Littérature générale

  • Le Temps est à l'orage est le premier volet d'une série consacrée à Joan Hossepount, 50 ans, ex-tireur d'élite et, en contrepoint deux autres «personnages», essentiels à son parcours : son chat dit Petit Chat, apparemment immortel, et une ville, Aurinvia.
    Joan veille à l'entretien des lacs, un site géologique d'exception. Il joue et chante aussi de temps à autre dans un bar de la ville, pour dénoncer en dialecte les crimes et bassesses qui secouent la cité. A ce troubadour moderne, on prête également (à son désarroi) le don de parler avec les morts. Mais personne ne connaît sa principale activité, celle d'être un quasi mercenaire au service de la Nature.
    Une enquête qui en filigrane combine l'interrogation sur la violence faite à la nature dans un monde instable et inquiétant.

  • L'ami butler

    Jérôme Lafargue

    • Quidam
    • 11 Septembre 2007

    Johan est requis sur les lieux de la disparition de son frère jumeau, timon.
    Ce dernier est un auteur qui a fui les sirènes du succès dans une ville étrange et lumineuse où il sait qu'ilanda, sa femme gravement malade, trouvera le repos avant de s'éteindre. pour oublier le malheur qui les frappe, il écrit des biographies d'écrivains imaginaires jusqu'au jour où un homme se présente à lui, affirmant se nommer owen w. butler. or, butler n'est autre que l'objet de sa première biographie.
    Qui est-il vraiment ? s'est-il échappé de l'imagination de timon ou n'est-il que l'instrument d'une manipulation destinée à le perdre ? c'est ce que johan, désemparé, cherchera à savoir... mêlant avec habileté des registres narratifs différents, jérôme lafargue nous entraîne dans une quête merveilleuse de l'impossible, au nom de l'amour, de la littérature et de leurs sortilèges.

  • Voici l'histoire d'un jeune homme et d'une forêt. Ou bien, voici l'histoire d'un jeune homme et de son père. À moins que ce ne soit l'histoire d'un jeune homme avec lui-même, avec des envies de se libérer, des désirs de s'inventer.
    Dans Un souffle sauvage, Jérôme Lafargue, lui si à l'aise avec la fiction, le débridé et même le fantasque, ose pour la première fois se mettre en scène, dire «?je?». Il fait le choix du récit, le choix de l'authenticité, de la conviction. Raconter ce que la vie signifie pour lui, c'est nous emmener en sa compagnie sur un chemin des Landes, entre forêt et océan, silence et rugissement. Ici, parmi les arbres, ses presque frères, il arpente son histoire, remonte le temps, cherche les racines, et prend son envol. Il dit les émotions, la solitude, le partage, l'indomptable beauté des espaces sauvages, une sorte de sérénité qu'il porte à fleur de mots. Il nous invite à cheminer dans son paysage littéraire, ses lectures et son travail d'écriture qui palpitent sans cesse en écho, et font de lui un écrivain. Un homme qui regarde le monde... et écrit des histoires.

  • Deux vieux amis, Archibald et La Serpe, partent sur la piste d'un mystérieux fugitif qui tente de les perdre dans une forêt immense et flamboyante. Ils ne sont pas seuls :
    Gendarmes, miliciens et curieux participent à la traque. Des rêves étranges et le comportement insolite d'un jeune garçon orphelin de père les ont plongés dans cette aventure dont il leur faut impérativement sortir vainqueurs.
    Postulant l'existence de liens intangibles entre la rêverie des hommes, la faune, les légendes et les éléments naturels, En territoire Auriaba est une plongée dans l'inconnu dont son auteur n'est pas encore sorti. Le nouveau roman de Jérôme Lafargue est donc une affaire à suivre...

  • Dans les ruines du monde, un vieil homme marche à la recherche d'un désert. Au bout du chemin, l'espoir d'y retrouver celui dont il n'a pas prononcé le nom depuis tant de temps.
    Au fil du récit, deux formes de sauvageries émergent et s'affrontent : celle d'une part d'une nature majestueuse à la fois âpre et accueillante et d'autre part celle d'une humanité qui a abdiqué toute forme de socialité et s'abîme dans la violence la plus féroce.

  • Un trentenaire meurtri par la bourlingue de ses jeunes années se réfugie dans une minuscule station balnéaire.
    Il y rencontre le grand amour et se lie d'amitié avec des individus singuliers. Son malaise ne disparaît pas pour autant. Tiraillé entre des souvenirs traumatisants et l'appel de la quiétude, il erre d'un état à un autre. Le projet délirant qu'il fomente peut-il le sauver ? Quelle est la part d'invention dans la vie de cet homme à l'équilibre fragile ? Avec L'Année de l'hippocampe, Jérôme Lafargue solde provisoirement quelques-unes de ses obsessions (l'amour, le thème du double, l'engagement, l'illusion).
    Tendus, vivants, inquiets, ses personnages sont de ceux qu'on n'oublie pas.

  • Se fixant comme contrainte d'écrire cent textes constitués de cent mots chacun, l'auteur nous promène dans une dimension qui côtoie la fiction, l'histoire littéraire, la politique, le burlesque ou l'intime. Chaque paragraphe est autonome, étonne et percute par sa justesse, par sa finesse. L'ensemble se tient en un corps kaleïdoscopique à la fois poétique et réflexif sur notre société, non dénué d'une certaine touche comique.

  • Nul ne voulait savoir ce qu'il était venu faire au village.
    On observait cette silhouette sur la plage, elle jouait parfois avec les enfants. elle était ainsi qu'un bois échoué entre dunes et pins, une épave apportée par l'océan ou le vent, qu'ils ne manqueraient pas de reprendre à la prochaine tempête ou au changement de saison. l'espagne n'était pas loin. la guerre, quoi, la guerre ? . le moment venu, c'est sûr, cet homme prendrait la parole pour dire que ce village avait été son port d'attente, qu'il y avait, ailleurs, des assassins, et que s'il lui fallait mourir comme une bête ou un martyr, ce serait là-bas.
    Voilà. l'étranger s'en irait, la vie pourrait reprendre, l'océan s'allongerait dans son écume, les pins composeraient au vent la chanson du réfugié, dont le refrain, plus tard, se ferait berceuse. pour un enfant qui serait enfin venu. son enfant confié aux pins, dunes, vagues et gens. d'ici.

  • Nage entre deux eaux

    Jérôme Lafargue

    Un jeune homme, en rupture de ban avec sa famille bourgeoise, fait les 400 coups avec sa bande de copains. Demain, ils tentent le gros coup : le braquage de la banque d'un petit village. Facile. Mais rien ne tourne comme prévu. La virée violente d'une bande de gosses qui ne rêvent que de fric et de coke.

empty