Perrine Le Querrec

  • Feux de voitures feux des confins feux de révolte feux d'injustice feux de colère feux d'abandon feux résistance feux déclaration feux d'indignés feux d'oubliés feux de sursaut feux consommés feux ciblés feux de consommation feux de vengeance feux d'impossibles feux de plaisir feux de joie feux ensemble feux d'unité feux de puissance feux d'impuissance feux d'urgence 14-Juillet Liberté-égalité-fraternité Nouvel An Liberté-égalité-fraternité feux des mensonges feux des promesses feux des mépris les nuits de feux Feux, des signaux

  • La poésie apparaît certainement comme le langage le plus adapté pour rendre compte d' expériences de l' ordre de l' indicible. Loin des discours médicaux, psychologiques ou sociologiques qui chercheraient à expliquer ou comprendre, Perrine Le Querrec nous entraîne dans l' intimité de ces femmes. Le lecteur est amené à vivre une expérience brutale, au plus proche, s' il est possible de l' être, des sensations et des émotions de celles qui subissent ces violences.

  • Derrière les grilles du zoo humain, le sauvage sert à enseigner la civilisation.
    Derrière les murs de la Salpêtrière, les folles servent à enseigner la raison.
    Dans les chambres aux miroirs multiples, les filles servent à enseigner l'ordre.

    Paris, seconde moitié du XIXe siècle, la ville de tous les excès où se déploient les scandales de l'art, les prouesses de la science, les grands travaux d'urbanisme, les brutales politiques hygiénistes.

    Paris, 1856, naissance de Jeanne L'Étang. Enfermée de maison en maison, des combles de la maison mère aux pavillons de la Salpêtrière jusqu'aux salons des maisons closes, Jeanne L'Étang apprendra à vivre et à s'orienter entre ces mondes d'exils.

    L'auteure s'est immergée dans les archives de l'Assistance Publique, de la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie et de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, pour y rencontrer Charcot, Freud, Degas, les clients des bordels et les folles de la Salpêtrière, les bourgeois et les mendiants, la ville et ses ombres, jusqu'à construire autour de son héroïne la langue la plus précise et la plus puissante possible.

  • Bacon le cannibale

    Perrine Le Querrec

    Sur commande
  • De livre en livre, l'auteure du Plancher (2013) n'en finit pas d'inventer sa propre langue, son propre alphabet, construit à l'écart, en bas des marges. Une bataille rangée. Menée bec et ongles. À coups de ciseaux. Des textes bruts, sans concessions, qui interrogent nos réalités subjectives et s'apparentent à ce que Patrick Chamoiseau appelait de ses voeux en invitant les auteurs de demain à laisser tomber les codes habituels pour expérimenter « des organismes narratifs infiniment complexes (.) en opérant des saisies de perceptions qui nous confrontent à l'indicible à l'incertain à l'obscur.»

    Sur commande
  • Le Plancher, c'est l'histoire d'une famille qui bascule dans la folie. 1930, Joséphine et Alexandre quittent le nord de la France pour s'installer dans une ferme des Pyrénées. Joséphine : deux frères à l'asile, ne s'entend avec personne, ne s'entend pas. Quatre enfants viennent au monde : Paule, Simone, Mortné et Jean. Jean sera toujours Jeannot, l'enfant tourmenté, le fragile, le sensible. Il s'engage en Algérie pour ne pas travailler là, dans la ferme familiale, avec le père. Puis il reviendra, comme il pourra, sans plus être tout à fait le même ni un autre. Il retrouve le huis-clos familial, s'y engouffre pour ne plus jamais le quitter. « Les années avancent et avec elles les coups de hache, les éraflures, les entailles, les éviscérations. Les années avancent et elles essaient, les filles, de courir insouciantes, d'étudier bienveillantes, de grandir, turbulentes. Les années passent et Jeannot tente de comprendre et d'apprendre, d'aimer et de parler. Les années passent et les parents poursuivent l'oeuvre de destruction, souterrainement aidés par les Deux-cents qui n'en finissent pas de maudire, de cracher, d'envier. » Jeannot assistera, participera à tout. Les morts, les crimes, les enterrements. Jusqu'au bout, jusqu'à la fin, il gravera à la gouge et au marteau sur le plancher de sa chambre l'histoire du délire familial. Il est là pour ça. Comprenne qui pourra. Le « plancher de Jeannot », exposé sur un mur d'enceinte de l'hôpital Sainte-Anne à Paris, est aujourd'hui visible par tous. Car ceci est une histoire vraie, fouillée de l'intérieur par la langue dont use Perrine Le Querrec pour formuler l'indicible, l'innommable.

