• Venez, je vous en prie, ou mon frère va mourir... Face à ce déchirant appel au secours, Ludo hésite... Bien sûr, l'organisme humanitaire auquel il appartient interdit les initiatives personnelles. Mais comment ignorer la détresse de la jeune Touareg qui pleure devant lui ? C'est bientôt décidé : accompagné de Prune, Ludo se lance dans l'aventure. En clandestins, les deux jeunes gens pénètrent dans le désert malien, pour rejoindre ces étranges nomades qu'on appelle les hommes bleus...

  • En réaction à la concentration de la production dinformation entre les mains de puissants conglomérats de presse, un « médiactivisme » sest développé tout au long du XXe siècle jusquà nos jours.Dès lorigine, il a pris deux voies parallèles : celle dun combat contre lhégémonie culturelle des médias traditionnels, et celle de la production dun autre type dinformation, sur des bases militantes, locales ou communautaires. Alternatif ou militant, ce médiactivisme na cessé de sadapter aux mutations de lespace journalistique et du répertoire de laction collective.Cette histoire des médias alternatifs depuis les années 1960 met en lumière la grande diversité des expériences, quil sagisse de la création de journaux révolutionnaires, de médias communautaires, de radios libres, dagences de presse dans les pays du Sud, ou, plus récemment, dun activisme qui sexprime sur internet.

  • Les conflits sociaux s'appuient sur des « armes matérielles » et notamment sur les technologies de communication qui, dès leur genèse, y ont joué un rôle central. Les politiques du conflit reposent ainsi sur une variété de médias qui, aujourd'hui, relèvent assez largement de l'informatique connectée, de plus en plus portable et mobile. De la Révolution bolchévique aux Indignados, de la lutte de libération algérienne aux Révolutions arabes, en passant par les groupes Medvedkine ou Radio Alice, cet ouvrage rend compte de la rencontre entre technologies médiatiques et luttes sociales. Il s'agit, d'une part, de relativiser le caractère supposé inédit de l'usage des technologies de communication par les mouvements sociaux contemporains et, d'autre part, d'entrer dans le détail de ce que ceux-ci font des outils numériques les plus récents qui supportent leurs activités essentielles tout en déplaçant, parfois, certaines de leurs « manières de faire ».

  • Parce que l'étrangeté figurative déconcerte, elle est souvent reléguée au rang des bizarreries qu'on préfère tenir à distance. Enoncée sous de multiples formes, elle témoigne d'un imaginaire fécond où « fantasme » et « fantasmagorie » se conjuguent pour donner l'impulsion à une iconographie particulièrement déroutante et entêtante. En revisitant l'histoire de l'art classique et moderne, une telle iconographie se donne également à voir sous d'autres formes dévoilant des imaginaires complexes, débridés et tourmentés dont les figures, souvent rejetées par quelques contemporains, conservent aujourd'hui encore une opacité sémantique saisissante. Par exemple, Jérôme Bosch n'hésite pas à entrecroiser les images fantasmatiques inspirées, entre autres, des bestiaires antiques et médiévaux avec celles de la scientificité de la Renaissance. Dans une perspective proche, Francisco Goya expose un imaginaire travaillé par la maladie, les angoisses et les cauchemars, peuplé de démons et d'hommes aux visages déformés et aux postures animales. Dans un style certes différent de Bosch ou de Goya, les images alchimiques font également voir des figurations singulières où des formes mimétiques convenues côtoient des figures insolites. Loin de la description d'un monde fantasmagorique, les images alchimiques nous montrent non pas l'état émotionnel de leurs auteurs, mais la nature complexe de l'art que les alchimistes pratiquent. Ces représentations étant tributaires de connaissances très spécifiques, leurs analyses par des théoriciens du visuel sont plus rares, moins approfondies, et surtout, elles négligent l'aspect parfois déconcertant des figures représentées.

  • L'expression société de l'information est devenue, ces dernières années, un des labels les plus courants pour désigner l'avènement d'une nouvelle société fondée sur les potentialités des technologies de l'information et de la communication (TIC), ainsi que sur la libre circulation des informations, des idées et des connaissances. Les différents chapitres de cet ouvrage s'interrogent sur ce que le mythe de la société de l'information dit des conflits et des antagonismes qui sont au fondement même de nos sociétés.

