Christian Bourgois

  • Les cercueils de zinc

    Svetlana Alexievitch

    • Christian bourgois
    • 8 Juin 2006

    Pour la première fois, à travers des témoignages de sang et de larmes recueillis auprès de simples soldats, d'officiers, de mères et de veuves de combattants soviétiques morts en Afghanistan, une jeune journaliste d'URSS prenait le risque de briser la loi du silence et de dénoncer la trahison, le mensonge d'une propagande dont a été victime toute une génération aujourd'hui rejetée par la société. La première génération perdue d'URSS, mutilée dans sa chair et dans son âme.
    Ce livre présente un intérêt exceptionnel à plusieurs titres : c'est tout d'abord un témoignage unique sur la conduite des soldats soviétiques à la guerre et sur les rapports humains au sein de l'armée. C'est aussi la façon dont la population civile, le pays profond a vécu la guerre, et à cet égard, Les Cercueils de zinc est un document passionnant sur la révision morale et intellectuelle qui, au-delà du seul problème de l'Afghanistan, a déchiré le pays. C'est enfin une photographie étonnante de la mentalité russe, qui nous est offerte par une voix courageuse issue de la Perestroïka.
    L'auteur, après un bref « récit de plus en guise d'épilogue », revient également sur le procès que lui valut la parution du livre en Biélorussie. Svetlana Alexievitch fut en effet violemment accusée d'avoir déformé et falsifié les récits des soldats et de leurs mères. Après quelques extraits de presse de l'époque, le procès est présenté sous forme de « chronique » des auditions, avec les témoignages de l'accusation et des défenseurs de Svetlana Alexievitch, et enfin le jugement rendu.
    Les accusations, particulièrement celles portées par les mères de soldats et par les témoins mêmes du livre, frappent par leur violence et jettent une lumière nouvelle sur le terrible chagrin de ses femmes pour qui plus s'éloigne dans le temps la guerre d'Afghanistan, plus la mort de leurs enfants engagés dans cette désastreuse entreprise semble absurde.
    Ces nouveaux textes révèlent à quel point ce livre a paru être une offense à tous ceux pour qui la vérité sans fard sur la guerre d'Afghanistan est un fardeau trop lourd à porter.

    Indisponible

  • Le banquier anarchiste

    Fernando Pessoa

    • Christian bourgois
    • 11 Février 2021

    Au terme d'un repas, un banquier démontre à son convive que ses convictions et ses actions en matière d'anarchisme n'ont rien à envier à celles des poseurs de bombe. Il déploie ainsi les trésors d'une rhétorique insidieuse au service de sa personne et s'installe dans de provocants paradoxes. Si ce banquier anarchiste nous enchante par son esprit retors, ses raisonnements par l'absurde et une mauvaise foi réjouissante, la véritable dimension du livre, cependant, n'est pas là : il s'agit en fait d'un pamphlet incendiaire contre la société bourgeoise, ses hypocrisies et ses mensonges. C'est aussi une dénonciation du pouvoir de l'argent, qui mine de l'intérieur le bien le plus précieux de l'homme : la liberté.
    Le Banquier anarchiste est l'unique oeuvre de fiction publiée du vivant de Pessoa et signée de son vrai nom. Un texte explosif, un véritable brûlot.

  • Un privé à Babylone

    Richard Brautigan

    • Christian bourgois
    • 3 Mars 2022

    San Francisco, 1942. Card est un détective privé dont les affaires ne marchent pas très fort. Et pour cause : au lieu de s'occuper de la sordide histoire de cadavre volé dans laquelle l'a embarqué une femme mystérieuse (et fatale, comme il se doit), ou de trouver une nouvelle secrétaire après que la précédente a claqué la porte, Card passe son temps à rêver. En imagination, le voici qui se transporte dans le temps et l'espace à Babylone, où il devient le fin limier le plus célèbre et adulé de la cité antique.
    Détournement jubilatoire des codes du polar, portrait hilarant et poignant d'un homme pour qui la vie est littéralement un songe, Un privé à Babylone est l'un des joyaux de l'oeuvre de Richard Brautigan, et sans doute l'un des romans les plus personnels de cet écrivain culte, devenu le saint patron littéraire de tous ceux qui tournent le dos au monde pour mieux le réenchanter par la fantaisie et la poésie.

