• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le général Gradias, noir, trapu, bedonnant, décoré, une silhouette que tout le monde reconnaîtra... se rend au consulat britannique. Des terroristes ont pris des otages et menacent de les tuer si un de leurs camarades n'est pas libéré de prison. Le général refuse de céder au chantage. Un extraordinaire suspense commence, une histoire sans pitié, dévoilant le mécanisme cruel du terrorisme dans un décor où la réalité et la fiction sont étroitement mêlées. Le nouveau roman de Vahé Katcha est net, impitoyable, actuel. L'auteur d'OEil pour oeil ne vous lâchera pas un instant durant ces pages. Vous serez ses otages.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Fin d'une liaison. Avant de quitter Philippe, jeune homme oisif, Gene ne lui cache pas qu'elle est la maîtresse du médecin qui l'emploie comme infirmière. Philippe, qui aime toujours Gene, la laisse partir. Deux semaines plus tard, il fait la connaissance de Madame Duranson, la femme du médecin. Au bout d'un certain temps, celle-ci apprend par une amie les rapports qu'entretient son mari avec Gene. Pour se venger, elle devient la maîtresse de Philippe, tout en ignorant que ce dernier fréquentait Gene. Peu à peu, elle se laissera prendre à son propre jeu : elle aimera Philippe. Les Mégots du Dimanche est l'histoire d'une revanche dont l'héroïne, qui en déclenche sans le savoir le mécanisme, reste toujours en marge. Mais c'est aussi un roman d'amour. L'amour à la fois tendre, cynique, inassouvi de Philippe pour Gene.

  • Trente perles de grand prix, disparues après le meurtre d'un vieux Grec à Kartoum, tel est l'enjeu d'une sorte de monstrueuse partie de cache-cache à laquelle vont se livrer, à travers les rues, les déserts et les plages du Moyen-Orient, les personnages de Vahé Katcha : un lieutenant de police, un photographe, l'assassin, l'amie de l'assassin et le frère de celle-ci, l'énigmatique Kipian... Le lecteur retrouve ici cet art romanesque précis et cruel comme une lame bien aiguisée, qui a déjà fait le très grand succès des deux précédents romans de Vahé Katcha.

  • Fin d'une liaison. Avant de quitter Philippe, jeune homme oisif, Gene ne lui cache pas qu'elle est la maîtresse du médecin qui l'emploie comme infirmière. Philippe, qui aime toujours Gene, la laisse partir. Deux semaines plus tard, il fait la connaissance de Madame Duranson, la femme du médecin. Au bout d'un certain temps, celle-ci apprend par une amie les rapports qu'entretient son mari avec Gene. Pour se venger, elle devient la maîtresse de Philippe, tout en ignorant que ce dernier fréquentait Gene. Peu à peu, elle se laissera prendre à son propre jeu : elle aimera Philippe. Les Mégots du Dimanche est l'histoire d'une revanche dont l'héroïne, qui en déclenche sans le savoir le mécanisme, reste toujours en marge. Mais c'est aussi un roman d'amour. L'amour à la fois tendre, cynique, inassouvi de Philippe pour Gene.

  • Pierre Talian est acquitté à l'issue d'un procès. Il était accusé d'avoir poussé dans un précipice son ami Furkof. Libéré, Talian va retrouver Nicole, la femme de Furkof, qui est sa maîtresse. Mais la vie au grand jour qu'ils vont pouvoir mener désormais est empoisonnée par la présence obsédante d'un troisième homme : à l'issue de l'audience au cours de laquelle a été prononcé l'acquittement, l'un des jurés, Vanier, un photographe, a jeté à la face de Talian ce simple mot : « Assassin ! » Dès lors Talian va s'imaginer voir partout ce Vanier. Puis, n'y tenant plus, il s'arrangera pour faire sa connaissance et l'attirera chez lui. Vanier prendra peu à peu une place grandissante auprès du couple. Un lien étrange se noue entre les deux hommes, qui est à la fois de l'amitié et de la haine. Le photographe se transforme, sort de lui-même : il occupe exactement auprès du couple Talian-Nicole la place qui était celle de Talian auprès du couple Furkof-Nicole. Jusqu'au jour où Talian glisse mystérieusement dans le précipice où est mort Furkof.