  • « Je viens d'une eau qui a vu toutes nos victoires et nos erreurs, je viens d'une eau que nous avons appris à aimer de nouveau, avec laquelle nous nous sommes réconciliés. Je viens d'une eau avec laquelle, toi aussi, Moana, tu aurais plaisir à te mélanger. » Il y a précisément quinze ans, l'auteur, plongeur professionnel, a suivi une intuition en quête d'une dimension oubliée de son être. Pour vivre cette quête, la Polynésie française s'est imposée à lui. Ce fut sa première rencontre avec l'océan Pacifique. Pourquoi la Polynésie française ? Parce que lorsque l'on regarde la carte du monde en plaçant ces îles en son centre, la Terre se révèle à nous telle qu'elle est réellement : une planète océan. C'est en faisant ce constat que l'auteur a senti l'appel des êtres de l'eau, ces « personnes » non humaines que nous nommons « cétacés » auprès desquelles il a compris ce que ces rencontres ont d'essentiel pour l'homme. Initiation Pacifique déroule pas à pas les étapes d'une initiation induite par l'eau, l'océan, qui doit mener à l'acceptation des possibles. Nourri de cette expérience, l'auteur a pu se confronter à lui-même et entamer un chemin d'éveil guidé par ces « gardiens de l'océan ».

  • La source

    Yves Granjon

    Un jeune professeur à la recherche d'un curieux manuscrit se retrouve prisonnier des rouages de l'Eglise catholique.
    Laurent Gautier, jeune enseignant d'histoire de l'art, se trouve mêlé à une étrange affaire concernant un manuscrit ancien. Alors qu'il cherche à résoudre, avec l'aide de l'une de ses étudiantes, un mystère qui s'épaissit de jour en jour, il finit par comprendre qu'il a entre les mains un fabuleux trésor.
    Débute alors une quête effrénée qui va les conduire tous deux à Rome, où ils espèrent trouver les réponses à leurs questions. Traqués par les services secrets, par une secte occulte, par une antique société secrète et par la police, ils se réfugient au Vatican, pensant y être en sécurité. En fait, un piège terrible vient de se refermer sur eux.
    Se retrouvant au coeur d'un imbroglio politico-religieux dont l'enjeu est planétaire, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour échapper à leurs poursuivants et pour protéger la Source.
    Découvrez, dans ce thriller palpitant, l'enquête d'un jeune professeur d'histoire de l'art en plein coeur des mystères du Vatican et d'une antique société secrète...
    EXTRAIT
    Un peu excédé par autant d'empressement, et toujours intrigué par la boîte en cuivre qu'il n'avait pas quittée des yeux pendant la conversation, Laurent raccrocha et se remit à la tâche pour tenter d'ouvrir le mystérieux objet. Il dut s'y reprendre à plusieurs reprises pour faire levier sur le mince espace qui séparait les deux parties de l'étui sans rien abîmer. À en juger par l'état de surface de l'objet et par la difficulté qu'il avait à procéder à son ouverture, il s'agissait vraisemblablement d'une antiquité. Après plusieurs minutes d'effort, l'encastrement finit par céder. Laurent retira alors délicatement le couvercle. Tel un explorateur découvrant un trésor, il plongea son regard sur ce qui semblait être un empilement de vieux parchemins manuscrits. Il souleva l'ensemble, composé d'une vingtaine de feuillets. S'il n'était pas assez compétent pour reconnaître le type d'écriture, il n'eut cependant aucune difficulté à identifier la nature du support. Il s'agissait de feuilles de papyrus. Il passa la main sur la première page pour en apprécier la texture. Oui, c'était bien du papyrus. Plutôt ancien, même, se dit-il. Mais en particulièrement bon état. Il posa la boîte et ouvrit l'enveloppe, espérant en savoir un peu plus sur cet étrange cadeau tombé du ciel. Tout ce qu'il en sortit fut un énigmatique message écrit en latin et visiblement griffonné à la hâte.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir été le plus jeune professeur des universités de France, Yves Granjon a dirigé de nombreuses écoles, essentiellement situées dans l'est du pays. Officier de l'ordre des Palmes académiques, auteur de plusieurs ouvrages et articles dans des revues nationales et internationales, ainsi que de nombreuses communications dans des colloques nationaux et internationaux, il fait aujourd'hui, avec son roman La Source, une incursion brillante et détonnante dans le monde de la littérature policière et d'espionnage.

