SIBYLLE MULLER

  • Les poésies d'amour

    Johann Wolfgang von Goethe

    • Circe
    • 3 Février 2022

    " Le plus étrange de tous les livres / Est le livre de l'amour...", Goethe place cette remarque sous la plume du poète persan, auteur fictif du Divan de l'Orient et de l'Occident, qui célèbre à la fois l'amour et la poésie. Joies, plaisirs, bonheurs fulgurants et éphémères, souffrances amères, blessures, ou peines légères et presque délicieuses - la poésie de Goethe reflète à la fois l'expérience vécue et sa sublimation dans la littérature.
    Le choix de poèmes présentés dans ce recueil tente de rendre compte de cette diversité, en proposant à côté de certains incontournables d'autres moins connus, plus personnels ou plus inattendus.

  • Les poésies d'amour

    Rainer Maria Rilke

    • Circe
    • 5 Mai 2015

    « C'est à peine si nous sommes les collaborateurs de notre amour, et c'est par cela même qu'il restera au-dessus des dangers banaux. Tâchons de connaître ses lois, ses saisons, son rythme et la marche des constellations à travers son vaste ciel étoilé. » Rilke dessine à travers sa poésie amoureuse une géographie universelle de l'amour, des premiers regards échangés à la douleur de l'absence. Au-delà de l'expérience intime, à côté des grands poèmes métaphysiques où s'inscrit une métaphysique de l'amour, le poète s'adresse dans les poèmes réunis dans ce volume à la Bien- Aimée : femme multiple et unique, pensée (mais non rêvée), extrêmement proche et extrêmement lointaine en même temps, dans la fi gure de laquelle s'opère la transmutation du discours amoureux en discours poétique.

  • Philosophie de l'amour

    Georg Simmel

    • Circe
    • 17 Janvier 2019

    Simmel considère l'amour comme le fruit d'une motivation primaire, étrangère à l'opposition entre action égoïste et action altruiste. L'éros abolit toute distance entre le je et le tu, en vertu d'une projection de sentiments qui entraîne la complète solidarité, l'adhésion absolue de l'objet au sujet. L'essence de l'amour est par conséquent unitaire ; elle n'est pas la synthèse de facteurs hétérogènes, bien qu'elle se manifeste via une variété de modes et d'attributs différents : sensualité et sentiment, instinct et affection, attirance et sympathie.
    Ainsi interprété, l'amour est avant tout un rapport que l'individu entretient avec lui-même, sorte de défi de réalisation de soi individuel et irrésolu, qui a pour effet une tension érotique continuelle

  • Les lectures et relectures de Sens unique de Walter Benjamin sont chaque fois des sortes d'aventures.
    Car le livre nous invite à traverser l'expérience, historique et subjective, sans rien dénier de ses difficultés, de ses défauts, de ses souffrances, mais sans rien renier non plus des traces qui s'y trouvent d'une émancipation possible. Il scrute sans complaisance et avec une impitoyable lucidité toutes les raisons de s'inquiéter de l'état du monde, mais il nous incite simultanément à ne pas passer à côté des leçons de vie et de justice qu'on peut aussi en retenir. La rue à sens unique conduit vers un terme inexorable, mais son parcours est une intarissable occasion de rencontres, d'ouvertures, de joies et d'intelligences partagées.

  • Longtemps incomprise à cause de sa modernité même, la sociologie de Simmel consiste en une large gamme de modèles d'explication sociologique : en élaborant la notion de « forme », de schéma explicatif commun à des réalités historiques très différentes par ailleurs, Simmel a réussi à éviter tout projet de descriptionexplication dogmatique et systématique de la société. Il peut ainsi juxtaposer des approches très différentes d'un même objet social, d'où le caractère novateur de certaines de ces études devenues classiques, sur le conflit et sur la pauvreté, qui accomplissent un tournant décisif : penser ces phénomènes non plus comme de simples insuffisances de la société, mais comme des parties intégrantes de sa réalisation.
    Il y a ainsi beaucoup à apprendre de Simmel sur des questions aussi importantes que la « fracture » sociale ou la progression de la violence. Certaines causes du racisme, de la xénophobie, le développement des extrémismes politiques, celui de la haine en général, sont ici largement et clairement explicités. Simmel lève la perplexité que l'on peut éprouver lorsque les organismes les plus variés confient à dessein des postes importants à des médiocres : ces choix apparemment contestables correspondent pourtant à de bonnes raisons, Simmel nous dit lesquelles et élucide l'apparente irrationalité du monde moderne.

