Jeunesse

  • U et V

    Régis Lejonc

    Régis Lejonc est un illustrateur reconnu et prolixe. Son talent est polymorphe. Il nous balade depuis une quinzaine d'années dans des univers absurdes, drôles, engagés, graves, poétiques ou intimes avec une même sincérité.

    Puisqu'il affectionne les jeux de mots, disons pour bien débuter que Régis est un conteur éclectique. Techniquement aussi, Régis Lejonc musarde. Il pioche dans sa mallette en fonction des besoins : pastels, crayon, feutres, fusain ou encre de chine. Il dessine de manière traditionnelle ou à l'ordinateur, directement à la souris. Aujourd'hui, le plus souvent, ses dessins sont un mélange des deux. Il ne s'agit ici que des illustrations de ses livres, laissant de côté, faute d'espace, le monde de la peinture où il débuta ou celui de la communication dans lequel il continue d'exercer ses talents. Cette grande variété dans son travail le rend difficile à circonscrire. Il en est certainement bien heureux. Car ce n'est pas là ce qui compte pour lui. (...)

  • A

    Olivier Latyk

    Olivier Latyk est un illustrateur précoce. Il a fait les Arts Appliqués à Paris, puis les Arts Décoratifs de Strasbourg (l'une des référence en matière d'enseignement de l'illustration). Il y rejoint entre autres Mathieu Sapin, Benjamin Chaud, Irène Schoch ou Gaétan Dorémus. Olivier a publié son premier ouvrage alors qu'il était encore étudiant et n'avait pas 20 ans.

    Il n'a cessé depuis de produire pour la presse, la publicité, le loisir créatif, illustrer des documentaires, des couvertures, des romans jeunesse et bon nombre d'albums chez Nathan, Albin Michel, Casterman ou Milan... Son travail est apprécié en Angleterre et aux États-Unis. Sa bibliographie est impressionnante et la qualité de ses images irréprochable.

    Olivier Latyk est un illustrateur au sens le plus fidèle de sa définition : il représente le sujet afin de le compléter, de le rendre plus clair, plus attrayant : il le met en lumière. Peu importe le sujet d'ailleurs, son travail saura l'éclairer et transcender le propos. C'est à cela qu'on reconnaît les grands illustrateurs.

    (...)

  • L

    Ingrid Monchy

    Ingrid Monchy est une artiste sachant aussi bien dessiner que graver, modeler que photographier. Elle aurait tout aussi bien pu être artisan, peintre, sculptrice ou graphiste mais elle a plutôt choisi l'illustration... Ou peut- être l'illustration l'a choisie au gré de son appentissage, et surtout de ses rencontres.

    Après une formation tournée vers la céramique industrielle à Olivier De Serres à Paris et une formation en communication-illustration aux Arts décoratifs de Strasbourg, elle part six mois dans une école d'Arts appliqués à Hambourg en Allemagne, puis décide d'inspirer son projet de fin d'études au Mexique. Au travers de ses voyages au Japon, aux États-Unis, en Tchéquie, Pologne, Roumanie ou encore en Laponie, Ingrid a appris la patience de ceux qui savent qu'à la fin tout prend sens. Et si la destination est floue, la route n'en demeure pas moins belle.

    (...)

  • O

    Claire Franek

    Claire Franek est auteur(e) et illustratrice ou l'inverse. Son trait est sa voix et son dessin, sa tonalité. C'est une artiste formée aux écoles d'Arts Appliqués d'Estienne et d'Olivier de Serre . Elle étudie dès le début avec sa grande amie Nathalie Choux. Les deux complices poursuivent leurs études à l'école des marionnettes de Prague pour finalement intégrer les Arts Décoratifs de Paris. Elles se partagent alors en bonnes copines les deux places vacantes : Nathalie ira en illustration et Claire en scénographie. Du coup, après son diplôme, elle se dirige naturellement vers le monde du spectacle et rencontre ainsi Michel Bouvet, grand affichiste, qui lui propose du travail en tant qu'illustratrice. Elle fait ses premières armes en illustrant pour la presse. C'est ainsi que les éditions de la Martinière lui confient l'illustration de deux titres de la collection Oxygène. Claire prend goût à l'édition jeunesse et cherche à rencontrer Marie Lalouette des éditions Casterman et Olivier Douzou des éditions du Rouergue. De ces deux rencontres déterminantes naissent ses deux premiers albums. Depuis, Claire Franek produit avec régularité des livres chez nombre d'éditeurs, mais aussi des cartes postales et des tee-shirts... Quel que soit le support, son style à la fois drôle et coloré est aujourd'hui parfaitement identifiable dans la masse des images imprimées.