  • À Bogotá, des groupes d'enfants vivent dans les rues. Pourtant, dans cette ville où règne la corruption, il ne fait pas bon passer une nuit dehors. Ludo et Prune l'apprennent très vite, à leurs dépens parfois, car derrière les trafics de marchandises en tout genre se cachent d'autres trafics, mettant en cause la santé et la vie des enfants...

  • Les technologies de l'information et de la communication jouent un rôle de plus en plus essentiel dans la structuration et les transformations de l'ordre social. Ce livre propose une approche critique de cette importance et de la manière dont il est fait aujourd'hui usage d'Internet. Partant de la théorie de la reconnaissance d'Axel Honneth, il montre comment ces usages s'insèrent dans la définition des identités et participent des univers sociaux des sujets. Les pratiques de l'informatique connectée ne peuvent en effet être réduites à la simple manipulation d'artefacts techniques. Elles s'inscrivent dans la matérialité des dispositifs, mais relèvent également des conditions sociales, des sens pratiques et des dispositions des utilisateurs. Ces ajustements sociotechniques peuvent habiliter le sujet, mais également le contraindre. La démonstration s'organise en trois étapes : elle porte d'abord la focale sur les discours accompagnant le développement des TIC et l'émergence de la « société de l'information » ; elle s'intéresse ensuite aux inégalités numériques et aux usages de l'informatique connectée que développent les populations socialement défavorisées ; elle traite, enfin, des pratiques récentes de mise en visibilité et de mise en récit de soi sur Internet.

  • Au sein des sociétés capitalistes avancées, la question de l'appropriation des technologies numériques d'information et de communication (TNIC) s'impose comme une problématique centrale. Si le facteur technique n'est pas une préoccupation majeure de la raison sociologique contemporaine, les sciences sociales peuvent néanmoins se prévaloir d'un nombre très important de travaux conduits ces trente dernières années sur les usages de l'informatique connectée, tant dans la sphère domestique que dans les espaces professionnels. Réunissant les contributions de dix chercheurs réputés, cet ouvrage n'a pas pour objectif de proposer une dissertation théorique mais, dans une démarche résolument polyphonique, d'offrir un ensemble de travaux pertinents et originaux.

  • Une explosion dans un entrepôt... et les uns après les autres, les habitants de Klong Toey, le plus grand bidonville de Bangkok, succombent à un mal mystérieux. Appelés en urgence, Ludo et Prune ne tardent pas à flairer du louche. Mais leur acharnement à faire le jour sur cette affaire n'est pas du goût de tout le monde. Et tant qu'ils n'auront pas démasqué le coupable, la maladie continuera ses ravages dans Klong Toey...

  • Goma. Un groupe d'enfants se tient caché, loin des camps de réfugiés. Traumatisés par la guerre civile au Rwanda, ils vivent à l'écart, s'organisent et espèrent. Mais un mal sournois les affaiblit chaque jour un peu plus. Appelé en urgence par son amie Prune, Ludo ne tarde pas à comprendre : c'est une épidémie de dysenterie ! Il faut agir, et vite ! Pas si simple pourtant de prodiguer des soins quand l'eau des réservoirs est empoisonnée de cyanure...

  • Un chirurgien, un anesthésiste, Ludo et Prune : voilà le quatuor de choc qu'a délégué Urgence Médicale Internationale pour venir en aide à l'hôpital de Travnik déchiré par la guerre. Mais à peine la Land-Rover s'engage-t-elle en territoire bosniaque, que les plus graves imprévus viennent bouleverser les plans des quatre amis. À commencer par la rencontre d'Ismet, un petit Musulman muet qu'un ennemi inconnu cherche à éliminer...

  • Ludo invite Prune au théâtre. Banal ? Pas tant que ça, quand la représentation a lieu en Afrique du Sud. Envoyé par l'UMI, le jeune pédiatre est chargé de conseiller une petite troupe de comédiens, dont l'objectif est de sensibiliser les populations rurales à la prévention médicale et à l'hygiène. Dès leur arrivée, les deux amis se rendent très vite à l'évidence : il règne sur les terres rouges du Transkei un climat de terreur. La peur se lit sur tous les visages, mais personne ne veut, ni ne peut parler...