  • Vahé Katcha vient de serrer la main de deux frères qui ont la corde au cou. Une minute plus tard, ils sont pendus. Que lui ont-ils dit ? Quelles ont été leurs dernières paroles ? Il a failli assister également à la mort de Gide et de Jouvet, mais il est arrivé trop tard. Katcha nous livre ici des pages sereines, des réflexions optimistes. Quelle différence existe-t-il entre un nouveau-né et un centenaire ? Faut-il avoir peur de la mort ? Vous êtes invité à cette balade qui n'a rien de sinistre. Au contraire. C'est la mort des autres qui laisse des traces. Car, toutes réflexions faites, il n'y a aucune raison pour ne pas accorder une chance à la mort.

  • Vahé Katcha vient de serrer la main de deux frères qui ont la corde au cou. Une minute plus tard, ils sont pendus. Que lui ont-ils dit ? Quelles ont été leurs dernières paroles ? Il a failli assister également à la mort de Gide et de Jouvet, mais il est arrivé trop tard. Katcha nous livre ici des pages sereines, des réflexions optimistes. Quelle différence existe-t-il entre un nouveau-né et un centenaire ? Faut-il avoir peur de la mort ? Vous êtes invité à cette balade qui n'a rien de sinistre. Au contraire. C'est la mort des autres qui laisse des traces. Car, toutes réflexions faites, il n'y a aucune raison pour ne pas accorder une chance à la mort.

  • Trente perles de grand prix, disparues après le meurtre d'un vieux Grec à Kartoum, tel est l'enjeu d'une sorte de monstrueuse partie de cache-cache à laquelle vont se livrer, à travers les rues, les déserts et les plages du Moyen-Orient, les personnages de Vahé Katcha : un lieutenant de police, un photographe, l'assassin, l'amie de l'assassin et le frère de celle-ci, l'énigmatique Kipian... Le lecteur retrouve ici cet art romanesque précis et cruel comme une lame bien aiguisée, qui a déjà fait le très grand succès des deux précédents romans de Vahé Katcha.

  • Pierre Talian est acquitté à l'issue d'un procès. Il était accusé d'avoir poussé dans un précipice son ami Furkof. Libéré, Talian va retrouver Nicole, la femme de Furkof, qui est sa maîtresse. Mais la vie au grand jour qu'ils vont pouvoir mener désormais est empoisonnée par la présence obsédante d'un troisième homme : à l'issue de l'audience au cours de laquelle a été prononcé l'acquittement, l'un des jurés, Vanier, un photographe, a jeté à la face de Talian ce simple mot : « Assassin ! » Dès lors Talian va s'imaginer voir partout ce Vanier. Puis, n'y tenant plus, il s'arrangera pour faire sa connaissance et l'attirera chez lui. Vanier prendra peu à peu une place grandissante auprès du couple. Un lien étrange se noue entre les deux hommes, qui est à la fois de l'amitié et de la haine. Le photographe se transforme, sort de lui-même : il occupe exactement auprès du couple Talian-Nicole la place qui était celle de Talian auprès du couple Furkof-Nicole. Jusqu'au jour où Talian glisse mystérieusement dans le précipice où est mort Furkof.

  • Se reposer, prendre un bain, voilà tout ce dont rêve le docteur Hermet après une journée harassante à l'hôpital de Tripoli. Aussi refuse-t-il de se déranger quand un automobiliste de passage demande à le consulter pour sa femme. L'hôpital n'est qu'à une vingtaine de minutes par la route, qu'ils y aillent. Le lendemain, Hermet apprend que la femme est morte. Si, leur voiture s'étant embourbée à mi-chemin, cette Mme Bortak n'avait pas dû faire le reste du trajet à pied, s'il s'en était occupé, aurait-elle été sauvée ? L'idée tracasse le chirurgien qui a l'impression d'être constamment suivi par le mari. L'affaire de la note réglée par Bortak dans un bar où il s'est retrouvé sans argent au moment de payer met le comble à son énervement. Il veut rembourser sa dette, au besoin s'expliquer, mais l'autre se dérobe et continue à le « hanter ». Cette présence silencieuse et cette fuite perpétuelle entraînent irrésistiblement Hermet dans l'engrenage d'une aventure qui prend vite des proportions fantastiques de cauchemar. C'est dans le cadre grandiose de la montagne que se conclut le drame envoûtant imaginé par Vahé Katcha.

