• S'il s'appuie sur les centaines de lettres que Vincent Van Gogh a adressées à son frère Théo, sa soeur Wil et ses amis peintres tel Émile Bernard, cet ouvrage n'est pas pour autant une énième biographie de ce peintre, il retrace le parcours initiatique de l'auteur déclenché par sa 1re rencontre avec les toiles de Vincent. Ce fut pour elle un profond bouleversement dans son rapport à l'art, ainsi que dans sa vie personnelle. Ce texte est une conversation intime avec le peintre dont l'oeuvre l'habite depuis quelques décennies. Progressivement, elle s'est identifiée à lui et à son combat pour la peinture. Elle ressent comme des insultes à sa mémoire les propos réducteurs, les manipulations médiatisées de ses malheurs au détriment d'une simple considération de son oeuvre, et au profit du marché de l'art. L'objectif de ce texte est de faire comprendre que nous nous trompons lorsque nous interprétons les toiles de Vincent par les épisodes tragiques qui ont jalonné sa vie, il nous suffit, au contraire, de regarder vraiment ses tableaux pour y découvrir l'homme. Cet homme-là n'est ni une victime, ni un fou, ni un alcoolique traversé par des éclairs de génie, non, cet homme-là est la force, la générosité et la puissance créatrice !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Marie-Françoise Hiroux, née en 1951, vit à Amiens, sa ville natale à laquelle elle est très attachée. Philosophe de formation, elle a exercé dans l'Éducation Nationale comme enseignante documentaliste. Elle est aussi, auteur de recueils de poèmes et de nouvelles, Passionnée par la littérature. Elle a publié : Une biographie, Suzanne : enquête sur une femme résistante aux Éditions Thélès en 2010 deux romans : Le Livre d'Amiens ou le secret d'une cathédrale aux Éditions Encrage en 2015, et Déclics mortels aux Éditions Persée en 2016. Fausses-routes. L'intimité d'une souffrance est un récit publié en 2018 aux Éditions Persée. Elle l'est également par toutes les formes d'art, et plus particulièrement par la photographie.
    Illustration de couverture : Huile sur bois, 1938, Gérard Hiroux

  • Revivez l'histoire de la cathédrale d'Amiens Printemps 1236, la nef de la cathédrale d'Amiens est achevée. Néanmoins les bâtisseurs entrent dans la phase clé de l'élévation, la croisée des transepts. De plus le rite impose que la face de Dieu soit représentée au porche central afin que les offices religieux puissent s'y tenir. Le Livre d'Amiens ou le secret d'une cathédrale se situe à cette époque. Le lecteur est invité à entrer tour à tour dans l'intimité de Silvère, l'imagier sculpteur supposé du Beau Dieu, et de Jehan, l'appareilleur ou chef de travaux sous les ordres de l'architecte Renaud Cormont. Deux points de vue, celui d'un compagnon venu d'ailleurs et celui d'un fils d'échevin amiénois, pour faire revivre la ville d'Amiens au XIIIe siècle. La cathédrale d'Amiens est l'harmonie dans toute son élégance et sa splendeur, elle est l'apogée de l'art ogival. L'auteur y voit l'accomplissement du génie humain émanant de l'union de deux forces, celle de la connaissance - science et philosophie de l'alchimie - et celle d'une spiritualité authentique exprimée par la fraternité des compagnons et les sacrifices consentis par le peuple amiénois. Un roman historique empreint de spiritualité EXTRAIT Pour la première fois depuis bien longtemps, il ne s'était pas senti l'âme aussi légère en s'éveillant. Il ne se souvenait même pas d'avoir sombré dans le rêve répété de l'Atrocité hantant ses nuits depuis cette terrible Saint-Michel 1228. La cloche du couvent qui l'hébergeait résonna, il se prépara en toute hâte. Ce jour était décisif pour lui. Maître Thomas l'accepterait-il parmi les compagnons construisant le Grand Oeuvre ogival ? Sa vie d'errances et d'humiliations allait-elle enfin prendre un sens ? A PROPOS DE L'AUTEUR Marie-Françoise Hiroux, née en 1951 à Amiens, philosophe de formation, est une enseignante engagée dans la promotion de l'éducation et de la culture pour tous. Poète et photographe, elle a déjà publié plusieurs recueils de poésie et de nouvelles, et a exposé ses photographies dans des galeries amiénoises.

  • L'amour est une légende, trois récits où l'amour n'a pas d'histoire. Le premier, "En offrande à la licorne", s'inspire d'un fait divers du XVe siècle, parce que l'amour s'y sacrifie et perpétue le mythe. Dans le deuxième texte, "L'homme qui voulait faire parler la pierre", l'amour appelle la mort pour s'inscrire dans la pierre : il est alors l'énergie créatrice elle-même. Enfin "Le couple" est un mirage pour la narratrice, qui se met à aimer l'amour. L'amour n'a pas d'histoire, puiqu'éternel retour de l'innocence, chiffre de notre mystère, par-delà les nécessités et les préjugés.

  • L'amour est une légende, trois récits où l'amour n'a pas d'histoire. Le premier, "En offrande à la licorne", s'inspire d'un fait divers du XVe siècle, parce que l'amour s'y sacrifie et perpétue le mythe. Dans le deuxième texte, "L'homme qui voulait faire parler la pierre", l'amour appelle la mort pour s'inscrire dans la pierre : il est alors l'énergie créatrice elle-même. Enfin "Le couple" est un mirage pour la narratrice, qui se met à aimer l'amour. L'amour n'a pas d'histoire, puiqu'éternel retour de l'innocence, chiffre de notre mystère, par-delà les nécessités et les préjugés.

empty