Littérature générale

  • Une partie de paint-ball tourne mal... et une bande d´adolescents se trouve embringuée dans des trafics glauques entre un groupe de terroristes islamistes amateurs mais dangereux, des policiers véreux, et un couple de jeunes rebelles prêts à tout faire sauter. Ou comment, derrière la banalité d´un décor de banlieue, tous les fils des tensions sociales et des désespoirs tissent une toile explosive... et un suspense tendu.





    Quand son pote Olive s´écroule en pleine partie de paint-ball, Biboul croit d´abord que le jeu continue. Mais il s´aperçoit que l´autre est en sang et il file chercher des secours... A son retour, Olive a disparu. Embarqué par qui ? La petite bande de copains est effarée mais tétanisée. L´enlèvement aurait-il à voir avec la cachette d´armes qu´ils ont découverte récemment, dans une précédente partie ? Ils n´imaginaient pas, alors, qu´ils étaient les témoins de quelque chose qu´ils n´auraient jamais dû voir, et se retrouveraient mêlés à des trafics glauques entre leaders islamistes, policiers véreux, et un couple de jeunes ados de leur âge qui se la jouent Bonnie & Clyde : Fleur et Antony... mais vont eux aussi être dépassés par leur jeu. Olive se retrouve enfermé dans une cave avec Fleur, elle aussi embarquée par la mystérieuse bande après une course-poursuite meurtrière qui coûte la vie à Antony.

    Une descente aux enfers qu´un inspecteur désespéré, Le Guénec, va accompagner avant d´en dénouer les fils, avec l´aide d´un gosse, Jamal, dit Jaja, fou de vélo et de sa cousine Naïma, et prêt à tout pour la sortir des griffes de la bande d´islamistes qui gravitent autour de son frère, Sélim.

    Ultra-violence, amour à mort, mais aussi amour tout court et profonde humanité sont les ressorts de ce polar dense, imbriqué dans une actualité complexe qu´il n´hésite pas à affronter sans tabous.

  • Le commissaire principal Edwige Marion dirige à Paris la police des gares et des trains, un univers glauque et déprimant. Gare du Nord, l'assassinat d'un vieux truand au cours d'un transfert qu'elle supervise vire au cauchemar. Elle est mise en cause, l'IGS ne la lâche pas, ses troupes se délitent.
    Elle s'en moque. Plus rien, même sa fille adoptive Nina, ne compte pour elle que cet homme, Victor, avec lequel elle vit un amour fou depuis quatre mois et qui a disparu, sans explication.
    Déboussolée, Marion, au mépris de toutes les règles, décide de retourner au point de départ de son histoire avec Victor, plongeant ainsi dans l'univers des " transhumants ", ces banlieusards qui avalent chaque jour des centaines de kilomètres.
    Un monde insolite et inattendu où elle retrace l'histoire de son amant. Et celle d'une jeune femme, elle aussi volatilisée, qui lui ouvre les portes d'une affaire plus extraordinaire encore.
    L'ombre des morts, la descente aux enfers d'une femme flic aux limites de la schizophrénie, un thriller haletant.

    Prix du Quai des Orfèvres 2013

  • Un dimanche matin dans la banlieue lyonnaise, le commissaire Marion savoure ses premiers jours de vacances lorsqu'un camion s'approche de sa petite maison isolée. Le livreur déballe devant la jeune femme stupéfaite quinze cartons envoyés par un certain Gus Léman, un ancien ami de son père disparu de la circulation depuis plus de trente ans et qui vient de mourir.
    Pourquoi l'a-t-il choisie comme légataire ? La question se complique lorsque Marion apprend que Gus était un fameux braqueur dans les années 60. Et qu'elle découvre une photo de lui au bras de sa mère...

  • Quand le commissaire Danielle Thiéry prend la tête de la brigade des chemins de fer, en 1985, elle savoure la coïncidence : prononcer des dizaines de fois par jour le nom de son arrière-grand-mère, une enfant trouvée nommée Marie Gare parce qu'elle a été abandonnée dans la gare de Dijon. De quoi donner à Danielle Thiéry l'envie d'enquêter sur cette mystérieuse aïeule, et des prédispositions pour diriger la police des trains...
    Dans une fresque parfois joyeuse, parfois sordide mais toujours optimiste, Danielle Thiéry raconte ses vingt-cinq ans de " femme flic " : la brigade des mineurs, ses fugueurs récidivistes et ses enfants exploités, maltraités ; la brigade des stups, où en tant que femme fraîchement entrée dans la police, donc inconnue du Milieu, elle servit de " chèvre " pour l'enquête sur un dealer insaisissable ; enfin la police des trains, microcosme de tous les problèmes qui frappent la France. De par sa position stratégique, Danielle Thiéry s'est retrouvée au coeur des attentats de 1986, puis elle a dû gérer tant bien que mal la dégradation des banlieues, la délinquance des toxicomanes, la prostitution, le mal-être des policiers...
    La tumultueuse vie professionnelle d'une " madame le commissaire " à la plume virevoltante et au caractère bien trempé.

empty