• Hundertwasser

    Pierre Restany

    Des couleurs vives, des formes organiques et une abjection absolue pour les lignes droites ne sont que quelques-unes des caractéristiques fondamentales de l'oeuvre de Friedensreich Hundertwasser (1928-2000). Héros anticonformiste, l'artiste, architecte et militant écologiste conçut des immeubles, des tableaux, des manifestes, des actions qui forment un ensemble débordant de créativité et d'idées novatrices.
    La création la plus célèbre de Hundertwasser est sans doute la Hundertwasserhaus de Vienne, une construction unique qui synthétise la vitalité qui fut celle de toute son oeuvre. Pour Hundertwasser, la misère humaine découlait d'une architecture rationnelle, stérile et monotone. Il appela à un boycott du modèle moderniste défendu par des figures comme Adolf Loos et milita pour une architecture libre, créative et engagée dans l'écologie. Ennemi farouche des lignes droites, qu'il juge « impies et immorales», Hundertwasser se fascina pour la spirale, motif largement exploité avant lui par les sécessionnistes dont Klimt et Schiele.
    Cet ouvrage richement illustré retrace le style et la vision que Hundertwasser appliqua à ses oeuvres, mais aussi à la société dans son ensemble. De ses discours prononcés nu à la fin des années 1960 à ses créations architecturales du monde entier, en passant par ses projets de société alternative, l'auteur Pierre Restany explore la philosophie concrète, imaginative et avant-gardiste de Hundertwasser dans cette introductioni passionnante à l'un des grands esprits pionniers du XXe siècle.

  • Alain Jacquet

    Pierre Restany

    • Lienart
    • 3 Janvier 2020

    Dans les années 1960, s'impose en Occident la culture et la consommation de masse, stimulée par un flux de publicités et réclames en tous genres. À cette conduite collective, le pop art répond par l'utilisation détournée de ses techniques. La publicité, les bandes dessinées et les panneaux de signalisation investissent une iconographie dont le mot d'ordre est « démocratisation », par opposition à la culture élitiste dans l'art.
    C'est le développement industriel et les progrès techniques qui permettent à Alain Jacquet de développer une telle esthétique. Dès 1962, dans ses Camouflages qui le font connaître en Grande-Bretagne et aux États-Unis, il superpose les images entre elles, usant surtout du motif réitératif du camouflage militaire. S'ensuivent les oeuvres tramées, à partir de 1964, ces re-productions sérigraphiées de tableaux, à l'aide d'un procédé mécanique offset déformant complètement les trames originales. C'est par la série du Déjeuner sur l'herbe, des clichés tramés par une multitude de points bleus, jaunes, rouges et noirs, que le processus est inauguré. L'intérêt du chef-d'oeuvre réside dans le paradoxe visuel qui en émane : figuratif vu de loin, il n'est plus qu'une suite de motifs abstraits quand on s'en approche. Plus tard, Jacquet troque la trame mécanique pour une trame électro-nique, les points colorés pour les pixels. De cette pluralité de processus qu'il met en place, se dégage la permanence d'une remise en question de la limite ordinairement fixée entre figuration et abstraction.

    Sur commande
  • Le 16 avril 1960, en vue d'une exposition collective programmée en mai à la galerie Apollinaire de Milan, Pierre Restany, qui n'a pas encore 30 ans, publie un court texte fondateur intitulé " Les Nouveaux Réalistes " ? C'est la première fois que le terme apparaît.
    Il marque le point de départ d'une aventure majeure : le Nouveau Réalisme, qui comme expérience collective, occupe la scène artistique de 1960 à 1963. Voici donc ce manifeste, à l'origine d'un " mouvement " qui compta, parmi ses membres et proches sympathisants, des artistes de premier plan : Yves Klein, bien sûr, mais aussi Arman, Raymond Hains, César, Jean Tinguely, Niki de Saint-Phalle, François Dufrêne, Jacques de La Villeglé, Martial Rayssen Daniel Spoerri, Christo...
    Le texte manifeste de Pierre Rastany, qui appartient à l'histoire de l'art, est accompagné de plusieurs photographies, d'un éclairage de Denys Riout, historien d'art et professeur à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

  • Coïncidant avec le 20e anniversaire de la mort de Hundertwasser, cette monographie illustrée présente sa conception du monde, des extraits de ses manifestes, ses peintures, des exemples de ses projets d'architecture utopique et écologique avant l'heure, ainsi que sa vision du futur, plus d'actualité que jamais.