  • D

    Rascal

    Rascal est devenu célèbre grâce à son talent d'auteur plus qu'à son talent d'illustrateur. Pourtant il s'est dirigé vers le livre par goût des images, de la peinture, du graphisme. Il a beaucoup dessiné avant d'écrire.

    Il a été sérigraphe, graphiste, affichiste lors d'une autre vie. Rascal est belge, francophone. Cela peut sembler sans intérêt lorsqu'il s'agit d'art, mais dans son cas, son appartenance à la culture belge est de son âme, de sa manière de penser, de son humour et surtout de sa sensibilité. L'univers ouvrier, les petites gens, son enfance, le gris du ciel et les bleus du coeur, les petites choses du quotidien et l'immense imagination inventée vers soi-même pour tout engranger afin de tout restituer, plus tard, avec poésie et nostalgie.

    Si on regarde d'un peu plus près le travail d'illustrateur de Rascal, on remarque tout de suite l'aspect rétro de ses codes graphiques. Cette volonté lui est propre, mais renvoie aussi vers une tradition très belge (...)

  • J et K

    Séverine Assous

    Attention OVNI ! Avec Séverine Assous il faut aimer les surprises, l'inattendu... En tout cas, son style ne peut pas laisser indifférent : soit on aime, soit on déteste. Cette illustratrice a été sensibilisée à l'art dès l'enfance par sa mère professeur de dessin.

    Elle a poursuivi le rêve de devenir artiste à son tour en étudiant aux Arts décoratifs de Paris. Séverine se passionne alors pour la gravure et la sérigraphie, expose à la Villette ou à la Cité internationale des arts avant de se consacrer à l'illustration. Elle est directrice artistique dans une agence de publicité et développe parallèlement son travail personnel, aussi bien pour la commande publicitaire que la presse ou l'édition jeunesse. Séverine Assous est une illustratrice de son temps, armée des outils de son époque. Alors suivons la à présent...

    (...)

  • ABCDessiné

    Collectif

    Nouvel et dernier album de la collection l'ABéCéDaire.
    Ce dernier album, à destination des enfants à partir de 3 ans, regroupe les 26 lettres de l'alphabet. Les 21 illustrateurs de la collection l'ABéCéDaire se sont vus redistribués les lettres de l'alphabet ; 5 nouveaux illustrateurs (Benjamin Chaud, Laurent Richard, Kitty Crowther, Steven Burke et David Merveille) les ont rejoint pour réaliser cet album. Chacun a utilisé une double page pour dessiner la lettre et un mot commençant par celle-ci. On retrouve l'esprit ludique et graphique de la collection. Cet album a pu être réalisé grâce au soutien du réseau des médiathèques de la ville de Nanterre.

  • Q et R

    Céléstin

    Célestin est un prénom singulier, prénom d'un autre temps, devenu un label de qualité en matière de graphisme. S'il n'a pas encore atteint l'apogée de la reconnaissance, ce n'est qu'une question de temps.

