• Hospitalisée suite à une attaque cérébrale, Josée, la mère de l'auteur, perd l'usage de la parole.
    Elle souffre d'une aphasie, une perte presque totale de la capacité de s'exprimer. Désormais, elle émet des sons inintelligibles traduisant son désespoir et sa colère d'être incomprise.
    Ancienne bouchère à Saint-Nicolas, comédienne dans une troupe de théâtre amateur, elle était pourtant connue pour son sens de la repartie et son caractère bien trempé.
    La langue était son instrument principal, désormais son seul combat est de lutter pour essayer d'émettre quelques syllabes.

  • Comment expliquer la rationalité paradoxale de ceux qui s'abandonnent à la folie du fanatisme ? Gérald Bronner défait un certain nombre d'idées reçues sur leur profil et leurs intentions, à travers l'exploration d'un univers mental mal connu et qui, à juste titre, fait peur. En convoquant les travaux les plus récents de la sociologie, des sciences politiques et de la psychologie cognitive, son texte dessine un portrait inédit d'un mal qui ronge les démocraties contemporaines : la radicalisation des esprits. S'appuyant sur de nombreux exemples et expérimentations de psychologie sociale, il propose un descriptif des étapes qui conduisent au fanatisme et quelques solutions pour aider à la déradicalisation.

  • Une bande de jeunes gamers cosmopolite se déchaîne sur console afin de remporter un tournoi de jeu de stratégie, réputé ingagnable. Hélas la partie est moins innocente qu'il n'y paraît, et la victoire est amère. L'agence conceptrice du jeu Clean-Planet n'est autre qu'un groupe politique sulfureux qui tente de maîtriser définitivement le monde informatique... Paniqués par la maîtrise technique dont font preuve ces incroyables geeks, le Chanoine, dirigeant de cette sinistre officine, et ses commanditaires décident donc d'éliminer tous les joueurs... Fantine, l'héroïne, cible prioritaire des assassins va être secourue par un ancien sniper...

    Une plongée hallucinante dans le monde des ultra-gamers et dans celui des tueurs à gages, des snipers et des complots économico-politiques.

    Des personnages principaux désarmants : ils ont entre 14 et 21 ans, évoluent avec génie dans le monde virtuel mais peinent à trouver leurs marques dans la réalité : tirer des coups de feu sur un écran c'est amusant, recevoir une balle en plein corps ça l'est assurément moins.

    Un roman aussi speed qu'un jeu vidéo, aussi trépidant que les meilleurs films d'action. Entre Jason Bourne et Lara Croft.

  • L'art cinématographique fait lien entre deux pratiques de discours - l'une, la psychanalyse, par l'expérience de la parole de sujet, et l'autre par les images qui bougent et parlent - pour en interpeler une troisième, celle du politique pour faire face au vacarme du monde. Entre cinéma, politique et psychanalyse surgit l'effet de scandale propre au sujet de l'inconscient.

    En se posant comme critiques freudiens de cinéma, les auteurs questionnent la violence intime propre à chacun, le rapport à ses propres pulsions. Comment transformer les violences collectives d'hier et d'aujourd'hui  en mots, en images, alors qu'elles ont trait à l'impensable, encore mal ou non perceptible, au point d'affecter notre intériorité psychique, notre nature d'êtres parlants ? Le cinéma, en questionnant la destructivité suractivée depuis les génocides du XXe siècle, peut-il prémunir les adolescents de la dérive auto-destructrice et meurtrière actuelle ?

    Entre sujet et collectif, entre intime et extrême, les films autour desquels s'articule cet ouvrage ne cessent de nous enseigner et impliquent les spectateurs que nous sommes comme témoins actifs de la violence du monde.

  • Dr Adder

    K. W. Jeter

    « Ce livre vous prend à l'estomac. Je l'ai aimé. Je l'ai adoré. Nos censeurs vont s'égayer en poussant des hurlements quand ils l'auront lu, mais laissez-les crier. » - Philip K. Dick
    L.A. est partagé entre d'un côté la Zone-Rat, où échouent les marginaux et les membres du Front de libération, et de l'autre le comté d'Orange, repaire des nantis drogués à leur poste de télévision. Entre les deux, l'Interface, zone neutre où déambulent les putes modelées selon les désirs et pulsions secrètes des clients par le bistouri du Dr Adder, idolâtré par certains, voué aux gémonies par d'autres.
    E. Allen Limmit a quitté son Phoenix natal et son Unité de ponte pour vivre lui aussi la grande aventure de L.A.
    Poussé à rencontrer le fameux chirurgien, il ne se doute pas qu'il va être pris entre les feux croisés du docteur et ceux de son ennemi juré, John Mox, télévangéliste à la tête de l'armée des Forces morales au sein d'une ville à l'âme aussi vérolée que désespérée...
    Encensé par Philip K. Dick qui s'est battu pour qu'il soit publié, Dr Adder est devenu un classique. Écrit dix ans avant Neuromancien de William Gibson, ce roman annonce la vague cyberpunk qui changera à jamais la littérature américaine. Trente ans après sa parution, il n'a rien perdu de sa virulence, de sa crudité et de sa pertinence.Contient une interview de l'auteur et une bibliographie commentée.

