Arts et spectacles

  • Il était jeune, il était pauvre, il était juif, il se sentait poète, artiste et poète, il vivait à Londres, à ­Whitechapel.
    Shaun Levin évoque ici le destin d'Isaac Rosenberg, peintre et poète britannique mort dans les tranchées en 1918.
    Né dans une famille de Juifs émigrés d'Europe de l'Est, installé dans l'East End de Londres, il est très tôt tourmenté par des aspirations artistiques aussi évidentes aux yeux des siens que difficiles à réaliser dans un tel dénuement.
    La première partie, « Esquisses », retrace son parcours à travers une série de tableaux centrés sur sa vie à Londres, partagée entre apprentissage dans un atelier de gravure et études à la Slade, on le suit au fil de rencontres décisives et expériences infructueuses, d'affinités avec les Juifs communistes et anarchistes de Whitechapel et l'on observe son aspiration à une vie de gloire et de luxe.

    « Note ce que je te dis », disait-il à Morley le doigt en l'air comme en manière d'avertissement. « Note bien ce que je te dis », disait-il tard dans la nuit, pris de boisson dans Brady Street alors qu'ils sortaient du Carpenter's Arms. « À ma mort, je compterai parmi les poètes anglais. » La deuxième partie, « Méditation », évoque le pèlerinage du narrateur sur la tombe d'Isaac Rosenberg à côté d'Arras. Le narrateur, lui-même appelé Shaun Levin, a entendu parler d'Isaac Rosenberg comme d'« un grand poète juif » sur le BBC World Service dans sa jeunesse.

empty