  • La pêche à la truite en Amérique ; sucre de pastèque

    Richard Brautigan

    • Christian bourgois
    • 3 Mars 2022

    Est-ce un lieu ? Le nom d'un personnage cul-de-jatte ? Un cours d'eau ? Une librairie ? Un hôtel ? Un slogan politique ? Ou encore, tout simplement, un poisson ? La «truite» de Richard Brautigan est un peu tout cela, et plus encore ; métaphore aussi enchanteresse qu'incongrue d'une Amérique rêvée et réinventée de fond en comble par Brautigan à l'orée de l'âge beat, c'est surtout son chef-d'oeuvre, le livre qui lui conféra du jour au lendemain une gloire à ce jour jamais démentie.
    Livre totem, qui de génération en génération aura toujours trouvé sa place sur les chevets des amoureux de la littérature la plus libre et poétique, La Pêche à la truite en Amérique, auquel répond Sucre de pastèque comme une sorte de face B plus satirique, est un émerveillement inépuisable.

  • Bartleby et compagnie

    Enrique Vila-Matas

    • Christian bourgois
    • 4 Juin 2009

    Vingt-cinq ans après avoir écrit un roman d'amour, un commis aux écritures revient sur ce traumatisme ancien et démarre une sorte de journal, à la recherche de ces innombrables écrivains négatifs qui emplissent de leur assourdissant silence l'histoire de l'écriture. Livres inachevés ou inachevables, succès posthumes, auteurs d'un seul livre, maniaques du pseudonyme, incapables majeurs, désespérés a priori, militants de l'ineffable ou nègres consentants... Tous ces petits-cousins de Bartleby forment une constellation d'où, à n'en pas douter, sont sortis les meilleurs, quand ils n'y sont pas tout simplement restés.
    Dans ces labyrinthiques notes de bas de page destinées à commenter un texte invisible, en quête de tous ces livres qui demeurent en suspension dans la littérature mondiale, Vila-Matas montre à quel point cette crise touche à l'essentiel de tout projet d'écriture.

  • Croc fendu

    Tanya Tagaq

    • Christian bourgois
    • 17 Mars 2022

    Dans le Nunavut des années 1970, une adolescente inuite grandit et fait l'expérience de l'amitié, l'amour parental, l'art du camouflage et de la survie. Elle connaît l'ennui et l'intimidation. Les ravages de l'alcool, la violence sourde, la menace des hommes, le courage d'aimer les petites peurs. Elle connaît le pouvoir des esprits. Elle scande en silence la puissance brute, amorale, de la glace et du ciel. C'est l'histoire d'une fille qui devient femme, en s'appropriant son corps, sa culture, sa voix.

    Croc fendu chronique les jours terribles d'un village écrasé sous le soleil de minuit. Mêlant descriptions hallucinées et plongées intimistes, ce portrait d'une héroïne inoubliable nous pousse à reconsidérer la différence entre le bon et le mauvais, l'animal et l'humain, le réel et l'imaginaire.

  • Le Bouddha de banlieue

    Hanif Kureishi

    • Christian bourgois
    • 5 Mai 2022

    Karim, dix-sept ans, un adolescent rêveur, cherche désespérément à échapper à la banlieue sud de Londres et à goûter aux fruits défendus que les années 1970 semblent offrir.
    Entre son père d'origine indienne qui se découvre une passion pour la philosophie chinoise et se transforme en un gourou New Age initiant ses voisins aux secrets de la méditation, et sa mère british qui essaie de l'empêcher de sortir, il ne cesse de tenter de nouvelles expériences. Lorsque l'opportunité improbable d'une vie dans le show business se présente, Karim commence à gagner le genre d'attention qu'il espérait.
    Avec la publication de ce roman d'éducation déjanté, à la sauce punk rock en plein coeur de l'Angleterre métissée, Hanif Kureishi s'est imposé dans le paysage littéraire comme une nouvelle voix singulière et un écrivain irrévérencieux qui brise les tabous.