    Postface de René-Marc Dolhen.



  • Le Moyen-Orient décomposé redevient-il le centre d'un nouveau « Grand Jeu » ?... S'y réinscrivent les puissances globales : des États-Unis faussement tentés par l'éloignement, une Russie qui s'impose sur un échiquier inattendu, une France secouée par les contradictions de ses politiques... Et s'y affrontent les candidats à l'hégémonie régionale : Iran, Turquie, Arabie Saoudite. La cartographie d'un espace sans doute déterminant pour les futurs du monde se redessine radicalement autour de la Syrie et de l'Irak.
    Absente du nouveau « Grand Jeu » : l'Union européenne. Une UE engluée dans ses crises, dont l'assaut des populismes de toutes natures, et les divisions ravivées par les dérives autoritaires de l'Europe centrale, constituent les signes politiques les plus inquiétants. L'Union européenne serait-elle en train de se défaire par les peuples ?

    La planète mondialisée s'organise aussi autour des négociations commerciales internationales : approche globale de l'OMC, approches régionales avec les zones de libre-échange, approche plurilatérale. Quelle dynamique l'emportera, dessinant les systèmes d'échanges de demain ?


    Moyen-Orient, crises européennes, échanges internationaux : Politique étrangère se penche sur trois dimensions du désordre international pour lesquels les développements des mois prochains seront sans doute décisifs.

  • Négocier avec les nazis pour sauver des centaines de vies, est-ce collaborer ?

    Deux mois après son onzième anniversaire, le 9 juillet 1944, les portes du camp de concentration de Bergen-Belsen se ferment derrière Ladislaus Lb. Cinq mois plus tard, alors que la Seconde Guerre mondiale fait encore rage, il franchit la frontière de la Suisse neutre, hébété mais sain et sauf. Il n'est pas seul : il fait partie d'un groupe de 1 670 Juifs hommes, femmes, enfants venus de Hongrie, sauvés des nazis grâce à un marché exceptionnel conclu par un homme appelé Rezs Kasztner lui-même Juif hongrois avec Adolf Eichmann, le maître d'oeuvre de la Shoah.
    Dix ans plus tard, Kasztner sera accusé de collaboration criminelle avec les SS. Au cours d'un procès retentissant, un juge estimera que Kasztner avait vendu son âme au diable.
    Lorsqu'en 1958 la Cour suprême israélienne annulera la sentence, Kasztner n'est plus : quelques mois plus tôt, an mars 1957, il est tombé sous les balles sous les balles d'un groupuscule de Juifs extrémistes.

    Dans ce livre écrit d'une plume retenue, Ladislaus Lb offre un récit détaillé et émouvant de l'affaire Kasztner. Mal connu du public francophone, c'est pourtant l'un des épisodes les plus étonnants de l'histoire de la Shoah et une sombre histoire lui a secoué le jeune État d'Israël dans les années 1950. Pour les uns, Rezso Kasztner fut un collaborateur pour avoir tenté de négocier avec Eichmann le sauvetage de Juifs hongrois promis à la mort. Pour les autres, il fut un héros, devenu un martyr après son assassinat, à Tel-Aviv, en 1957. L'auteur avait onze ans à l'époque. Il eut la chance de faire partie du train Kasztner qui permit à près de 1 700 autres Juifs de Budapest de rejoindre la Suisse en 1944. Son témoignage nous fait pénétrer au coeur d'une terrible question : pour sortir de l'enfer, avec qui négocier sinon avec le maître des lieux ? Ladislaus Lb a également participé à l'extraordinaire documentaire de Gaylen Ross, Le juif qui négocia avec les nazis.

    À lire, pour sortir des visions édifiantes d'une histoire qui saigne encore.