  • Pour la première fois, la guerre en ex-Yougoslavie est vraiment racontée par ceux qui l'ont vécue. Pendant six mois, Médecins du Monde a recueilli des témoignages de plus de cent vingt victimes, croates, bosniaques et serbes. Ces témoignages sont autant de drames individuels, qui nous renvoient le récit vivant, souvent bouleversant, de ces trois dernières années de conflit. Replacés dans leur contexte historique, géopolitique et militaire, ils traduisent aussi la destinée de tout un peuple. Des récits à la première personne, indispensables pour mieux comprendre la plus grave crise européenne depuis 1945.

  • Les Hommes-Fleurs de l'île de Siberut sont victimes d'une étrange épidémie. Pour la première fois, Ludo se sent impuissant face à la maladie. Il soigne de son mieux mais tente surtout, avec l'aide précieuse de Prune, de percer le mystère... Ce qu'ils vont découvrir est terrible : quelqu'un assassine les Hommes-Fleurs. Qui ? Pourquoi ? Et comment ?

  • Cet ouvrage retrace l'histoire de recherches sur la naissance de l'évocation chez l'enfant, à travers ses premiers gestes mimant l'utilisation d'objets dans ses jeux symboliques spontanés. Sont analysés les ouvrages de langue française, les recherches soviétiques et américaines. À partir de 1970, de nombreux travaux anglo-américains se centrent soit sur les premières conduites de référence apparaissant, en particulier, dans les jeux partagés entre mère et enfant ; soit sur les conduites d'évocation gestuelle, dans des situations maintenant mieux définies qu'autrefois. Cette première forme gestuelle d'évocation étant construite, d'ailleurs doublée de vocalisations ayant valeur de marqueurs, l'enfant se donne des moyens plus économiques : la représentation ou image mentale ; et l'utilisation de la langue. Il existait beaucoup de synthèses sur le début du langage. Il manquait une vue d'ensemble sur la période du développement de la représentation imagée. C'est ce que tente d'apporter la deuxième partie de cet ouvrage.

  • Un ouvrage dirigé par Marie-Christine Granjon.
    L'oeuvre de Michel Foucault, à l'écart des modes intellectuelles de son temps, et à la croisée de la philosophie et de l'histoire, ne propose ni vision globale du monde ni théorie générale de la société. De l'histoire de la folie à l'histoire de la sexualité, ses recherches ont une double ambition: saisir des phénomènes concrets à travers la généalogie de pratiques singulières, d'une part; procéder à une critique rétrospective de notre temps en dévoilant l'historicité de nos catégories de pensée, avec leur part de contingence, d'arbitraire et de pseudo-évidences, d'autre part. Loin du déterminisme anhistorique, du pessimisme ontologique ou du nihilisme qu'on lui a prêtés, Foucault délivre un message optimiste: nous pouvons transformer et améliorer notre sort dès lors que nous avons saisi les dispositifs de savoir et les mécanismes de pouvoir qui nous ont constitués en objet d'investigation et de manipulation. L'histoire est, surtout pour le dernier Foucault (1980-1984), un instrument de démystification de la fatalité, un révélateur d'indétermination et, somme toute, de liberté.
    Foucault a lui-même invité ses lecteurs à utiliser ses travaux comme autant de «boîtes à outils », susceptibles de fournir des instruments d'analyse des systèmes de pouvoir. Les usages privilégiés par ceux qui, dans ce volume, se réclament de son oeuvre sont de trois ordres : usages philosophiques ou théoriques, de la part de ceux qui envisagent son oeuvre sous l'angle d'une nouvelle théorie critique qui aurait succédé à celle de Marx ou de l'École de Francfort ; usages heuristiques, de la part de ceux qui empruntent à Foucault concepts et hypothèses dans le but d'en tester le bienfondé, données factuelles ou enquêtes de terrain à l'appui, et contribuent ainsi à la connaissance ou à l'explication de faits historiques, sociaux et politiques ; usages pratiques ou politiques, de la part de ceux qui trouvent dans la «boîte à outils» les moyens d'établir un diagnostic de notre époque et de notre pensée, une lecture critique de nos pratiques indissociablement sociales et politiques, privées et publiques, voire un nouveau modèle d'intellectuel engagé.

empty