, est son deuxième roman.

  • Ultime pandémie

    Marc Leréah

    Une organisation extrémiste s'associe à un chercheur anglais pour mettre au point en Afghanistan un virus porcin mortel... Quand Peter Older, chercheur britannique spécialiste des maladies animales transmissibles à l'homme, est mis sur la touche par son laboratoire, un seul mot lui traverse l'esprit : vengeance ! Le savant déjanté a déjà l'arme : des souches mutantes du virus H1-N1 transmissibles à l'homme par l'intermédiaire du porc. Il trouvera bientôt son bras armé en la personne d'Oussama Ben Laden. Terroristes d'Al Qaïda et charcuteries sur pattes font rarement bon ménage sauf quand le cochon peut devenir une arme de destruction massive transformant le 11 septembre en simple amusette. Face à ce plan machiavélique, Léon le Français et ses courbatures, Dervas le Pachtoune avec sa haine de l'intolérance, Freddy l'Américain de service et grand amateur de bière. Heureusement, ils seront bientôt rejoints dans ce combat inégal par le nouveau président des Etats-Unis en personne... Ce thriller fiction vous rappelle une autre histoire, bien réelle celle-là ? Pure coïncidence...

  • Le commissaire honoraire franco-hollandais Martin Hoogstöl, châtelain en Auvergne, part pour Lille dans sa Mercedes antique. Dans la malle arrière, deux chefs-d'oeuvre de l'École auvergnate de Murol. À sa droite, à la place du mort, une brune trentenaire ravissante. Le commissaire va retrouver Carolus, son vieux complice, un ancien flic nourri au lait ch'ti, reconverti dans le commerce de l'art et grosse fortune pas nette. Comédien amateur passionné, il doit se produire dans la salle de spectacle de son bourg natal. Les retrouvailles attendues se muent en cauchemar. Le vieux flic d'Interpol se réveille quand il retrouve une capitaine de gendarmerie de sa connaissance. Électron libre et chien de chasse, il enquête dans le Nord jusqu'aux plages des Flandres. Il y côtoie paysages lumineux et personnages équivoques. Questionnements existentiels, violence, séduction, couples qui se déchirent : le chat est dans l'horloge. Rien ne lui sera épargné...

  • Guerre d'Irak aujourd'hui. Deux journalistes français véreux, très mal vus par la profession, organisent leur propre enlèvement pour servir leur gloire... Les services secrets entrent dans la danse ; ils découvrent la magouille mais l'opinion publique est manipulée par les politiques au nom du droit sacré à l'information. Le président de la République décide d'envoyer un commando sauver les tricheurs. Ce qui n'était pas prévu c'est qu'un autre journaliste de terrain risque de payer très cher la révélation de la vérité. Fera-t-il le poids face à la raison d'État et à la toute puissance d'un président aux dents longues qui ne recule devant rien pour servir ses ambitions et son parti ?

  • Sur la Presqu'île guérandaise, une société secrète mijote un menu salé : cadavre de député et de curé à l'apéritif, et enlèvement au dessert. Dans les marais salants, entre Le Pouliguen, La Baule et Guérande sévit un tueur qui a déjà cinq victimes à son actif. La gendarmerie est sur les dents. S'agit-il d'un déséquilibré, d'un exécuteur, d'un vengeur, d'un terroriste ? Se cache-t-il dans la cité des Alouettes, promise par certains à la démolition, au milieu de jeunes très organisés ? Une mystérieuse grille de mots croisés contiendrait des indices sur la prochaine victime. Mais alors, qui l'a adressée à Jo Morel, le correspondant du journal local ? Et voilà qu'on enlève l'épouse d'un notable ! Dans un climat de suspicion générale, le journaliste dérange et on le lui fait sentir. Il ne fait parfois pas bon se hasarder dans le dédale des marais salants ou dans les halliers de la Brière quand s'acharne sur vous une société secrète, au service d'intérêts très particuliers, qui s'apparente au Ku Klux Klan.
    Roger Coupannec vivait au Pouliguen au milieu de la Presqu'île guérandaise, entre mer et marais salants. Retraité de l'Éducation nationale, il a su mettre à profit quatre années de correspondant de presse, excellente école d'observation et de concision.
    Son héros, Jo Morel, n'est pas bavard mais quand il enquête pour son journal La Vigie rien ne l'arrête. À tel point qu'on l'a baptisé dans la région « le fouille-marais ».

  • La belle Alizée, marchande de poupées anciennes, amie du lieutenant de police Élisée Loudéac, a disparu un lundi matin quelque part au nord de Nantes, sur les bords de la belle rivière Erdre. Elle est captive, aux mains d'individus aux motivations mystérieuses. Meurtres et disparition... jeux dangereux ! Loudéac est angoissé. Non loin de la boutique d'Alizée on vient de trouver le corps d'un homme tué par balles. Un deuxième cadavre va bientôt s'ajouter au premier. Qui est cet Alex que tant de personnages équivoques recherchent ? Quel rôle jouent dans l'affaire un étrange clochard, un bouquiniste libertaire, un motocycliste obèse, des hommes politiques aux abois, sans oublier un certain Renard, mercenaire privé, amateur de machinations tordues ? Et où est passée la péniche Marie-Églantine qui a quitté Nantes en juin 1940 avec une précieuse cargaison dont on n'a plus jamais entendu parler ?

  • Le capitaine Desnoyers et son collègue Le Postec, en poste dans un commissariat de la banlieue de Nantes doivent constater la mort d'un homme, un suicide, apparemment par arme à feu. L'affaire qui paraît de pure routine doit être close en fin d'après-midi. Pourtant plusieurs questions demeurent sans réponse ce qui décide l'officier de police à une ouverture d'enquête telle qu'elle est prévue par l'article 74 du code de Procédure Pénale pour déterminer la cause du décès. Tout se complique : la victime avait des responsabilités importantes dans une entreprise « sensible » de haute technologie travaillant pour l'armée ? Très vite cette affaire apparaît comme un vrai chausse-trappe... Avec un talent qui tient en haleine jusqu'à la fin du roman, l'auteur démonte la mécanique du travail quotidien de la police de proximité, loin des coups d'éclat et des fusillades à gros calibre. Malgré une pesante machine administrative, des procédures paperassière et sans moyen suffisant, des flics ordinaires, avec leurs difficultés, leurs petitesses, et leurs espoirs, se battent au quotidien pour rechercher la vérité. Ce livre, qui présente une intrigue fort bien ficelée, est aussi un livre d'actualité nationale, précieux témoignage des difficultés de la police. L'auteur, avec talent, analyse les lourdeurs et les impasses de procédure d'une enquête et met en évidence le souci permanent de la hiérarchie de faire " du chiffre " souvent au mépris de la vérité, risquant les erreurs judiciaires et conduisant aux procès catastrophiques dont l'actualité est, hélas, particulièrement riche en ce moment. À travers une affaire criminelle emblématique, le lecteur comprend mieux le " malaise " qui frappe les fonctionnaires de police, leur manque de moyens et leurs doutes dans un système " tout sécuritaire " qui privilégie trop souvent un rendement administratif au détriment de la réalité des rapports humains.

empty