  • Une république lumineuse

    Andrés Barba

    • Christian bourgois
    • 17 Mars 2022

    Nichée entre la jungle et le fleuve, la ville de San Cristóbal est bercée d'une langueur tropicale. Un jeune fonctionnaire aux affaires sociales y est muté pour mettre en place un programme d'intégration des communautés indigènes. Très vite, il découvre que le pittoresque y côtoie la noirceur. En effet, la torpeur locale est perturbée par l'arrivée d'un groupe d'enfants qui pillent les rues et effraient la population. D'où viennent-ils ? Quelle est cette langue incompréhensible pour les adultes, qui semble n'appartenir qu'à eux ? Comment les arrêter ? La tension monte dans la ville, jusqu'au drame. Deux décennies après les faits, le narrateur, encore hanté par les événements qui s'y sont déroulés, revient sur toute cette affaire.
    Dans une échappée à l'ordre établi par les adultes, Andrés Barba nous invite à redéfinir notre idée même de l'enfance avec cette grande fable qui nous hantera longtemps.

  • Colter Nouv.

    Colter

    Rick Bass

    • Christian bourgois
    • 9 Juin 2022

    Rick Bass présente l'originalité d'être un chasseur passionné et un écologiste convaincu. Tout petit déjà, il collectionnait de la terre, du sable, des cailloux que les amis de la famille lui rapportaient des quatre coins du monde. Il élevait des tortues, des batraciens, des salamandres. Grand ami du meilleur ami de l'homme, il découvre Colter, chien d'arrêt anglais dont les talents, affirme-t-il, tiennent du génie. Certains amateurs se demandent qui est le plus fou des deux, du chien ou de son maître. Sans doute excédé par les insuffisances de son maître, fort médiocre fusil de son propre aveu (et c'est ce manque total de prétention qui le rend si attachant), Colter, un beau jour, disparaît pour chasser tout seul.
    Cette fin est plutôt triste, comme la vie. Provisoirement. Car tout le monde se retrouvera un jour dans les terrains de chasse du grand manitou, en compagnie des Peaux-Rouges du Montana, où habite Rick Bass.

  • Pèlerinage à Tinker Creek

    Annie Dillard

    • Christian bourgois
    • 14 Avril 2022

    Dans ce « journal météorologique de l'esprit », Annie Dillard se fait la chroniqueuse d'une « vallée des merveilles » de l'État américain de Virginie où coule la rivière Tinker et se livre à une exploration quotidienne et solitaire de son environnement.
    Elle décrit ainsi certains traits de la vie des mantes religieuses ou de celle des papillons Monarque, mais aussi celle des requins, des serpents venimeux, des parasites, leurs prouesses, beautés et déchéances, la violence et la cruauté mortelle de cet univers de prédateurs qui s'entre-dévorent.
    Recluse volontaire parmi ces créatures, Annie Dillard est surtout une extraordinaire écrivaine qui lit la nature et tente de déchiffrer ses signes. Dans cette quête, elle cite Van Gogh, le Coran et Thoreau bien sûr, mais aussi entomologistes, astronomes, écrivains et chercheurs, trahissant ainsi avec beaucoup d'humilité une culture et une curiosité immenses qui font de cette double exploration de la vallée Tinker et de l'esprit humain un livre unique.
    Récit d'un écrivain solitaire, ce texte est une splendeur d'écriture poétique, d'observation de la nature, et de réflexion quasi pascalienne sur la place de l'être humain entre l'infiniment grand et l'infiniment petit.

