• La sublimation des forces de l'armée française face à l'invasion allemande En 1912, le grand écrivain militaire Emile Driant, dit capitaine Danrit, rédige un roman dont le cadre est un conflit entre son pays et l'Allemagne, profitant de l'occasion pour valoriser une arme d'élite : le génie. Initialement publié dans le Journal des Voyages, ce roman qui a pour titre Robinsons souterrains et relate l'odyssée d'un groupe de sapeurs au cours de l'attaque d'un fort tenu par l'ennemi, va connaître une destinée surprenante, du fait du déclenchement du premier conflit mondial. Il est reproduit dans un grand nombre de journaux, au cours des premiers mois de la guerre, essentiellement les quotidiens de province, ce qui incite Danrit à le revoir, avant tout à cause de l'attaque en règle qu'il contient contre les pacifistes, au premier rang desquels les instituteurs. Aussi trouve-t-il le temps, non pas réécrire son roman, mais du moins de lui apporter quelques modifications. Danrit meurt au combat, devant Verdun, au début de l'année 1916. Même si son dernier roman - rebaptisé La Guerre souterraine - n'est pas, à proprement parler, un roman de guerre écrit durant le premier conflit mondial par un militaire de carrière, comme le seront ceux d'un Georges de Lys, il a bien sa place dans cette collection car il en contient le thème principal, la guerre, et traduit l'esprit de l'époque, celle de l'Union sacrée face à l'invasion allemande. Un roman d'aventures historique de l'époque de la Première Guerre mondiale qui ne manque pas de rythme ! EXTRAIT - Non, encore une fois, non que je vous dis ! - Voyons, mon adjudant !... - Inutile d'insister. Jamais je ne vous donnerai une autorisation pareille, quand c'est votre tour de prendre le service. - Mais puisque je serai revenu à temps pour le prendre, mon service ! - On ne sait jamais. Et puis la consigne est formelle : défense d'aller dans les villages voisins ; il y a encore trop de patrouilles allemandes qui passent la Moselle la nuit et qui viennent rôder par ici : ce serait du propre de vous faire pincer le jour de votre arrivée... - Oui. Mais il y a toujours moyen de se défiler... Je suis sûr que le capitaine ne me refuserait pas, mon adjudant, si je lui expliquais... - Le capitaine est à l'ambulance avec un éclat d'obus dans la jambe ; le lieutenant est à la tranchée jusqu'à demain matin, et moi je suis seul à la compagnie et je vous dis non... Est-ce compris ? - C'est bien ! A PROPOS DE L'AUTEUR Sous le nom de plume de Capitaine Danrit se cache l'officier militaire Emile Driant, né en 1855 et mort à Verdun en 1916. Emile Driant développe très tôt une prédisposition pour une carrière dans l'armée, s'illustrant particulièrement lors de ses études à Saint-Cyr. Brillant officier, Emile Driant devient parlementaire libéral lorsqu'il prend sa retraite militaire. Il utilisa le pseudonyme "Capitaine Danrit", anagramme de son nom, afin d'éviter la censure. Ses romans d'aventures militaires, influencés par le style de Jules Verne, ont connu un succès considérable.

  • Plongez-vous au coeur du conflit entre la Russie et le Japon ! Parmi la vingtaine de romans d'aventures militaires qu'Emile Driant signe Capitaine Danrit, L'Invasion Jaune occupe une place à part. Après L'Invasion Noire, oeuvre de jeunesse publiée en 1894, qui décrivait la submersion de l'Europe par les peuples africains, il s'agissait maintenant des masses asiatiques. On était en 1905, à l'époque de la guerre russo-japonaise et du « grand tournant de la politique mondiale », titre du livre de l'ambassadeur Maurice Paléologue. Le roman peut ainsi être lu à deux niveaux, soit une suite d'aventures haletantes, soit l'évocation d'une situation politique internationale tendue et complexe. Les politiques internationales sont au coeur de ce roman d'aventures qui ne manque pas de rythme EXTRAIT Dans l'un des vastes couloirs de granit rouge qui couraient dans les sous-sols du gigantesque palais du milliardaire sir Jonathan Wishburn, de San Francisco, une ombre se glissait dans un silence spectral. Homme ou femme ? La longue robe de soie bleue qui emprisonnait d'un fourreau moiré son corps maigre et souple aux allures félines, eût trompé de loin un observateur peu exercé ; mais il suffisait de regarder un instant le faciès du personnage, à la lueur opaline d'un des globes électriques qui nuit et jour éclairaient l'opulente demeure, pour reconnaître en lui un Japonais de race, au type fortement accusé, mélange apparent de vieil ivoire, de laque et d'acier. De petite taille, mince et souple, les membres grêles, il appartenait manifestement à la race aristocratique nippone, avec sa peau d'un blanc jaunâtre, ses attaches fines, son front haut, son nez fin et ses grands yeux en amande ombragés d'épais sourcils d'un noir bleu. Quel était son âge ? Aux nombreuses petites rides qui plissaient son front, on pouvait seulement affirmer qu'il n'était plus jeune. Il marchait avec précaution, chaussé d'épaisses sandales de feutre et semblait glisser sur les mosaïques de marbre aux dessins polychromes. De temps en temps il s'arrêtait, écoutait en se redressant. Il était bien seul. A PROPOS DE L'AUTEUR Sous le nom de plume de Capitaine Danrit se cache l'officier militaire Emile Driant, né en 1855 et mort à Verdun en 1916. Emile Driant développe très tôt une prédisposition pour une carrière dans l'armée, s'illustrant particulièrement lors de ses études à Saint-Cyr. Brillant officier, Emile Driant devient parlementaire libéral lorsqu'il prend sa retraite militaire. Il utilisa le pseudonyme "Capitaine Danrit", anagramme de son nom, afin d'éviter la censure. Ses romans d'aventures militaires, influencés par le style de Jules Verne, ont connu un succès considérable.

  • - C'est égal ! mon cher de Nessy, vous direz ce que vous voudrez ! Je n'en démords pas !... La Hotte devrait être ici... mouillée en rade d'Alger, côte à côte avec notre brick et la division navale chargée du blocus... Raoul de Nessy, enseigne de vaisseau, commandant en second le brick de guerre l'Aventure, eut un léger sourire ; et, interrompant son interlocuteur, un sous-lieutenant de chasseurs à cheval, au visage plein et rose, mais dont la physionomie, un peu enfantine au repos, s'éclairait soudain d'un regard énergique : - Mon cher Cardignac, dit-il, vous parlez en cavalier que rien n'arrête ; en chasseur à cheval qui n'apprécie que cette formule : « En avant !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Et si Napoléon avait suivi les traces d'Alexandre le Grand et envahi le Moyen-Orient ? S'il s'était évadé de Sainte-Hélène à bord d'un submersible faisant furieusement écho au Nautilus ? Si l'Empereur des Français avait conquis l'Amérique du Sud, ...

empty