Vie pratique & Loisirs

  • « La bienveillance est le contraire de la mièvrerie : c'est une arme de choc, une arme de joie, une arme absolue. À une époque où tout se radicalise - la ruse, la haine, l'ego, le politiquement correct et même les discours humanitaires -, la bienveillance est la seule réponse à la crise morale que traversent nos sociétés. Une réponse qui, à défaut de changer le monde du jour au lendemain, lui redonne des couleurs et compense les déceptions qu'il nous inflige, tout en renforçant ce système immunitaire assez paradoxal qui s'appelle l'empathie. D'où l'urgence de radicaliser la bienveillance. De la pratiquer sans peur, sans honte, sans modération et sans nuances.

    C'est ce que je fais depuis l'enfance, pour le meilleur et pour le pire, comme toutes les personnalités qui ont marqué ma vie. Ceux qui, sans en avoir toujours conscience, détiennent le véritable pouvoir sur Terre sont les guerriers de la bienveillance. »

  • Bon est une revue biannuelle qui va à la rencontre de personnages, d'aventures, d'histoires qui ont le même intérêt pour les choses de la table. Elle se propose de placer au coeur du débat actuel toutes les questions liées à l'alimentation ; en effet, cette dernière est d'un inépuisable débat, exprimant de la société des tendances et des évolutions qu'aucun autre domaine ne saurait mettre en évidence. Elle est une passion française. D'une étape à l'autre de la chaîne, de l'agriculture à l'art culinaire, Bon regroupe celles et ceux qui font l'alimentation, la transforment ou la savourent ; ceux qui, à leur manière, en réconciliant esprit et estomac, contribuent à l'anoblir.

    Bon mêlera journalistes, écrivains, sociologues, sémiologues, philosophes, influents sur les supports « classiques » (presse, radio, édition etc.) comme « nouveaux » (blog, podcast, réseaux sociaux etc.), avec notamment des contributeurs et contributrices issus d'ELLE à table, Le Figaro, Le Monde, Libération, France Inter, Regain, Omnivore, France Culture, Make Some Noise, etc.

  • Réparer le futur ; du numérique à l'écologie Nouv.

    COMMENT ÉVOLUER AVEC LE NUMÉRIQUE TOUT EN ÉTANT RESPECTUEUX DU VIVANT??

    On compte plus de 14 milliards de smartphones dans le monde?; 21 milliards d'objets connectés nous assistent au quotidien?; 7 milliards de requêtes Google sont effectuées chaque jour, soit 80 000 par seconde, et un milliard d'heures de vidéos sont visionnées.

    Ces chiffres vous donnent le tournis?? Ils masquent surtout trois types de pollutions numériques : environnementale, mais aussi intellectuelle et sociétale, ou comment le numérique désincarné affecte au quotidien la planète, nos capacités cognitives et certaines fondations de notre société, comme le vivre-ensemble.

    Des mines boliviennes aux data centers des fjords norvégiens, en passant par les décharges ghanéennes, Inès Leonarduzzi, spécialiste en développement durable et en stratégie numérique, retrace son parcours en faveur de l'«?écologie numérique?», l'étude des interrelations entre l'homme, l'environnement et la machine. L'enjeu : ne pas décrier le numérique - cet outil fabuleux -, mais en initier le futur.

    Acquérir non pas un «?pouvoir?», mais un «?savoir d'achat?», diminuer l'empreinte carbone laissée par nos appareils, instruire nos enfants déjà accros aux écrans, apprendre à déconnecter, bien vivre avec les réseaux sociaux ou encore suivre l'itinéraire de nos données pour un jour en tirer bénéfice sont autant de gestes à notre échelle. Avec ce livre, fruit de quatre années d'actions à travers le monde, Inès Leonarduzzi réconcilie nos usages de la technologie et notre sensibilité citoyenne, pour nous faire entrer avec enthousiasme dans l'ère du numérique résilient.

  • Le livre phare de Gunter Pauli, créateur du concept d'« économie bleue », qui s'inspire des écosystèmes naturels pour résoudre les crises économique, sociale et écologique.

    Pour l'entrepreneur Gunter Pauli, il est possible de révolutionner notre consommation et nos moyens de production tout en protégeant la nature. Son business model ? La nature elle-même ! Observer les phénomènes naturels, en comprendre le fonctionnement et les imiter afin d'apprendre à mieux cultiver et consommer ce que notre planète produit déjà sont en effet la clé de notre futur.
    Et cela fonctionne ! Créateur du concept novateur d'« économie bleue », Gunter Pauli donne ici des centaines d'exemples d'initiatives qui créent sans déchets, génèrent des emplois, et vont au-delà de la préservation ou de la conservation, car l'économie bleue ne recycle pas, elle régénère.

    Sur commande
  • L'émerveillement procuré par la Nature est le chaînon manquant à nos vies. La protéger et la réintroduire dans notre quotidien, une priorité pour notre avenir... et notre bonheur !

    Pour la journaliste Fanny Agostini et le chercheur Henri Landes, fervents amoureux et défenseurs de la Nature, il n'y a que des bénéfices à insérer plus de Nature dans notre quotidien. Dénonçant l'opposition entre la ville et la campagne, s'appuyant sur des témoignages de personnes qui vivent à contre-courant et dont les modes de vie inspireront le lecteur, ils nous encouragent à réévaluer notre perception de la richesse car, demain, nous serons récompensés davantage pour ce que nous préservons et faisons fructifier, que par ce que nous produisons tout en détruisant.
    Les auteurs questionnent aussi nos priorités concernant l'alimentation, l'éducation et les médias, démontrant encore une fois que, si on place l'amour de la Nature au centre, les solutions pour mieux vivre... coulent de source !

  • Pénuries annoncées, pollution, malnutrition... Avons-nous vraiment bénéficié des supposées avancées technologiques ? Pour Gunter Pauli, il est temps de révolutionner notre consommation et nos moyens de production. Son business model ? La nature !

    Nous avons fait l'erreur de vouloir supplanter la nature, persuadés d'être capables de l'augmenter. Résultat, nous avons épuisé notre planète.

    Pour Gunter Pauli, le « Steve Jobs du développement durable », créateur du concept d'« économie bleue », ces dégâts peuvent être réparés. La solution est simple : il nous faut repenser notre système de production agricole, voué à l'échec, en observant les phénomènes naturels et en imitant leur fonctionnement, à grande échelle, afin de mieux cultiver et consommer ce que notre planète produit déjà. C'est possible, et sans même sacrifier notre confort !

    Décryptant 12 tendances illustrées par des cas concrets qui ont fait leur preuve aux quatre coins de la planète, Gunter Pauli annonce une véritable révolution planétaire : meilleures conditions de vie, dynamisme économique local, autosuffisance nationale, diversification de la faune et la flore... Une chance pour chacun d'entre nous !

empty