    Sur commande
  • « Cette nature de l'Amazone est tellement puissante qu'elle s'impose à moi comme une véritable discipline. L'Amazone sera l'université, l'Alma mater, la grande école de ma perception. » - P.R.

    L'été 1978, Pierre Restany s'embarque au coeur de l'Amazonie avec les artistes brésiliens Frans Krajcberg et Sepp Baendereck. Cette expédition en bateau le long du río Negro se révéle une expérience humaine et sensorielle bouleversante, et sera pour Restany l'occasion d'une révolution théorique.
    Le journal du río Negro a donné naissance au manifeste du Naturalisme intégral. Revenant sur les principes fondateurs du Nouveau réalisme, Restany affirme que c'est la question de la nature qui va désormais être au coeur des enjeux artistiques et culturels. Bravant les moustiques et les gueules de bois, il invite ainsi l'Occident du 21e siècle à une "seconde Renaissance".
    Trois décennies plus tard, ce texte prophétique et cocasse s'impose comme un classique - qui nous révèle Restany au naturel.

    Le Journal du río Negro nous donne de son auteur une image qui correspond bien à celle qu'en ont gardée ceux qui ont pu l'approcher. Celle d'un homme passionné et généreux, plein de contradictions mais profondément engagé dans tout ce qu'il faisait. C'est aussi un document très intéressant sur une époque où l'art en France n'entretient que peu de rapport avec l'écologie.
    - Gilles A. Tiberghien, préface

    Sur commande
  • Médaillé au Salon des artistes français dès sa première exposition, en 1922, René Letourneur a très vite été reconnu par ses contemporains. Dès 1940 il s'affirme comme un protagoniste de l'intégration de l'art dans l'architecture et exécute de nombreux bas-reliefs ornementaux.
    De 1950 à 1979, les commandes officielles affluent : le monument aux morts d'Alençon, la façade du Lycée Gambetta à Arras, La Seine et l'Oise deux statues au Pont du Pecq.
    Dans les années 1970, le sculpteur se consacre à l'enseignement tout en continuant son travail personnel.

    Sur commande
  • Sur commande
  • "La ligne droite est étrangère à la nature de l'homme, de la vie, de toute la création".
    Friedensreich Hundertwasser Hundertwasser a appliqué cette philosophie non seulement à la construction des immeubles viennois pour lesquels il est célèbre, mais à tous les modes d'expression et formes artistiques qu'il a expérimentés au long de sa carrière non-conformiste. Qu'il s'agisse de peinture, de sculpture, de performance ou de plans pour un jardin d'enfants, les oeuvres d'Hundertwasser sont multicolores, organiques et traversées par le sens de la magie et du merveilleux.

    Derrière ces joyeuses explosions d'or et d'argent, des principes opèrent néanmoins. L'art d'Hundertwasser a en effet toujours eu une résonance politique. L'artiste a toujours lutté contre le rationalisme ou le déterminisme, promu la conscience écologique et conservé une foi passionnée dans l'anarchie de l'imagination.

    Dans cette formidable rétrospective, Pierre Restany revient sur les différentes étapes du parcours éclectique de l'artiste, de la révolte du locataire et des conférences qu'il tenait tout nu au début des années 1970, sans oublier les lotissements créés à Vienne, jusqu'à ses projets pour une société alternative.

  • Cette longue et belle étude de l'oeuvre de Claude Gilli, abondamment illustrée, nous entraîne au coeur de l'oeuvre du plus niçois des artistes de l'École de Nice, des ex-voto aux escargots, « tout un réseau de transferts et de correspondances qui, au-delà des apparentes mutations formelles, restitue l'unité essentielle et secrète, affective et mentale du personnage. »

    Sur commande
  • Ce livre a pour objet de situer le feu dans l'oeuvre d'Yves Klein sur le triple plan de la projection mythique, de la symbolique rituelle et de la pratique artistique.
    La triple dimension de l'analyse de Pierre Restany place la voie ignée du peintre monochrome à mi-chemin ente la rêverie philosophique de Gaston Bachelard et la psychanalyse de Jung, c'est-à-dire au coeur de la pensée alchimique. Cette très spéciale relecture d'Yves Klein ouvrira des horizons de réflexion insoupçonnés pour les uns, mais sûrement moins inattendus pour les autres, ceux qui tiennent pour assuré que " dans le coeur du vide aussi bien que dans le coeur de l'homme, il y a des feux qui brûlent ".

