• En s'appuyant sur de très nombreuses recherches et études scientifiques internationales, le grand psychiatre et spécialiste du cerveau Manfred Spitzer montre à quel point notre dépendance aux technologies numériques menace notre santé, tant mentale que physique.
    Elles provoquent chez les enfants et adolescents comme chez les adultes de nouvelles maladies et en rendent plus fréquentes d'autres :
    Baisse des performances cognitives, troubles du sommeil, dégradation des capacités d'attention et de concentration, tendance à l'isolement et au repli sur soi, dépression, disparition du sentiment d'empathie, etc. Et même, chez les plus jeunes, baisse de la motricité et des capacités de perception.
    Ce vaste tableau des connaissances scientifiques sur les effets des écrans, enfin traduit en français, a rencontré un immense écho en Allemagne et dans le monde entier où il a provoqué nombre de débats et de prises de conscience. Cette synthèse majeure s'articule à une réflexion critique profonde qui ne se contente pas de lancer l'alerte sur les cyberpathologies. Elle nous apprend aussi à nous en protéger et à agir à titre préventif. Une contribution absolument cruciale pour tenter d'éviter un désastre psychologique et social.

  • Dans Undressed, Mario Testino se dépouille de quelques épaisseurs. En parallèle de l'exposition conçue exclusivement pour la Fondation Helmut Newton de Berlin, cette série intime explore la notion de mise à nu en photographie tout en dévoilant les archives de Testino, à travers des clichés qui transcendent l'image et la posture publique du photographe pour permettre une compréhension plus profonde de sa pratique et de son oeuvre.

    Les 50 photographies présentées se focalisent sur la nudité du corps : tour à tour, elles explorent et éprouvent les traditions et frontières relatives à la sexualité, à l'identité de genre et à la mode. Hommages, aussi, à l'influence de Helmut Newton, ces clichés se métamorphosent en paysages corporels abstraits, les protagonistes apparaissent comme de pures formes - un buste, une statue.

    Temps fort de la série, les photos jusqu'alors inédites prises au studio Testino, où règne une atmosphère exubérante pleine du frisson provoqué par la nudité et d'une émulation amoureuse taquine, malicieuse, qui ne glisse jamais dans l'obscène ou le pornographique.

    Les modèles de Testino sont variés, de mannequins comme Kate Moss et Amber Valletta à des hommes androgynes anonymes, saisis individuellement ou en groupes.
    De nombreux moments intimes y sont capturés, parfois pris sur le vif, parfois savamment orchestrés, comme ce jeune homme qui rase le haut de la toison pubienne d'une femme dans une salle de bain luxueuse. Dans la lignée de SIR, beaucoup de ces photos peuvent être interprétées comme redéfinissant les codes du masculin, à l'image de Newton qui élabora sa propre définition de la beauté féminine.

    Alors que les émotions, l'esthétisme et les corps se mêlent, Testino ouvre une nouvelle perspective sur son illustre travail. Les clichés sont complétés par une introduction du conservateur Matthias Harder, une conversation à bâtons rompus avec Carine Roitfeld, ainsi qu'un essai du psychiatre et psychologue Manfred Spitzer qui aborde notre perception visuelle des corps et de la beauté par le prisme des .neurosciences.

empty