    Henry Rousso

  • Le navire obscur

    Sherko Fatah


    Né dans le Kurdistan irakien, Kerim ne connaît que la guerre, le pouvoir répressif des puissants, la violence : son père est tué sous ses yeux.

    À peine sorti de l'enfance, Kerim prend sa place aux fourneaux de la petite auberge familiale. Jusqu'au jour où, allant rendre visite à ses grands-parents dont la famille est sans nouvelles, il est capturé et enrôlé de force dans les rangs de ceux qui se nomment « les combattants de Dieu » : il ne s'en libèrera qu'au prix d'un crime.
    Il n'aura dès lors qu'une idée : quitter l'Irak le plus vite possible et gagner clandestinement l'Europe, et plus précisément l'Allemagne.
    Après une traversée clandestine épouvantable il débarque chez l'un de ses oncles à Berlin et commence une vie nouvelle.
    Là, l'intégration dans le quotidien européen ne ressemble pas à ce qu'il avait imaginé, son passé le rattrape, lui colle à la peau.
    L'échec est programmé.
    Sherko Fatah révèle la puissance de son style dans cette évocation de l'inéluctabilité du destin de ses héros, aux prises avec les différentes formes des extrémismes, leurs multiples pouvoirs de séduction et leurs conséquences.
    Fils d'un père kurde originaire du nord de l'Irak et d'une mère allemande, Sherko Fatah est né en 1964 à Berlin-Est. Grâce à la nationalité irakienne de son père, il a pu quitter la RDA avec sa famille qui, après un bref séjour à Vienne, s'installa à Berlin-Ouest où Sherko Fatah fit des études de philosophie et d'histoire de l'art, il étudie particulièrement Heidegger. Il a fait de nombreux voyages en Irak. Il vit à Berlin.

    Il a remporté le Grand Prix de l'Académie de Berlin 2015.

  • Regroupant une foule de situations difficiles auxquelles parents, enfants, enseignants, thérapeutes ou aidants naturels font face quotidiennement, Allégories pour guérir et grandir a le pouvoir d'éveiller le potentiel qui sommeille en chacun de nous.

    oVotre jeune vit une déception à la suite d'un échec ? Parcourez avec lui l'allégorie Chatouille et le grand escalier.

    oUn de vos élèves a un trouble d'attention ? Consultez l'allégorie Rapido et la sirène.

    oVotre conjoint souffre d'épuisement professionnel ? Lisez l'allégorie Grand Tom.

    oVous vous sentez mal dans votre peau ?
    Référez-vous à l'allégorie Ma maison.

    Ce guide pratique propose 70 allégories présentées sous forme de courtes histoires thérapeutiques, lesquelles vous feront voir la vie d'un oeil différent, vous donneront accès à des ressources intérieures insoupçonnées et vous ouvriront à de tout nouveaux horizons.

  • À travers cette fiction, Nikabou Gmakagni interroge les fondements religieux et idéologiques qui servent d'étendards aux extrémistes africains. Véritable appel à la tolérance, les épineux tabous soulevés dans ce roman sont habilement traités par l'auteur.

  • Installés en Belgique, Mustafa et Fella, couple d'origine turque, travaillent honnêtement pour offrir un bel avenir à leur fille Nesayem. Malgré leurs efforts pour l'éduquer et lui transmettre leurs valeurs, ces musulmans tolérants sont désemparés devant le comportement rebelle de l'adolescente. Jean-Claude, son petit-ami récemment converti à l'islam, est entraîné dans la spirale infernale de l'extrémisme religieux... Les auteurs s'emparent du terrorisme, sujet brûlant au coeur des préoccupations de la société contemporaine. Ils s'inquiètent de la déroute d'une certaine frange de la jeunesse occidentale en mal de repères, tentée par le risque pour pimenter un avenir assombri par la crise identitaire et économique. Le pouvoir de la fiction, provoquant l'empathie du lecteur envers le sort malheureux des personnages, sert à éveiller les consciences. Le réalisme cru du roman sonne comme un signal d'alarme et invite à réfléchir aux moyens de sauver ces êtres en perdition.