  • Monsieur Pain

    Roberto Bolano

    • Christian bourgois
    • 7 Novembre 2013

    Paris, avril 1938. Tandis que l'Europe est frappée par le fascisme et la guerre civile espagnole, le poète Vallejo se meurt, frappé d'un hoquet incurable. Madame Reynaud, une jeune et jolie veuve amie de la femme du poète, appelle à son chevet le mystérieux monsieur Pain - secrètement épris de ladite veuve. Vétéran de la Grande Guerre aux poumons brûlés, magnétiseur et adepte des sciences occultes, Pierre Pain pourrait bien être le seul capable de sauver le poète latino-américain d'un mal que les médecins traditionnels ne parviennent ni à identifier ni à juguler.
    Mais à partir du moment où il se rend à la clinique Arago, la vie de monsieur Pain vire au cauchemar. Deux hommes se présentant comme des médecins, mais plus proches de tueurs à gage, s'attachent à le dissuader de guérir Vallejo. La mort de ce dernier semble en effet susceptible de favoriser la victoire des forces obscures en Espagne, où la guerre civile fait rage, et contribuer au triomphe de ces régimes qui se sont déjà emparés d'une partie de l'Europe.
    Monsieur Pain s'efforce un temps de s'opposer à ce rituel maléfique, mais qui s'abîme dans l'angoisse d'un labyrinthe psychique, vaincu par des forces démoniaques.

  • Les vagabonds de la faim

    Tom Kromer

    • Christian bourgois
    • 10 Février 2022

    États-Unis, années 1930. Tom, un homme à la dérive, raconte sans détour sa vie dans la rue, la brutalité et l'inhumanité de la Grande Dépression. Cet individu issu de la classe moyenne, éduqué, perd tout du jour au lendemain. Le quotidien se partage entre courses mortelles pour prendre un train en marche, rencontres avec les marginaux et le désespoir de ceux qui cherchent un endroit où dormir et de quoi manger pour survivre. Tout ce qui compte, c'est le présent. Et celui de Tom est pavé de famine, de pannes, de galères, de relations éphémères et des images emblématiques de l'Amérique de l'époque.
    Ce texte fait l'effet d'un coup de poing : c'est que le réalisme le plus dur et le plus cru y est halluciné jusqu'à transformer les événements en vaste cauchemar. D'une langue brutale et authentique, le récit de Tom Kromer est largement autobiographique.

  • Des putains meurtrières

    Roberto Bolano

    • Christian bourgois
    • 6 Mars 2008

    à travers les errances des réfugiés chiliens fuyant le régime militaire, roberto bolano brosse une série de courts récits.
    Une anecdote, un souvenir, un prétexte lui fournissent la trame de ces treize nouvelles où toujours s'immisce une remise en question du chili. treize variations sur les thèmes du désespoir, de la folie, de la littérature qui est essentielle, mais aussi de son absence, de la beauté qui disparaît, de l'amour, de la mort, du destin obscur des êtres

  • Dernier recours

    Susan Sontag

    • Christian bourgois
    • 14 Avril 2022

    Ce conte onirique, parfois absurde, est peut-être l'histoire d'un cadre d'entreprise irascible - Dalton Harron, surnommé « Diddy », 33 ans, divorcé - qui perd son sang-froid un soir dans un train de banlieue en retard, parvient à se faufiler hors du train arrêté, tue dans un accès de rage l'employé malicieux qui essaie de dégager les voies, et remonte furtivement à bord sans que personne ne le remarque, passant le reste de l'histoire dans un nuage existentiel de culpabilité et de pensées profondes ; ou peut-être que rien de tout cela n'est réellement arrivé et que ce que nous observons vraiment, c'est notre narrateur qui fait l'expérience d'une rupture totale avec la réalité. À bord du train, Diddy se confesse à une jeune femme aveugle, Hester. Ces deux êtres, chacun dans sa nuit, vont tenter de vivre ensemble. Mais à New York où ils mènent une existence de reclus, Diddy ne cessera d'errer dans un dédale d'ambiguïtés où se refusera à le suivre Hester.
    Susan Sontag livre un roman fascinant sur la définition glissante de la « vérité », mais aussi sur l'absurdité de l'existence et sur la folie.