  • Origine du drame baroque allemand

    Walter Benjamin

    • Flammarion
    • 21 Novembre 2009

    Origine du drame baroque allemand : sous ce titre d'allure érudite, se cache, on le sait, le plus important des ouvrages que Walter Benjamin put mener à terme.
    Il le publia en 1928, après l'avoir porté plus de dix ans, et après que l'université de Francfort eut refusé de l'accepter comme thèse d'habilitation. Ce n'est pas un livre d'histoire littéraire. C'est un livre qui subvertit la "science littéraire" - après le romantisme et après Nietzsche, mais au nom d'une " autre philosophie à venir" - pour ouvrir à une pensée inédite de la provenance et de la destination de l'art dans le monde moderne

    Sur commande

  • La philosophie du comédien

    Georg Simmel

    • Circe
    • 18 Février 2016

    Assez rares sont les philosophes qui tentent de penser, de façon approfondie, l'art ou l'activité des acteurs. Beaucoup font référence aux comédiens, surtout chez les modernes, mais peu se risquent à caractériser cette façon particulière d'agir, de travailler ou d'être qu'on appelle « le jeu ». Quelle sorte de création, quelle oeuvre en résulte? Denis Guénoun propose une introduction à cette réflexion, en situant la problématique de Simmel par rapport à certaines de celles qui l'ont précédée, et en essayant donc d'en apprécier l'originalité.

    Sur commande

  • La route de campagne

    Regina Ullmann

    • Circe
    • 19 Octobre 2017

    Regina Ullmann compte parmi les plus importants écrivains suisses du XXe siècle. Ses récits traitent des impuissants et des candides grâce à des images de tourments tout comme de désir et de violence. Les phénomènes en marge, l'oubli et l'exclusion la fascinent, elle qui mène une vie de drames et de difficultés, harcelée par sa mère et en couple un temps avec le psychanalyste anarchiste Otto Gross.
    Rainer Maria Rilke l'admirait et a énergiquement défendu l'oeuvre de cette auteur aussi peu conventionnelle. Sa prose faite d'observation pleine de sollicitude des personnes en marge, mais aussi d'anticipation des catastrophes à venir et de sensualité richement imagée, a souvent été comparée à celle de Robert Walser.

    Sur commande

  • Fleurs des champs

    Stifter/Adalbert

    • Circe
    • 23 Janvier 2008

    Albrecht, jeune peintre viennois, raconte dans ses lettres à son ami Titus sa rencontre avec Angela, à qui il se fiance deux mois plus tard ; mais le lendemain, le jeune homme la voit dans les bras d'un étranger ; il quitte la ville. Il apparaît que l'étranger qu'embrassait Angela, en fait une orpheline issue d'une noble famille russe, était Emil Morus, qui l'avait recueillie dans sa maison à Vienne après l'assassinat de ses parents. Ce n'est que de nombreuses années après qu'elle avait retrouvé sa soeur jumelle, princesse belle et fière. Mais celle-ci exige qu'Angela renie ceux qu'elle considère comme « ses véritables parents de coeur »...

  • Esthetique du laid

    Rosenkranz/Karl

    • Circe
    • 27 Octobre 2004

    " Une esthétique du laid ? Et pourquoi pas ? L'esthétique est aujourd'hui un terme collectif qui recouvre un large groupe de concepts, qui à son tour se divise en trois classes distinctes. La première concerne l'idée du beau, la deuxième le concept de sa production, c'est-à-dire l'art, la troisième le système des arts, la représentation du beau au moyen de l'art dans un medium déterminé. Nous avons l'habitude de regrouper les concepts qui appartiennent à la première de ces classes sous le titre de métaphysique du beau. Mais quand on analyse l'idée du beau, on ne saurait en dissocier l'étude du laid. Le concept du laid, le beau négatif, constitue donc une partie de l'esthétique. Il n'y a pas d'autre science à laquelle on pourrait le rattacher, et par conséquent c'est à juste titre qu'on parle de l'esthétique du laid. Personne ne s'étonne de ce que la biologie traite du concept de maladie, ou l'éthique du concept du mal, les sciences juridiques du concept d'injustice, les sciences religieuses du concept de péché. Parler de théorie du laid, ce serait exprimer avec moins de précision la généalogie scientifique de ce concept. Du reste j'aurai à justifier ce terme en exposant cette généalogie... "

    Sur commande

  • Mon enfant bilingue

    Gertrud Kolmar

    • Circe
    • 5 Mai 2015

    « Ce qui a été retrouvé n'est pas le compte rendu de l'horreur - bien qu'il y en ait -, mais le corps incandescent de sa poésie, intact . Gertrud Kolmar est une grande mythologiste. » Cynthia Ozick.
    Ceux qui connaissent bien son oeuvre, comparent Getrud Kolmar à ses compatriotes, Else Lasker- Schüler et Nelly Sachs ; d'autres encore la considèrent comme la plus grande poètesse d'origine juive de tous les temps.