    Célestin exerce son métier depuis plus de 10 ans sans défaillir. Il est passé par bien des chemins avant de s'imposer comme l'un des tout meilleurs graphistes bordelais. Attiré par le dessin depuis l'enfance, sorti manu-militari de l'école en 3ème pour faire un apprentissage de coiffure, son parcours n'est pas classique. Il s'est heurté dès les prémices de sa vocation au discours plombant des « professionnels » qui dissuadent, souvent malgré eux, les apprentis rêveurs à devenir artistes. Dans son cas, ça lui a coupé les ailes et il lui a fallu tour à tour être barman, ostréilculteur, père Noël ou encore coursier avant de suivre une formation menant à un BTS d'expression visuelle à l'école Brassart de Tours d'abord, puis à Bordeaux où il réside encore aujourd'hui. Il s'est directement lancé comme graphiste indépendant avant même de soutenir son diplôme et a finalisé sa formation au contact d'agences de communication bordelaises comme Captain Studio ou POA Plume. Célestin est un graphiste qui porte sa profession au-delà de sa définition première. En effet, dans son cas, le graphisme est le réceptacle de ses talents : son dessin, son sens typographique, ses photographies... un mode d'expression propre qui le rapproche plus d'un auteur que d'un maquetiste.

  • C

    Henri Meunier

    Henri Meunier a un drôle de parcours. Après des études en faculté d'Arts Plastiques, il abandonne sa vocation pour devenir travailleur social. Il revient vers la création par l'écriture d'abord, puis l'illustration à destination de la jeunesse. Il se fait vite reconnaître par la qualité, l'exigence et l'engagement de ses textes qu'il illustre lui-même, ou bien qu'il confie à d'autres. Il aime reprendre à son compte ou détourner les contes classiques pour y insuffler son regard moderne.

    Graphiquement il repousse sans répit les limites de ses apprentissages pour chercher toujours plus loin la forme qui produira le fond. Henri Meunier est un explorateur et le territoire qu'il défriche est vaste et inattendu.

    Le travail d'illustration d'Henri Meunier est varié car c'est la variété de ses sujets qui le guide. Il recherche systématiquement la forme qui conviendra à son récit. Il navigue ainsi de la gouache au collage, de l'utilisation de tampons au dessin au trait, de l'image numérique à la colle de peau, de la sérigraphie à la peinture au couteau... (...)

  • F

    Carole Chaix

    Carole Chaix est une artiste complète qui publie des albums, conçoit et réalise des expositions, remplit des carnets de dessins et de recherches au fil de son quotidien. Elle est illustratrice, dessinatrice, plasticienne, sculptrice... Elle est passée par les Beaux arts de Reims puis les Arts décoratifs de Paris. À l'époque elle se rêvait peintre et sculptrice.

    Sa culture est faite d'histoire de l'art plus que de littérature jeunesse. Lors de ses recherches d'étudiante, elle découvre la pâte à modeler et le fil de fer qui définiront la base de son style inimitable. Carole Chaix fabrique des images en volume. Elle débute en illustrant dans la presse d'entreprise avant de chercher des éditeurs susceptibles d'être sensibles à son univers « volumineux ». C'est encore étudiante que Carole découvre les premières productions jeunesse des éditions du Rouergue. Elle s'y reconnait artistiquement et décide de rédiger son mémoire de fin d'études sur le sujet, puis publie peu de temps après son premier album chez Frimousse. Une illustratrice inattendue est née.

    (...)

  • G

    Richard Guérineau

    Richard Guérineau est une référence du monde de la bande dessinée. Il est l'un des rares grands dessinateurs « réalistes ».
    Il a dessiné 11 tomes du « Chant des Stryges », l'une des séries phares des éditions Delcourt. Il a fait une école de dessin à Nantes, est passé par la « fac » d'Arts plastiques de Bordeaux avant de rencontrer Éric Corbeyran avec qui il collabore depuis plus de 10 ans. Il a ainsi concrétisé un rêve d'enfance, époque où il recopiait les personnages de ses BD préférées (Tintin, Lucky Luke, puis Cartland, Blueberry...).

    Autant Richard est connu et reconnu en BD, autant il ne l'est pas du tout en illustration. Pourtant il s'y prête volontiers pour nombre d'ex-libris, port-folios et autres couvertures de romans. Avec sa participation à l'ABÉCADAIRE, Richard nous ouvre le champ de son talent d'illustrateur.

    Le parti pris graphique de Richard Guérineau sur son imagier est faussement classique. Il a choisi deux techniques qu'il confronte : la photographie et le dessin numérique. Il sélectionne des mots qui font sens en vis-à-vis, soit graphiquement, soit par leur sonorité ou leur évocation. Il explore ainsi ses souvenirs et les petites choses de sa vie.