  • Love

    Angela Carter

    • Christian bourgois
    • 21 Avril 2022

    Peut-être la plus originale et la plus novatrice des romancières anglaises contemporaines, Angela Carter bénéficie aujourd'hui d'une importante reconnaissance. Dans les trois jours qui suivirent sa disparition, ses ouvrages furent épuisés et elle devint, sur les campus anglais, l'auteur contemporain le plus lu et étudié, devenant plus populaire que Virginia Woolf. La veine inventive d'Angela Carter, sa fascination pour les travers de l'être humain, sa possible perversité et son analyse de la figure féminine se retrouvent dans Love.
    Publié pour la première fois en 1997 et inspiré du roman sentimental Adolphe de Benjamin Constant, Love raconte une oppressante histoire d'amour à trois entre Annabel, étudiante aux Beaux-arts issue de la bourgeoisie, Lee Collins, d'origine plus modeste et orphelin d'une mère folle et Buzz, son demi-frère déséquilibré, vivant ensemble dans la province anglaise au milieu du désordre et de la saleté d'un petit appartement. Dans cette relation, les émotions les plus subtiles côtoient les pulsions sexuelles les plus primaires et les névroses sentimentales les plus cruelles.
    Illuminé par la présence d'une héroïne aussi fragile que radieuse, ce livre vibrant représente la quintessence du talent d'Angela Carter, qui s'affirme d'emblée par une écriture énergique à la fois rude et cultivée. Mêlant violence et délicatesse, l'auteur britannique chamboule le familier pour créer un monde nouveau et étrange.

  • Le bienfaiteur

    Susan Sontag

    • Christian bourgois
    • 24 Mars 2022

    Paris, début du XXe siècle. Hippolyte, un jeune homme issu d'un milieu aisé, abandonne ses études et commence à fréquenter le salon d'un couple d'étrangers, où il rencontre Frau Anders qui devient bientôt son amante. C'est à cette époque que Hippolyte fait le premier d'une série de rêves inquiétants. Il prend alors sa grande décision : au lieu d'utiliser ses rêves pour interpréter sa vie, il utilisera désormais sa vie pour interpréter ses rêves. Ceux-ci le conduiront à se lier d'amitié avec un voleur notoire, à entreprendre un périple rocambolesque dans un pays lointain et à se confronter au mythe grec auquel son prénom fait écho.
    Sous la forme des mémoires d'un Candide des temps modernes, ce premier roman de Susan Sontag, propose un portrait fascinant, intelligent et acerbe d'un milieu bohème en vogue au début du siècle dernier, et révèle au monde une écrivaine unique.

  • Un singulier regard

    Fernando Pessoa

    • Christian bourgois
    • 11 Février 2021

    Fernando Pessoa a beaucoup écrit sur lui-même. Un singulier regard peut être vu comme un prélude à son oeuvre et le complément de son chef-d'oeuvre et livre total, Le Livre de l'intranquillité. Les textes qui composent le présent volume révèlent en effet des aspects méconnus de l'auteur à travers des textes et correspondances. Ils constituent un journal de sa vie intérieure, tout entière tournée vers l'auto-analyse.
    On trouvera dans cet autoportrait passionnant, souvent impitoyable, la lente progression d'une personnalité en pleine gestation, depuis une adolescence chaotique jusqu'à une maturité magistrale. Les écrits très intimes rassemblés ici montrent l'angoisse, la solitude et la lucidité de l'écrivain et la genèse de sa personnalité.

  • Panama

    Thomas Mcguane

    • Christian bourgois
    • 12 Mai 2022

    Chet Pomeroy, rock-star sur le déclin, est de retour à Key West, naviguant entre hallucinations, désillusions et lignes de coke.
    Ravagé par son style de vie, il se prend pour la réincarnation de Jesse James. Il délire, bataille avec sa famille, cogne à droite à gauche mais veut à tout prix reconstruire sa vie et reconquérir Catherine (qu'il a épousée au Panama sans en garder le moindre souvenir). Le Panama devient alors un symbole de tout ce qui est bon dans le passé pour Catherine et Chet, mais peuvent-ils seulement y retourner ?
    Foisonnant, chaotique, Panama est sans nul doute le roman le plus autobiographique de Thomas McGuane - le seul, d'ailleurs, à être écrit à la première personne. Il considérait ce livre comme son meilleur, mettant en scène un personnage lugubre en proie à la perte et à la dépression. C'est un tournant dans l'oeuvre de McGuane, qui s'enracine ensuite dans le Montana.