  • Se reposer, prendre un bain, voilà tout ce dont rêve le docteur Hermet après une journée harassante à l'hôpital de Tripoli. Aussi refuse-t-il de se déranger quand un automobiliste de passage demande à le consulter pour sa femme. L'hôpital n'est qu'à une vingtaine de minutes par la route, qu'ils y aillent. Le lendemain, Hermet apprend que la femme est morte. Si, leur voiture s'étant embourbée à mi-chemin, cette Mme Bortak n'avait pas dû faire le reste du trajet à pied, s'il s'en était occupé, aurait-elle été sauvée ? L'idée tracasse le chirurgien qui a l'impression d'être constamment suivi par le mari. L'affaire de la note réglée par Bortak dans un bar où il s'est retrouvé sans argent au moment de payer met le comble à son énervement. Il veut rembourser sa dette, au besoin s'expliquer, mais l'autre se dérobe et continue à le « hanter ». Cette présence silencieuse et cette fuite perpétuelle entraînent irrésistiblement Hermet dans l'engrenage d'une aventure qui prend vite des proportions fantastiques de cauchemar. C'est dans le cadre grandiose de la montagne que se conclut le drame envoûtant imaginé par Vahé Katcha.

  • Apparemment, il ne se passe rien dans ce petit village perdu. Ou presque. Juste quelques comédiens déguisés en procureur, en gendarme, en avocat, qui échouent dans un bistrot. Que sont-ils venus chercher ici ? Ils se réchauffent, en attendant la reprise d'un film interrompu. Mais les villageois s'affolent. Sans raison. À tout hasard, le boulanger endosse son ancien uniforme de Résistant. L'épicier se débarrasse d'un vieux revolver qu'il gardait sous son matelas. La libraire se libère de ses fantasmes, tandis que le promoteur se met à la chasse des antisémites. Seul le photographe reste indifférent. Et c'est justement lui qui semble visé. Par qui ? Par un bruit qui court. Dans ce village perdu, aucun personnage ne porte son nom ou son prénom. L'épicier s'appelle l'épicier. La peur s'appelle la peur. Voici le nouveau roman de Vahé Katcha. Il est court, précis, sans un mot superflu. L'action se passe en douze heures. L'humour côtoie le tragique. Vahé Katcha manie ses personnages avec une plume acérée. On en sort avec des cicatrices.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Apparemment, il ne se passe rien dans ce petit village perdu. Ou presque. Juste quelques comédiens déguisés en procureur, en gendarme, en avocat, qui échouent dans un bistrot. Que sont-ils venus chercher ici ? Ils se réchauffent, en attendant la reprise d'un film interrompu. Mais les villageois s'affolent. Sans raison. À tout hasard, le boulanger endosse son ancien uniforme de Résistant. L'épicier se débarrasse d'un vieux revolver qu'il gardait sous son matelas. La libraire se libère de ses fantasmes, tandis que le promoteur se met à la chasse des antisémites. Seul le photographe reste indifférent. Et c'est justement lui qui semble visé. Par qui ? Par un bruit qui court. Dans ce village perdu, aucun personnage ne porte son nom ou son prénom. L'épicier s'appelle l'épicier. La peur s'appelle la peur. Voici le nouveau roman de Vahé Katcha. Il est court, précis, sans un mot superflu. L'action se passe en douze heures. L'humour côtoie le tragique. Vahé Katcha manie ses personnages avec une plume acérée. On en sort avec des cicatrices.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty