Frédéric Paulin

  • Janvier 1996. Dans la banlieue de Roubaix, deux malfrats tirent sur des policiers lors d'un contrôle routier. Qui sont ces types qui arrosent les flics à la Kalachnikov ? Un journaliste local, Réif Arno, affirme qu'ils ont fait leurs armes en ex-Yougoslavie dans la brigade El Moudjahidin. À la DST, le commandant Laureline Fell s'intéresse de près à ces Ch'tis qui se réclament du djihad et elle a un atout secret : Tedj Benlazar est à Sarajevo pour la DGSE, d'où il lui fait parvenir des informations troublantes sur la Brigade et ses liens avec Al-Qaïda. Cette organisation et son chef, Ben Laden, ne sont encore que de vagues échos sur les radars des services secrets occidentaux, mais Benlazar a l'intuition que le chaos viendra de là-bas, des montagnes d'Afghanistan... De la Bosnie aux grottes de Tora Bora, de Paris à Tibhirine, de Roubaix à New-York, Frédéric Paulin entraîne le lecteur dans la toile des réseaux djihadistes, poursuivant son exploration des souterrains de la terreur.

  • Algérie, 1992. L'armée renverse le gouvernement après la victoire du parti islamiste aux législatives. L'état d'urgence est déclaré, les militants pourchassés prennent les armes. Le pays sombre dans la violence. Tedj Benlazar, agent de la DGSE, suit de près les agissements du puissant renseignement militaire algérien. Alors qu'il assiste à un interrogatoire musclé, Tedj décèle des liens troubles entre ce service secret et les terroristes. Qui sont les vrais responsables des massacres quotidiens ? Tandis que Benlazar cherche à réunir des preuves, la dernière phase de leur plan va commencer : exporter le chaos par-delà la Méditerranée. Parviendra-t-il à convaincre sa hiérarchie avant que l'horreur ne s'invite à Paris ?

  • Janvier 2011 : après l'immolation de Mohamed Bouazizi, jeune marchand ambulant poussé au désespoir par la misère et l'arbitraire, le peuple tunisien se soulève et « dégage » Ben Ali. C'est le début des « printemps arabes », et Vanessa Benlazar, grand reporter, est aux premières loges. Derrière la liesse populaire, la jeune Française pressent que cette révolution court le risque d'être noyautée par les islamistes, toujours prompts à profiter d'un vide du pouvoir. Bientôt, la chute de Khadafi, la guerre civile en Syrie et le chaos qui s'installe dans tout le Levant lui donnent raison : un nouveau groupe semble émerger peu à peu des décombres, venu d'Irak pour instaurer un califat dans la région ; un groupe dont la barbarie est sans limite, aux méthodes de recrutement insidieuses et modernes, et qui prône la haine de l'Occident.
    À Toulouse, justement, Laureline Fell, patronne de l'antenne locale de la DCRI tout juste créée par Sarkozy, s'intéresse à un certain Merah, soupçonné de liens avec des entreprises terroristes. Mais les récentes réformes du renseignement français ne lui facilitent pas la tâche. Quand le pire advient, Fell comprend que la France n'est pas armée pour affronter ce nouvel ennemi qui retourne ses propres enfants contre leur pays : d'autres jeunes sont prêts à rejoindre l'État islamique, autant de bombes à retardement que Laureline, avec l'aide de Vanessa, va tenter de désamorcer.
    Avec ce dernier tome, Frédéric Paulin clôt la trilogie Benlazar qui nous mènera de Tunis à Toulouse, de Lunel à Bengazi, dessinant la carte des nouveaux réseaux terroristes qui frapperont Paris en plein coeur au cours de l'année 2015.

  • Un policier est retrouvé égorgé dans un abattoir des Hauts de France. Un post-it est collé sur sa poitrine avec inscrit dessus : « Peuvent-ils souffrir ? ». Un groupe de défenseurs des animaux, de spécistes, est rapidement mis en cause. Etienne Barzac de l'IGPN, la police des polices, découvre de plus que le fonctionnaire assassiné a un passé chargé et complexe. Il part mener son enquête avec le lieutenant Salima Belloumi, plus pour éloigner la jeune femme et la protéger de son mari violent. Et on va découvrir « ce qui se dit » dans cette curieuse enquête. C'est seulement après que l'on apprendra « ce qu'il s'est passé ». Comment des jeunes sont devenus de militants absolus de la cause animale, ce qui se passe réellement dans ces abattoirs d'où des images effrayantes commencent à parvenir à la connaissance du grand public.

  • Le massacre des Tutsis par les Hutus, l'attitude ambigüe de la France face à ce génocide, la recherche de la vérité, ce grand polar nous plonge dans cet horrible épisode des années 90. À travers ce livre, Frédéric Paulin décrit les mécanismes de la violence, du meurtre, et les lâchetés des pouvoirs.

    Frédéric Paulin a publié 10 romans dont cinq aux éditions Goater. Il poursuit son oeuvre en alternant les publications à La Manufacture des livres, aux éditions Goater et chez Agullo dont il sera le premier auteur français publié en septembre 2018.

    Sur commande
  • On dit que pour dix disques Thriller de Mickaël Jackson vendus, une Kalachnikov AK47 a été produite. C'est possible.

    Farid Laïfaoui, dit le Corse, comprend vite que le trafic d'armes lui rapportera plus que son petit commerce de came dans la banlieue parisienne. De hasards en rencontres, de compromissions en fusillades, il va devenir l'un des plus importants pourvoyeurs d'armes du milieu et des banlieues d'Europe de l'Ouest. La mafia croate lui fournit les armes ; lui les revend en France, en Allemagne ou ailleurs. Une mécanique parfaite. Toujours plus, toujours plus vite.

    Puis, une jeune fille vient gripper le jeu qu'il croyait parfaitement huilé.
    Alors, l'édifice se fissure : il devient l'obsession d'un flic, ses acheteurs tentent de le doubler, ses alliés croates de le flinguer. Le croate se retrouve alors pris au piège d'une guerre perdue d'avance. Même avec une arme dont la cadence de tir est de 600 coups par minute.

    Sur commande
  • Ce genre d'alerte glaçait l'échine de tous les bipèdes qui se trouvaient sur le front.
    Tous avaient entendu parler de l'attaque d'ypres au mois d'avril précédent. les fridolins avaient utilisé des vagues dérivantes de chlore. le gaz moutarde avait attaqué les éponges de 20 000 gonzes et en avait rectifié fissa 5 000. sans parler des pauvres bestioles qui avaient trinqué : les taupes, lapins et rongeurs de toutes sortes qui se planquaient au fond de la terre pour échapper à la bêtise humaine avaient été enfumés et étaient sortis crever à l'extérieur.
    Après le bombardement, les brancardiers qui avaient chômé sur le champ de bataille, tant les rescapés étaient rares, avaient été stupéfaits par le nombre de cadavres de bêtes qu'ils y avaient trouvé. un massacre impeccablement mené, d'autant plus qu'on racontait encore l'histoire des survivants qui en avaient tant bavé des ronds de chapeau que certains s'étaient fait sauter le caisson pour ne plus endurer des souffrances par trop inhumaines.

    Sur commande
  • Instrument pour le moins banal, le cercle se révèle pourtant un allié hors pair lorsqu'il s'agit de dresser un entremets, une purée, une mousse et tant d'autres plats qui acquièrent ainsi des qualités esthétiques indéniables.

  • On parla longtemps d'opération de maintien de l'ordre. Cette guerre-là ne voulut pas dire son nom pendant des décennies, elle n'en fut pas moins cruelle et sans pitié. On crut défendre sa patrie avec panache mais les massacres et la torture remplacèrent les batailles glorieuses.

    Cette guerre-là tua sans distinction, voisins, amis, frères et pères. Elle laissa des fils seulement habités par une froide vengeance, des mères éplorées et sans espoir. Cette guerre-là frappa en Algérie et en France. Elle continua après 1962 et dura plus longtemps que ce que les historiens et les pouvoirs publics affirmèrent par la suite. D'ailleurs, elle commença également bien avant 1954. La Guerre d'Algérie.

    Achraf Laïfaoui, Louis Gascogne, Kader et Rochdi Mekchiche l'ont vécue. Ils n'en sont jamais revenus. Ceci est leur histoire. Elle débute en Algérie pour finir à l'usine Citroën à Rennes.

    Sur commande
  • Cuisiner au cercle - 1 livre de 50 recettes illustrées - un poussoir et 2 cercles de dressage en inox. Instrument pour le moins banal, le cercle se révèle pourtant un allié hors pair lorsqu'il s'agit de dresser un entremets, une purée, une mousse et tant d'autres plats qui acquièrent ainsi des qualités esthétiques indéniables.

  • Loïc Mordefroid découvre un jour que sa fille qui a disparu joue dans des films pornographiques diffusés sur Internet. Avec Christophe Leprestre, son vieil ami de militantisme politique (version maoïsme post-soixante-huitard), il s'aperçoit que l'individu qui dirige la société de production n'est autre qu'un ancien gauchiste lui aussi, mais issu d'une chapelle différente et qui s'est reconverti dans la communication et l'audiovisuel.
    Leprestre se sachant condamné par un cancer de la gorge, entraîne Mordefroid sur les traces du traitre à leurs idées et ensemble, ils décident de l'exécuter.
    Mais, le propre fils de Mordefroid est flic et se retrouve obligé de se lancer sur la piste de son propre père.