  • Tentative d'épuisement d'un lieu parisien

    Georges Perec

    • Christian bourgois
    • 17 Janvier 2008

    En octobre 1974 Georges Perec s'est installé pendant trois jours consécutifs place Saint-Sulpice à Paris. A différents moments de la journée, il a noté ce qu'il voyait : les événements ordinaires de la rue, les gens, véhicules, animaux, nuages et le passage du temps. Des listes. Les faits insignifiants de la vie quotidienne. Rien, ou presque rien. Mais un regard, une perception humaine, unique, vibrante, impressionniste, variable, comme celle de Monet devant la cathédrale de Rouen. Les mille petits détails inaperçus qui font la vie d'une grande cité - d'un quartier dans une grande cité. Les innombrables variations imperceptibles du temps, de la lumière, du décor, du vivant. Autobus, chiens, passants, touristes. " Ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages. " Ce texte magistral dans l'oeuvre de Perec figure à présent au rang des classiques.

  • étoile distante

    Roberto Bolano

    • Christian bourgois
    • 9 Mars 2006

    Etoile distante est une sorte de roman noir, qui mêle Histoire, politique, art et horreur.
    Un certain Alberto Ruiz-Tagle, jeune homme séduisant et mystérieusement lointain, se présente
    dans un atelier d'écriture que suivent le narrateur et son ami Bibiano O'Ryan, dans une ville
    provinciale du Chili. Le coup d'Etat de Pinochet donne l'occasion à cet étrange artiste - qui désormais
    s'appelle Carlos Wieder - de mettre en pratique sa conception radicale de l'art de la cruauté en
    assassinant quelques femmes de sa connaissance dans des circonstances que le lecteur, comme le
    narrateur, ne peuvent qu'imaginer. Ce lointain disciple de Dorian Gray élève ses cauchemars au
    rang d'une esthétique de la cruauté.
    Pendant les années suivantes, Wieder (ou Octavo Pacheco, Masanobu, Juan Sauer, entre autres
    noms) poursuit sa carrière artistique (créateur de wargames, réalisateur de snuff movies) jusqu'à ce
    que, 20 ans plus tard, poursuivi par un détective privé payé par des famille des « disparues », il soit
    finalement tué dans les environs de Barcelone.
    Mais Etoile distante, c'est aussi une prolifération tourbillonnante d'histoires qui accompagnent ce
    récit sur la démence et le mal. Histoires folles, invraisemblables, traversées de rumeurs
    invérifiables, comme autant de visions égarées de ceux que l'Histoire du Chili a brisés, d'épisodes
    cruels et pathétiques où l'espace de quelques pages des monstres terriblement (in)humains
    s'ébrouent : destins picaresques et tragiques de Lorenzo ou Lorenza, « gay » chilien handicapé, de
    Juan Stein, poète, professeur de littérature et guerrillero au Nicaragua, de Diego Soto, traducteur de
    Georges Perec, de Raoul Delorme, ancien légionnaire, devenu concierge et écrivain barbare... Autant
    de vies où se bousculent l'horreur, le comique, la dérision, la parodie...

  • Dieu sans les hommes Nouv.

    Dieu sans les hommes

    Hari Kunzru

    • Christian bourgois
    • 2 Juin 2022

    Après avoir participé à la mission Hiroshima, Schmidt tente de fuir les horreurs aperçues lors de la seconde guerre mondiale.
    Dans un paysage lunaire, aride et poussiéreux à deux heures de Las Vegas, il trouve un repère. Là-bas, persuadé qu'il peut changer l'humanité, la sauver d'un désastre nucléaire imminent, il a une révélation. Des décennies plus tard, en 2008, Nicky, une rock-star anglaise venu aux États-Unis pour s'immerger dans l'ambiance du rock Californien, a perdu toute inspiration. Excédé, il prend le volant pour se perdre dans le désert, et pose ses valises dans un motel miteux tenu par Dawn. Cette dernière se remémore le temps où, plus jeune, elle faisait partie d'une communauté appelée un jour à réunir l'humanité avec une entité extraterrestre supérieure qui les sauverait d'un désastre mondial. Jaz et Lisa sont sur la route avec leur fils autiste. Bruyantes, ses crises les mettent à la porte des meilleurs hôtels de Californie ; aussi s'arrêtent-ils dans ce même petit motel. Laila, elle, habite non loin, chez son oncle et sa tante, avec son petit frère. Leur mère peine à obtenir un visa pour les rejoindre. Avant, Laila était à Bagdad, mais elle vit maintenant dans ce coin paumé. Passionnée de musique, ses vinyles valent tout l'or du monde, en particulier ceux de ce groupe anglais dont le chanteur vient de s'installer au motel de la ville...
    Au beau milieu du désert de Mojave, dans son atmosphère sauvage propice aux délires psychédéliques et aux phénomènes extraordinaires, gravitent tous ces personnages, qui, à travers les époques, se croisent, se rencontrent, s'affrontent.