    Sur commande
  • La Ritournelle

    Perrine le Querrec

    Papa n'achète pas trop surtout pas d'emballages ou d'objets qu'il faudrait conserver, ces objets sont tous en vente libre. Du raisin par exemple achète du raisin c'est bien. Des tomates. Des plats cuisinés sans vaisselle. Oui.
    Eugen se redresse son attention attirée. Le vent a soulevé un vide. Un sac de plastique rosé, transparent, fripé. Il danse. S'envole, se tortille, plane, pavane, virevolte. Eugen ne le quitte pas des yeux, ébloui. Il le savait.
    Maman aussi. Ils le savent bien que chaque objet est magie.
    Eugen conserve accumule entasse des objets - tout : il ne jette rien.
    D'ailleurs, pourquoi faudrait-il jeter les objets ? Les objets sont magie.
    La question serait plutôt de savoir comment les ranger. Et Eugen qui garde tout peut-il seulement se ménager un espace vital ?
    Perrine Le Querrec remplit de mots le livre, casse les codes de la syntaxe, disloque les phrases pour mieux les plier à l'espace contraint de la page blanche, et crée une grammaire nouvelle qui bat la démesure d'une pensée compulsionnelle. Un roman forcément inclassable.

  • Jeanne L'Étang naît à Paris en 1856.
    Bâtarde, fille de folle, elle passe les premières années de sa vie enfermée dans l'étroit comble d'une maison parisienne. Lorsqu'elle s'en échappe, c'est pour être enfermée ailleurs : la maison des folles -la Salpêtrière-, puis la maison close.
    Ces trois maisons délimitent le destin de Jeanne L'Étang : à travers les murs lui parviennent l'agitation parisienne, la guerre de 1870, la Commune, les grands travaux d'Haussmann.
    À l'intérieur des murs, elle rencontrera Degas, l'un de ses amants au bordel, Charcot, maître des hystériques de la Salpêtrière, Freud, son assistant pour quelques mois.
    Folie et luxure, misère et vices, chaque maison possède ses propres codes, son vocabulaire, ses silences, ses issues. Mot à mot, année après année, Jeanne L'Etang apprendra à parler ces langues.
    Si Jeanne L'Étang est une fiction, une architecture de mots qui élève autour de son héroïne des murs d'enceinte ou de protection, l'auteur s'est immergée dans les archives de l'Assistance Publique, de la Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie et de la bibliothèque Historique de la Ville de Paris afin de retranscrire au plus près la vie quotidienne de la maison close et de la Salpêtrière.

  • On dit que tu es sinueuse et secrète je voudrais porter ton nom. On dit que tes flancs à découvert montrent la pauvreté comme la beauté je voudrais porter ton nom. On dit que ton monde grouille de pluriels abandonnés je porte ton nom. On dit ton immensité et ton intime donne-moi ton nom. On murmure excentriques et fugitifs habitent ton échine. On tremble devant les tremblements de ta terre ils ont fissuré les mémoires par où s'échappent d'autres tremblements je m'appelle Valparaiso. Tes secousses les engloutissements les effondrements pourquoi portes-tu mon nom ? Devenir un nid entre deux de tes pierres. Le rai de lumière à l'arête de la marche. La balle qui dévale vers la mer. La pluie qui rigole dans ton dédale. Tes escaliers les escaliers d'abord. Se dire on monte on descend remonter est possible. Se dire ils sont parfois larges parfois étroits descendre seule remonter deux, c'est possible. Changer de passion à chaque marche chaque virage le souffle contenu puis répandu. Spectacles des paliers et la rampe où aller à la rencontre de ta main. Mes rêves s'engouffrent dans tes perspectives sans jamais voir leur fin. N'en parlez nulle part, n'en parlez pas, je prépare le voyage.

    Sur commande
  • Ruines

    Perrine Le Querrec

    • Tinbad
    • 14 Mai 2017

    Ce livre est une fausse biographie de l'artiste et poète Unica Zürn, sous forme de poème.

    Extrait de la postface de Manuel Anceau : « Perrine Le Querrec écrit avec les ongles longs de qui laisse pousser au bout de ses doigts cet accent de vérité qu'on voudrait parfois limer, ne pas entendre, mais qu'intraitable, notre écrivain fait si souvent crisser sur ce qui est moins une marge qu'un mur?; et il y a dans sa mise en page, si particulière, un rappel brutal, se faisant au final absolument bouleversant (on ne peut qu'y arriver à ce moment fatal, et on ne peut que ne jamais l'atteindre) de ce qu'est, au sens propre, un saut à la ligne. » Ce livre a bénéficié d'une vingtaine de critiques positives.