    Sur commande

  • Mon amie Lo

    René Schickele

    • Circe
    • 21 Octobre 2010

    Mon amie Lo est l'histoire d'une parisienne charmante qui vit au centre d'un cercle de poètes, d'artistes et de bo-bo de la Ville lumière ; elle s'offre à plusieurs et n'appartient finalement à personnen - ou du moins, jamais plus de trois mois. Estelle immorale ou simplement trop légère ? Un de ces amis, qui l'a conquise puis perdue, trouve la réponse dans sa propre expérience et réussit à peindre l'image d'une femme transcendée par l'amour. « Quelque chose d'une intelligence et d'une grâce absolument exceptionnelles » Thomas Mann

    Sur commande

  • Théorie du drame moderne

    Peter Szondi

    • Circe
    • 28 Septembre 2006

    Théorie du drame moderne, publié pour la première fois en Allemagne en 1956, est le premier ouvrage de Peter Szondi (1929-1971). Il s'inscrit dans la tradition, ouverte par Hegel, d'une esthétique historique où s'illustrent Théorie du roman de Lukacs, Origine du drame baroque allemand de Benjamin et Philosophie de la nouvelle musique d'Adorno. Partant du principe hégélien de l'identité de la forme et du contenu, Szondi établit le constat que la forme dramatique fait l'objet à la fin du XIXe siècle d'une crise fondamentale due à l'introduction d'éléments épiques en son sein. Sur un mode dialectique, Peter Szondi répertorie les " tentatives de sauvetage " de la forme ancienne en dépit des contenus nouveaux (naturalisme, pièce de conversation, pièce en un acte, etc.) puis les " tentatives de solution " (littérature dramatique du moi, revue politique, théâtre épique brechtien, jeu du drame impossible pirandellien, etc.). Un ouvrage fondamental, qui, d'Ibsen à Beckett, interroge les destinées de la littérature dramatique sur le mode non pas d'" une histoire du drame moderne ", mais d'" une tentative pour reconnaître, à partir d'un certain nombre d'exemples, les conditions qui ont déterminé son évolution ".

  • Pesanteur & abstraction

    Léo Popper

    • Circe
    • 21 Mars 2009

    " tu te souviens, j'ai dit un jour que ce que je faisais, ce serait un platonisme inversé.
    A présent j'ai constaté ceci : c'est toi qui ras fait ; tu as fait descendre les idées du ciel et tu les as replantées dans la terre, dans l'âme des hommes, dans le pinceau du peintre et le ciseau du sculpteur. a présent nous pouvons nous remettre à construire le palais des idées, qui s'était effondré, parce qu'il était construit sur des mots. " georges lukàcs, lettre à léo popper.

  • Journal posthume

    Georg Simmel

    • Circe
    • 14 Novembre 2013

    Aphorismes précis et fulgurants, pensées profondes et acérées, réflexions qui éclairent l'obscurité, considérations qui accueillent l'harmonie du monde dans l'apparent chaos qui nous entoure. C'est le "Journal posthume" de Georg Simmel, livre "mélancolique", génialement, optimiste et pessimiste en même temps.

    Sur commande

  • La feuille sombre devant laquelle ce livre magnifique resplendit est l'exil - d'abord l'exil volontaire jusqu'à 1933, puis l'exil forcé d'un écrivain allemand issu d'une famille de banquiers juifs. Dans les différentes villas que Rudolf Borchardt habita en Italie, il est devenu lui-même ce jardinier amoureux. Dans l'une de celles-ci, dans la proximité de Lucca en Toscane, il a écrit en 1938 son grand livre sur les jardins, à la fois véritable vade-mecum du jardinage et essai très lumineux sur les liens que nous entretenons avec les plantes.

  • La solitude des mourants

    Norbert Elias

    • Christian bourgois
    • 19 Avril 2012

    " Jamais la mort n'a été aussi discrète, aussi hygiénique qu'elle l'est aujourd'hui, et jamais aussi solitaire. " Si la dissimulation et le secret qui entouraient jadis le domaine sexuel se sont heureusement relâchés, les tabous sociaux se sont déplacés et singulièrement renforcés en ce qui concerne la mort. L'attitude pusillanime de refus et de gêne qui entoure aujourd'hui la fin d'un être humain est tout à fait comparable à celle qui prévalait dans le domaine sexuel à l'époque victorienne. Telle est la thèse que développe Norbert Elias dans ce livre.

    Indisponible

empty