    (...)

  • C'est l'histoire de deux amis, deux amis de longue date. Christophe et Jean-François, Merlin et Martin, deux grands artistes qui ont usé les bancs des mêmes écoles d'art, rêvant tous deux alors de devenir illustrateurs.

    Deux amis que beaucoup de choses rassemblent, outre ce rêve devenu réalité, et qui pourtant ont des tempéraments bien opposés : Jean-François est un paisible père de famille, calme et appliqué alors que Christophe court le monde, les filles et les voitures de collection. Christophe est instinctif et spontané alors que Jean-François est réfléchi et posé. Tous deux travaillent indifféremment pour la presse, la communication et comptent un grand nombre de publications chez un grand nombre d'éditeurs. Tous deux sont extrêmement talentueux et nourrissent depuis une quinzaine d'années le monde de la littérature jeunesse de leurs prouesses artistiques. Alors que Jean-François est un illustrateur pur jus, Christophe aime écrire de temps à autre ses propres textes. C'est l'histoire de deux amis aux caractères opposés mais qui finalement se ressemblent.

  • P

    Blexbolex

    Blex Bolex est passé comme beaucoup d'autres, par une formation aux Beaux-Arts. Il a consécutivement travaillé comme vendeur de sandwiches, imprimeur de sérigraphies, il a été éditeur chez Cornélius, puis est devenu illustrateur pour la presse et l'édition . Parallèlement, et de façon continue, Blex Bolex a toujours fabriqué des livres, véritables supports artistiques pour lui. Il dessine, peint, écrit ou réfléchit pour ça. À l'origine, son père lui a transmis l'envie de dessiner. Il reproduisait à sa demande des couvertures de Tintin ou de Mickey. Le petit Bernard, encore loin d'être né sous son nom d'artiste, s'endormait en y pensant, et le lendemain, un dessin était là sur la table comme par magie ! C'est pour cette raison que Blex Bolex aime tant l'imprimerie : « Une machine fait le dessin pour toi, et c'est beau ! » Par la suite, il lit Hergé, puis plus tard, découvre Gary Panter, Charles Burns, David Sandlin, Richard McGuire, Willem, Franz Masereel, Georg Grosz, Basquiat, les constructivistes russes, Dada... du beau monde, en somme ! Blex Bolex aime l'art pariétal par-dessus tout et avoue un goût immodéré pour les boîtes d'allumettes du XIXe et début XXe siècle (surtout japonaises), les estampes populaires chinoises, ou encore l'Art Déco. Blex Bolex est un artiste cultivé, pointu, qui sait adapter son art aux lecteurs auxquels il s'adresse sans jamais altérer sa singularité.

  • B

    Alfred

    Alfred fait parler de lui, de plus en plus, grâce à son travail d'auteur, à ses choix, à sa capacité de toujours surprendre ses lecteurs. Il décroche louanges et attentions après dix ans d'exercice en bande dessinée. Il est pourtant parti de loin, avec courage, insouciance même, il ouvre son petit bal personnel par la création d'une maison d'édition faite main, sur mesure pour son apprentissage : les éditions Ciel Éther. Il touche ainsi à tous les aspects de la fabrication du livre et avance à son rythme jusqu'à ce que d'autres éditeurs lui fassent confiance. Il est vite repéré et devient l'un des auteurs phare des éditions Delcourt avec qui il poursuit une oeuvre variée, riche et sensible pour tout public.

    Alfred s'est pris en main dès le début et trace son chemin à la force de son talent.

    L'univers graphique d'Alfred est en perpétuelle mutation. Une mutation progressive suivant le rythme de parution de chaque album. Chaque livre lui ouvre une porte vers le suivant. Alfred déteste la routine. Il ne fait pas ce métier pour s'ennuyer. Il veut se surprendre et nous surprend par conséquence. Quand il ne cherche pas à faire du beau, le beau le rattrape quand même. Car Alfred est un être à vif qui traduit ses états d'âme dans ce qu'il fabrique, qui sait faire passer ses émotions avec un instinct qui ne le trompe pas. Il ne détient aucune vérité mais est toujours juste.