    Sur commande
  • « Finalement je me suis décidée. Je suis descendue à la cave. Je m'y suis enfermée. Avec mes mots, ma colère, la tête pleine de ses cris et du silence indigne des autres. J'y suis restée, dans la cave. Je ne pouvais pas y croire, je ne pouvais pas m'y résoudre, je refusais d'oublier, de passer à autre chose, de la voir disparaître.

  • "J'ai pas besoin d'une nouvelle robe. J'ai besoin qu'on m'aime, mais elle sait pas ce que ça veut dire. Je voudrais qu'elle me prépare un chocolat chaud. Qu'elle s'assoie sur le tapis de ma chambre et joue avec moi. Qu'elle ouvre un livre, me prenne sur ses genoux et me lise une histoire. Qu'elle m'embrasse avant la nuit. Qu'elle me chante des chansons. Qu'on coure ensemble dans un champ de fleurs. Qu'on aille à la piscine. Qu'elle m'apprenne à faire des gâ­teaux. Qu'on invite la copine que je n'ai pas à dormir à la maison. Qu'on prépare un panier de pique-nique.
    Perrine Le Querrec fouille l'enfance au plus intime pour en arracher ses dérives, ses tourments, ses chimères. La langue, affû­tée, griffe les mots jusqu'au sens, et met à nu sans ménagement l'extrême solitude de ces Têtes blondes."

    Sur commande
  • L'Apparition

    Perrine le Querrec

    Un village depuis toujours isolé. Trois enfants soudain confrontées à des apparitions. Un phénomène qui bouleverse aussi bien le village, jusqu'alors totalement ignoré du reste du monde, que les enfants elles-mêmes : corps à la renverse, marches extatiques, chutes, visions, nouveau langage. Comment l'écrire, quel vocabulaire inventer ?
    Par l'entremise de L'Apparition, Perrine Le Querrec façonne la langue, pétrit, dévoile, construit un mythe, s'adresse au monde d'aujourd'hui, révèle la violence latente en toute société.

    Sur commande
  • Oui merci

    Perrine Le Querrec

    Oui-Merci est un recueil de quinze nouvelles qui sont autant de rencontres saisissantes et parfois cruelles. Les héroïnes ont de cinq à quarante ans. Elles ont toutes dit ''oui'', elles ont toutes dit ''merci''. Ecrire le cri avant la douleur est la force de Perrine Le Querrec. Sa parole et son talent. ''Oui-Merci'' nous entraine vers des rencontres aussi ardentes qu'inattendues.

  • (.) Voulait-il à R. infléchir son destin, de la pointe de son pied le retourner à son avantage, montrer non plus son dos mais sa panse exposée aux regards aux critiques aux évanouissements, car quelle impudeur, ce nudisme, deux pieds, nus de chair de veines et d'os, des pieds sans semblants sans artifices ni parures, avancer ainsi, dans les rues de R., à la vue de tous et chacun, les bons citoyens de R. aux prises avec cette vision insupportable, crue cruelle mordante miraculeuse. (.)

    Sur commande
  • Lise Leplay est née sur les fortifs. Après une «carrière» dans les cabarets d'avant guerre, les tourbillons de la vie l'ont amenée à la direction d'une maison close, la Parisienne, en plein désert, à Colomb-Béchar, une ville minière du sud algérien. Colomb-Béchar est aussi la ville de la première bombe atomique française sur laquelle travaillent d'arrache-pied les militaires français. A la fin de ces années cinquante, l'Algérie plus tout à fait française résonne du fracas de la guerre. A la Parisienne, se croisent toutes les populations de ce pays qui va être balayé par le vent cruel de l'histoire.

    Un espion saboteur américain joue un jeu trouble avec le FLN, un agent anglais veut en savoir plus sur les recherches de l'armée française, un ancien collabo se voit démasqué, des Fellaghas s'efforcent de pousser les populations locales à se révolter, les soldats français se livrent à une répression sans pitié. Tous se retrouvent dans les bras des filles de la Parisienne, des putes au coeur de midinettes, parfois espionnes du FLN. Lise Leplay elle, veut sauver ses deux fils. Son homme, Jo, souvent absent, est occupé à toutes sortes de trafics avec les rebelles du FLN. Alors un jour, elle décide de fuir la guerre avec ce déserteur français tombé amoureux d'elle. Mais ce jour fatidique, une rencontre va tout bouleverser et faire retentir le chant des dunes...

empty