  • Dans « Combat à huis clos » se délivre un monologue empreint de suspense qui dépeint la résurgence des extrémismes dans notre société ; « Le mur mitoyen » plonge le lecteur dans l'absurde quand se déroulent sous ses yeux les interactions les plus étranges entre voisins au beau milieu de la nuit ; enfin, « Jeanne Moreau est morte » rend un vibrant hommage à celle qui fut l'égérie d'une génération. Trois pièces à la puissance narrative et à la profondeur de réflexion abyssales.
    Auteure en liberté, pétrie d'humanité, Nut Monegal scrute l'humain avec une curiosité toujours renouvelée. Touchants, maladroits, effrayés ou intrigués, ses personnages nous emportent derrière le rideau. Écoutons leurs paroles, scandons avec eux ce qui fait le sel de la vie : l'humour, la beauté, la poésie.

  • La nation arabe existe-t-elle aujourd'hui, malgré un siècle de guerre ? La génération arabe contemporaine n'est-elle pas en révolte contre les idéologies extrémistes d'hier et à la recherche d'une identité perdue ?
    Cet essai richement documenté propose une analyse critique des raisons des conflits du passé et un regard sur l'avenir d'une nation. Coincée entre un nationalisme combattant pour son unité virtuelle et un islamisme extrémiste, noyé dans son rêve d'un empire du mal, peut-elle trouver une troisième voie ?
    Licencié de l'université libre de Bruxelles, Farouk El Moussarih est spécialiste en relations internationales et en politique du monde arabe.

  • Rebecca

    Andreas Rosseel

    « Tout à fait normal que la fille d'un armateur finisse l'école secondaire et décroche son homologation et reçoive une Porsche comme cadeau. Bien sûr à condition que son amour "contre nature" ne vienne pas tout gâcher en se divulguant. Car ce "contre nature" n'était pas vraiment très important, si seulement on pouvait garder cela "top secret" par exemple. Ce qui était intolérable, c'était cet amour "contre l'establishment", contre le rabbin et contre le maire, contre le beau monde et les bons voisins, contre les habitudes des "bonnes gens". Une gouine immonde ! Une sale fille de savetier ! Elle allait lui faire avaler ces paroles et les regretter jusqu'à la fin de ses jours ! » Amsterdam. À quinze ans, Rebecca, issue d'un milieu modeste, ne connaît rien à l'amour et ne s'intéresse qu'au sport. Dalia, une camarade de classe, gosse de riches, dévergondée, va tout lui apprendre... Les années passent, et le couple va s'engager dans le féminisme et le militantisme lesbien. Mais être juive, homosexuelle et médiatique est loin d'être sans danger. Bien au contraire... De la romance sensuelle à la chronique engagée, Andreas Rosseel signe à nouveau de sublimes portraits de femmes. Sous ses airs de récit initiatique, l'auteur dénonce les extrémismes tout comme la médiocrité des codes de bienséance d'une société malade et meurtrière. Un récit fort pour un hymne tragique, d'une actualité troublante.

  • Que se passe-t-il dans la tête d'un terroriste qui se dit révolutionnaire ? Quelles idées tuent qui ? Quels écrits annoncent ou justifient l'attentat ? Comment dans des démocraties européennes des années 70/80, social-démocrates ou libérales, finit-on par abattre des civils, au nom de masses qui rechignent à se révolter ? Quelles vagues ont précédé, quelles vagues suivront ? Avant de juger ou d'anticiper, il faut commencer par savoir comment, à partir des notions très contestées de terrorisme et de révolution, s'élabore un corpus idéologique, comment il est interprété. Et comment les circonstances transforment parfois des intellectuels d'encre en intellectuels de poudre ou des tueurs en théoriciens. C'est désormais possible avec cette anthologie - sources, confessions, justifications, doctrines, communiqués - dont se nourrit l'action armée et qui éclaire les mécanismes du passage à l'acte, ses constantes et ses répétitions. Hier, un lecteur attentif aurait sans doute plus prévoir quelles idées déboucheraient sur quelles violences. Regretterons-nous demain de ne pas l'avoir fait maintenant ?

  • Pourquoi faut-il distinguer la marginalité de l'extrémisme ? Quand, comment et pourquoi les idées de la droite radicale peuvent-elles être recyclées par la droite républicaine ? Qu'existe-t-il de commun entre les néo-situationnistes de l'Encyclopédie des Nuisances et les courants ésotéristes de la Nouvelle Droite française ? Quelles sont les principales composantes idéologiques de la mouvance décroissantiste ? Pourquoi le personnalisme gascon a-t-il été si longtemps ignoré des historiens des idées alors qu'il incarnait la tendance la plus novatrice des mouvements non conformistes des années 1930 ? Le Tea Party n'est-il qu'un artefact produit par la chaîne Fox News ou a-t-il eu et aura-t-il un rôle à jouer un rôle au sein de la droite américaine ? Que sait-on, en France, des théories libertariennes dont se réclame notamment Clint Eastwood ? Est-il possible de déconstruire, à partir de la pensée de Jacques Derrida, la catégorie des marges politiques ? Ce livre entend répondre à ces questions, et à bien d'autres, d'un point de vue scientifique mais aussi dans un langage accessible au plus grand nombre.