    (...)

  • E

    Thierry Murat

    Thierry Murat a publié quelques livres jeunesse aux éditions du Rouergue. Il travaille également pour la presse et la publicité. Il se consacre à la bande dessinée depuis trois, quatre ans principalement aux éditions Delcourt.

    Il a d'abord travaillé de nombreuses années en tant que graphiste avant de se lancer pleinement dans l'édition. Il nourrissait depuis toujours le désir de devenir auteur, fort de ses lectures d'enfant et de son amour pour la ligne claire (Yves Chaland, Serge Clerc, Flo'ch...).

    Il réalise maintenant pleinement ses rêves pour mieux nous les faire partager.

    Quand on se plonge dans l'univers de Thierry Murat on perçoit immédiatement son parcours de « touche-à-tout » et son exigence graphique. Son sens de la représentation est immédiat, simple et non simpliste, efficace, précis. Ce sont là des vertus de graphiste. Thierry sait transmettre sa vision des choses, ses idées au travers des formes qu'il utilise, des compositions, des couleurs, des rapprochements graphiques, des matières imposées à bon escient. Il va directement à son sujet et ne s'embarrasse pas de fausses pistes, de détails qui pourraient emmener trop loin du propos. Avec lui un chat est un chat.

    (...)

  • H et I

    Nathalie Choux

    Nathalie Choux est une illustratrice reconnue dont le travail se démarque de la masse éditoriale jeunesse actuelle. Nathalie Choux n'est comme personne, Nathalie Choux n'est pas comme nous ! C'est une voix, plutôt une gouaille discrète. Elle possède un humour bien particulier, grinçant et tendre à la fois qu'elle associe adroitement à un dessin de grande qualité graphique et plastique. Ce qu'elle propose est souvent drôle et toujours beau. C'est très rare et très difficile d'associer ces deux ingrédients-là en illustration.

    Elle est passée par une école d'arts appliqués puis a été diplômée des Arts décoratifs de Paris avant de filer nez au vent avec sa grande copine Claire Frank fabriquer des marionnettes à Prague pendant un an. Les deux amies sont finalement rentrées en France avec l'envie de faire des livres pour enfants.

    Une quinzaine d'années plus tard, la bibliographie de Nathalie Choux est impressionnante, pratiquement tous les éditeurs sollicitent son talent. Elle s'exprime dans la presse, les magazines féminins, la publicité, ses expérimentations artistiques sont diverses et son enthousiasme toujours intact.
    (...)

  • T

    Frédérique Bertrand

    Frédérique Bertrand exerce son art depuis une bonne dizaine d'années après être sortie diplômée de l'École des Beaux-Arts de Nancy. Elle a marqué par son style novateur les Éditions du Rouergue et en est devenue le fer de lance auprès d'Olivier Douzou.

    Elle est une artiste bien singulière dans le panorama de l'illustration actuelle, et inspire de nombreux autres illustrateurs. Comme elle sait tout faire et que tout semble la passionner, on la retrouve dans la presse, la communication, dans l'édition jeunesse mais aussi adulte, dans des galeries d'art, sur des supports multimédia... Quand on croise ses images, on la reconnaît parmi tous et en même temps elle parvient à chaque fois à nous surprendre. Son oeuvre a été primée de nombreuses fois en France, en Italie, Hollande, Portugal ou encore aux États-Unis. Si Frédérique semble de tous les mondes, elle est assurément de son temps. (...)

  • S

    Marc Daniau

    Marc Daniau est né en 1964 à Saintes et depuis il n'a eu de cesse de grandir. Il est illustrateur depuis un bon bout de temps, parce que quand on aime on ne compte pas c'est-à-dire qu'il passe son temps à dessiner et à peindre des images pour des journaux, des livres et des affiches.