  • Gloria friedmann

    Pierre Restany

    Sur commande
  • Assumer le nomadisme transculturel, pour Guimarães, cela signifie être présent aux quatre coins de la planète pour y explorer différents terroirs de la communication et en identifier les signes " ancestraux " d'une symbologie de base, qui, traduits en morphèmes, viendront nourrir la force de travail de l'image, et la rendre " parlante ".
    C'est ce que l'artiste exprime en une formule lumineuse : " Ecouter les images ". La finalité de cette approche anthropologique est tout autant linguistique qu'existentielle. Issus du répertoire magique des civilisations ancestrales, les morphèmes de Guimarães entendent exprimer au quotidien l'authenticité et la force d'impact d'un message qui se situe d'emblée au-delà de la pure narration ou de la simple décoration.

  • voici le grand livre de pierre restany sur le nouveau réalisme, essai pénétrant et lumineux écrit et publié en 1968, augmenté en 1978, rédigé par celui qui en eut l'intuition, et forma le 27 octobre 1960 le groupe des nouveaux réalistes.
    ce jour-là, arman, françois dufrêne, raymond hains, yves klein, martial raysse, daniel spoerri, jean tinguely et jacques villeglé, au domicile d'yves klein à montparnasse, déclarent prendre " conscience de leur singularité collective. nouveau réalisme = approches perceptives du réel ". césar et mimmo rotella, invités, sont absents, mais participent aux manifestations ultérieures du groupe. s'y joignent par la suite niki de saint phalle (1961), christo et gérard deschamps (1962).
    déjà singulièrement commencée par exemple avec hains ou villeglé - voir " des réalités collectives " dans la traversée urbi & orbi -, une grande aventure est nommée et entreprise.
    dans ce passionnant ouvrage, restany, au coeur de l'action, analyse brillamment la situation des arts plastiques et de l'art abstrait, pour désigner et exalter la pertinence théorique du nouveau réalisme, avant et après sa naissance. ainsi lui reviendra-t-il aussi de distinguer le nouveau réalisme audacieux du pop art ou de néodada qui se caractérisent autrement.
    pierre restany (1930-2003) est l'exemple unique d'un penseur libre qui a vécu la théorie de l'art au point de se projeter dans les procédures créatrices de ses amis, de faire de son apport théorique un moment de leur pratique, ou encore de précéder de ses intuitions certains de leurs choix.
    le style et l'intelligence de restany ne révèlent pas seulement l'écrivain ou le théoricien, mais une personnalité exceptionnelle, internationale, idéalement née pour en remontrer, sur le plan de la vie et de la pensée, à ceux qui, dans le milieu de l'art, se comportent avec une servilité antinomique. mû par l'art et l'amitié, dont il a inauguré maints réseaux dans le monde entier, restany retrace ici les trajets des artistes du nouveau réalisme, et a joint ensuite à ces pages intenses ses manifestes devenus historiques.
    son témoignage est unique comme son analyse.

  • Albert Fürst

    ,

    • Feymedia
    • 5 Décembre 2012

    Albert Furst compte parmi la première génération de l'art informel allemand. L'oeuvre conséquente qu'il a créée pendant plus de quatre décennies occupe une place à part entière dans l'art allemand. Les travaux de son oeuvre tardive, présentés dans cet ouvrage, sont le résultat de son cheminement artistique dans la quête d'un nouveau langage visuel abstrait. Ce débat, d'actualité au début des années cinquante, s'inscrivait à contre courant du langage des formes de l'abstrait classique en voulant se libérer de ses règles et critères de constitution de l'image, ainsi que de ses ambitions de changer le monde.
    Dès le début Albert Furst travaille sur de la simple toile d'emballage, du bois ou du papier et s'inspire souvent de la musique et de la danse. Dans ses gouaches, après une phase à résonnance quelque peu lyrique, la couleur reprend à nouveau une place d'importance, mettant ainsi fin à des années d'abstinence. Le « combat avec les couleurs » renvoie au débat des premières années durant lesquelles sa peinture laisse transparaître tout à la fois une ouverture radicale et une ambiguïté, le ressenti et le subconscient, le hasard et la spontanéité.

empty