  • Suite à l'important succès de son premier livre, Allégories pour guérir et grandir, et fort des mille suggestions et commentaires reçus après sa publication en 1993, l'auteur s'est laissé facilement convaincre de continuer dans cette voie psychopédagogique.

    La matière :
    Allégories II: Croissance et Harmonie tente, dans sa première partie, d'approfondir et de compléter différentes notions déjà présentées succinctement dans le premier livre afin de démontrer sans conteste la richesse et la puissance des contes et des allégories.

    La nouveauté :
    Dans la seconde partie, l'auteur nous présente un éventail de nouvelles allégories souvent écrites en collaboration avec divers spécialistes des domaines social, scolaire et de la santé. Ces allégories sont regroupées sous trois grandes thématiques:

    1) Les allégories et moi.
    2) Les allégories, les autres et moi.
    3) Les allégories, ma famille et moi.

  • Pour la réalisation de son quatrième livre sur les allégories, Michel Dufour s'est associé à Sophie Bernard, psychologue et sexologue reconnue de Québec.

    Par le biais de contes métaphoriques, les auteurs tentent dans cet ouvrage de guérir les maux du coeur et du corps qui surviennent parfois au sein du couple et de la famille sans toutefois négliger l'individu.

    Divers problèmes tels que préjugés, solitude, deuil, adultère, pédophilie, maladie, rupture ou problèmes de communication sont abordés avec tact et respect.

  • Allégo rit avec les jeunes, c'est 42 allégories qui permettent aux jeunes de recevoir, de façon camouflée, des suggestions sur la manière de surmonter ses difficultés (motivation, confiance en soi, mensonge, décrochage scolaire, méthode de travail, respect des autres, travail d'équipe), d'affronter différentes situations de la vie (pertes, agressions, abandon, rivalité, divorce) et de développer davantage ses ressources intérieures.

    Chacun des contes est suivi d'une illustration mettant en vedette Allégo et ses deux amis. Ces animations sont un pont sur le futur qui donne au jeune l'occasion d'actualiser ses ressources et de se projeter dans un avenir plus positif.

  • Ce livre, qui s'adresse aux personnes de 7 à 107 ans, est un recueil à la fois littéraire et thérapeutique, magique et symbolique, traitant de divers sujets se rapportant à l'amour de soi et des autres. Il présente une nouvelle façon d'amorcer des solutions, soit de le faire au niveau de l'inconscient, c'est-à-dire au niveau du coeur, des émotions, de l'imaginaire. En plus d'amuser, de faire réfléchir et de divertir, ces récits allégoriques contribueront à aider les gens à mieux s'aimer, à accepter l'amour de l'autre et à le partager avec autrui.

  • Cette histoire remarquable est celle de deux femmes nommées Nazanin, - l'une, Canadienne au sommet de sa carrière et l'autre, une adolescente iranienne incarcérée dans le couloir de la mort -, mais surtout d'un courriel qui a transformé leurs vies à jamais.

    Nazanin Afshin-Jam s'était hissée au sommet. En 2006, elle venait de signer un premier contrat d'enregistrement de disque, avait été élue première dauphine au concours Miss Monde trois ans plus tôt, poursuivait une carrière florissante de mannequin et était devenue une véritable icône de la communauté internationale des dissidents iraniens. Mais un après-midi, elle reçut un courriel qui allait bouleverser son existence.

    Elle apprend alors qu'une adolescente kurde nommée Nazanin Fatehi risque la peine de mort en Iran, suite à une condamnation pour avoir poignardé un homme qui voulait la violer. Peu de temps après, madame Afshin-Jam s'engage à prendre sa défense. Cette décision l`amène à plonger dans le monde de la diplomatie internationale et à affronter le côté sombre du pays qui l'a vue naître, avec ses crimes d'honneur, la violence faite aux femmes et l'exécution d'enfants, sanctionnée par l'État. Pendant que Nazanin Fatehi dépérit en prison, dans des conditions si atroces qu'elle tente de mettre fin à ses jours, madame Afshin-Jam travaille sans relâche à mettre en oeuvre une campagne visant à lui sauver la vie.

empty