    Il écrit aussi quand ça lui prend, et ça le prend de plus en plus souvent. Et quand il écrit, c'est souvent sous forme de roman ou bien pour un autre illustrateur. Marc est un être cultivé et curieux. Il s'est nourri de peinture mais aussi de littérature. Il restitue ainsi en sous-couche ses influences bien digérées, ses références toujours renouvelées de la peinture moyenâgeuse d'Enguerrand Quarton, de Degas, Picasso, Bonnard, Hockney, Van Eyck ou Dubuffet à Norman Rockwell, Frédéric Rébéna, Alexios Tjoyas ou Michel Galvin. Il est passé par une école de communication visuelle, par la création d'un journal 'Le Carré', par la bande dessinée à la belle époque du Futuropolis d'Étienne Robial, il a connu les débuts de l'Association auprès de Jean-Christophe Menu et Matt Konture, s'est frotté à la vie de bureau en agence de communication... Autant d'expériences qui lui ont permis d'affiner ses envies créatives pour finalement l'amener de manière durable sur le terrain de l'illustration. (...)

  • W et X

    Olivier Tallec

    Olivier Tallec est un brillant illustrateur. Il a su rapidement s'imposer dans les journaux et magazines les plus prestigieux, tels que "Elle", "Le Nouvel Observateur", "Senso" ou "Libération", mais aussi se rendre indispensable à nombre d'éditeurs comme Rue du Monde, Gallimard, Flammarion ou encore Autrement.

    Après avoir terminé ses études à l'École Supérieure des Arts Appliqués Duperré à Paris, Olivier travaille comme graphiste mais se consacre très vite à l'illustration de manière exclusive. Comme il est virtuose, il travaille vite et bien et compte à son actif en un peu moins de dix ans d'exercice une cinquantaine d'ouvrages de genres très variés. Rien ne semble hors de portée pour lui. Aucune histoire, aucun projet, aucun thème, aucun support ne l'assèche. Cette force et cette capacité de production pourrait en d'autres cas rapidement lasser lecteurs et éditeurs, mais il n'en est rien le concernant car sous sa main la magie de ses images opère à chaque fois. Olivier Tallec, garçon à l'apparence tranquille et réservée est un illustrateur prolifique et affable.

  • M

    Martin Jarrie

    Martin Jarrie est un illustrateur qui n'en est pas vraiment un. Sa volonté artistique le porte vers la peinture, comme une évidence.

    Il a été formé aux Beaux-Arts d'Angers, y a acquis une bonne technique de dessin qui l'a mené vers l'hyperréalisme alors à la mode. Puis il prend un virage artistique radical, choisit le pseudonyme de Martin Jarrie et se plonge dans la représentation plus sensible et personnelle qu'on lui connaît aujourd'hui. Il a débuté par l'image documentaire, la publicité et s'est naturellement imposé en tant qu'illustrateur. Il a publié par la suite, avec son nouveau style, de nombreux livres chez Nathan, Rue du monde, Thierry Magnier, Gallimard et beaucoup d'autres... Il réalise toujours des images publicitaires, des affiches, illustre des articles, des premières pages ou des dossiers pour Libération, Le Monde ou Télérama. On connaît bien son travail pour l'avoir forcément croisé ici ou là depuis plus de 15 ans. Malgré tout, on se trompe sur le cas de Martin Jarrie : ce n'est pas un illustrateur, c'est un peintre. Il suffit de pénétrer dans son univers pour s'en convaincre...

    (...)

  • N

    Marc Boutavant

    Marc Boutavant est un auteur référent du monde de la littérature jeunesse. Son travail fait l'unanimité depuis une bonne quinzaine d'années et influence nombre d'autres illustrateurs.

    Il conjugue à la fois la reconnaissance de ses pairs et le succès commercial, ce qui est extrêmement rare ! Il faut dire qu'il ne manque ni de talent, ni de goût dans ses choix éditoriaux. Il est passé par l'apprentissage du graphisme, de la communication visuelle où il s'est forgé une excellente technique et un sens pointu de la narration par l'image. Par la suite, il a publié une quarantaine d'ouvrages chez une bonne dizaine d'éditeurs ( Mila, Albin Michel, Bayard, Nathan, Actes Sud ou encore le Seuil...). Il continue de travailler pour la publicité et la presse aussi bien en France qu'aux États-Unis, en Angleterre ou au Japon. En tout état de cause, son succès n'est certainement pas le fruit du hasard.
    (...)

empty