• À Mondelaid, les identités se définissent par leurs contenants : des dames gentilles, des hommes grands, des parents junkies aux crânes rasés. Cependant, nous connaissons deux prénoms : (le sien à elle) Margarita ou Marga ou Magui, mûre et responsable, elle offre son sexe et se sent perdue. Son petit papa n'est pas là. Sa petite maman déprime. (Le sien à lui) Lécoumberri, Antonio ou Lécou, crasseux et paumé, se bat bec et ongles pour survivre dans un terrain vague, subsister et résister à la bêtise et à la fadeur. Ils ne se rendent pas compte que, malgré leur paquet de défauts, ils sont l'unique preuve que Mondelaid n'est pas dépourvu d'un peu de tendresse.
    Pablo Gutiérrez nous livre, avec habileté et un nouveau langage, une pureté que nous n'avions jamais lue auparavant.

    Sur commande
empty