  • Mac et son contretemps

    Enrique Vila-Matas

    • Christian bourgois
    • 20 Janvier 2022

    Mac vient de perdre son travail. Il se promène tous les jours dans El Coyote, le quartier de Barcelone où il habite. Obsédé par son voisin, un célèbre écrivain, il se vexe chaque fois que celui-ci l'ignore. Un jour, Mac l'entend parler de sa première oeuvre, Walter et son contretemps ; un livre de jeunesse regorgeant de passages incongrus. Il décide alors de s'emparer de ce roman (que son voisin préférerait oublier) près de trente ans après sa rédaction initiale. Mac le reprend donc à son compte, et se met même à écrire avec assiduité, sous forme de journal quotidien, composé d'événements en apparence anodins... C'était sans compter sur le fait que Mac commence peu à peu à vivre réellement tout ce qu'il écrit. Noyé dans les détails entre fiction et autofiction, il perd pied.

  • En Amérique

    Susan Sontag

    • Christian bourgois
    • 21 Octobre 2021

    En 1873, un groupe de Polonais, emmené par Maryna Zalezowska, la plus grande actrice de Pologne, émigre aux États-Unis et voyage jusqu'en Californie pour y fonder une communauté utopiste. Maryna, qui a renoncé à sa carrière pour cette aventure, est accompagnée de son fils, de son mari et d'un jeune écrivain amoureux d'elle. Rêvant d'un pays où tout pourrait recommencer, ils sont néanmoins rapidement gagnés par la désillusion. La plupart prennent le chemin du retour, mais Maryna décide de se battre. Elle apprend l'anglais, change de nom et commence une brillante carrière qui la conduit à sillonner les États-Unis avec la compagnie qu'elle a créée.
    Ce grand roman, récompensé par le National Book Award, dans lequel se croisent personnages de fiction et personnages historiques, est la reconstitution brillante d'une époque, d'un pays et de l'univers du théâtre. Le grand rêve américain d'une femme au destin inoubliable, à l'aube de la modernité.

  • La littérature nazie en Amérique

    Roberto Bolano

    • Christian bourgois
    • 9 Mars 2006

    Dans ce « roman » constitué d'une trentaine de biographies d'écrivains et d'artistes américains, la
    plupart latino-américains, le lecteur est mené à travers le XXe siècle, de la Patagonie aux prisons
    du Sud des États-Unis, de la bourgeoise mexicaine conservatrice aux supporters de l'équipe de
    football d'Argentine. Les textes jouent sur un rapprochement incongru entre les représentations
    les plus répandues, les clichés, et un foisonnement d'histoires qui décentrent et recomposent le
    regard du lecteur. On trouvera ainsi, thématiquement disposées, et se chevauchant parfois, la
    biographie d'une famille d'admirateurs argentins d'Adolf Hitler, celle d'un prédicateur poète nordaméricain,
    celle d'un Haïtien qui meurt en travaillant à l'oeuvre posthume de ses hétéronymes,
    celle d'un Guatémaltèque absolument inculte qui écrit de la science-fiction « aryenne », celle d'un
    Chilien d'origine allemande dont l'oeuvre gravite autour des plans de camps de concentration, celle
    d'un Cubain, cryptographe, anti-castriste et pro-nazi...

empty