  • Retrouvés en forêt. Massacrés par un animal, à ce qu'on murmure. Ce n'est pas bon pour le tourisme. C'est dans cette ambiance moins qu'hospitalière que débarque Zébulon Mauer, capitaine de police réaffecté à Rennes. Sa hiérarchie parisienne s'en serait débarrassé pour corruption.
    Trop chic, trop futé, trop laid avec sa cicatrice qui lui dévore le visage, Mauer n'est pas sympathique. Sûrement malhonnête. Mais très compétent. Et il ne croit ni aux monstres de légendes, ni aux honnêtes paysans, ni aux politiques sans reproches. Ce n'est pas pour rien qu'il est vite surnommé le Morc'hast, ce grand requin bleu, terreur des mers indispensable à l'écosystème. Ce prédateur d'autres prédateurs...

  • Le monde est notre patrie est la devise des mercenaires. C'est aussi un roman noir qui navigue en eaux troubles. En Irak, au Nigéria, en Syrie, au Mali, les nouvelles sociétés de sécurité privées protègent pour de l'argent. Beaucoup d'argent. Un suspens haletant que vous aurez du mal à lâcher avant le dénouement. Par l'auteur de 600 coups par minute et de La Grande peur du Petit Blanc.

    Sur commande
  • Douceurs d'Orient

    Frederic Paulin

    La pâtisserie orientale est sans doute l'une des plus riches au monde. Elle est en effet le résultat de la rencontre de peuples éloignés, du mélange de coutumes différentes et de traditions variées. On ne s'étonnera donc pas de l'abondance de l'offre, qui ravira les papilles du gourmand curieux et voyageur, mais aussi la vue et l'odorat de vos amis. La pâtisserie orientale, présente dans les repas traditionnels du Maghreb et du Proche ou du Moyen-Orient depuis très longtemps, a su néanmoins, sans se renier, s'adapter et utiliser des ingrédients et des instruments d'aujourd'hui. Les recettes présentées ici sont donc un éventail de la richesse de la pâtisserie orientale, à découvrir et à partager.

  • La nuit tombée sur nos âmes Nouv.

    Gênes, juillet 2001.
    Les chefs d'État des huit pays les plus riches de la planète se retrouvent lors du G8. Face à eux, en marge du sommet, 500 000 personnes se sont rassemblées pour refuser l'ordre mondial qui doit se dessiner à l'abri des grilles de la zone rouge. Parmi les contestataires, Wag et Nathalie sont venus de France grossir les rangs du mouvement altermondialiste. Militants d'extrême-gauche, ils ont l'habitude des manifs houleuses et se croient prêts à affronter les forces de l'ordre. Mais la répression policière qui va se déchaîner pendant trois jours dans les rues de la Superbe est d'une brutalité inédite, attisée en coulisses par les manipulations du pouvoir italien. Et de certains responsables français qui jouent aux apprentis-sorciers.
    Entre les journalistes encombrants, les manoeuvres de deux agents de la DST, et leurs propres tiraillements, Wag et Nathalie vont se perdre dans un maelstrom de violence. Il y aura des affrontements, des tabassages, des actes de torture, des trahisons et tant de vies brisées qui ne marqueront jamais l'Histoire. Qui se souvient de l'école Diaz ? Qui se souvient de la caserne de Bolzaneto ? Qui se souvient encore de Carlo Giuliani ?
    De ces journées où ils auront vu l'innocence et la jeunesse anéanties dans le silence, ils reviendront à jamais transformés. Comme la plupart des militants qui tentèrent, à Gênes, de s'opposer à une forme sauvage de capitalisme.

  • Alors qu'une épidémie de grippe sans précédent par sa virulence et sa rapidité s'abat sur la ville - et sur toute l'Europe, semble-t-il - quelques flics tentent de stopper l'ascension de petits voyous dont l'objectif est de devenir de gros dealers.
    Mais lorsque ces apprentis trafiquants se font aider par des fonctionnaires de police ripoux et bénéficient des ambitions démesurées d'élus municipaux et du zèle illuminé d'associatifs de la réinsertion sociale, l'enquête policière se complique et laisse rapidement la place à une affaire politique particulièrement nauséabonde. Rappelez-vous ce qui est arrivé aux dinosaures est le premier opus d'une quadrilogie noire se déroulant dans une ville de Province que l'on pourra facilement situer mais dont la ressemblance des héros et des actions avec des personnages et des faits ayant réellement existé n'est bien évidemment que pure coïncidence.

  • Sur commande
  • On parla longtemps d'opération de maintien de l'ordre.
    Cette guerre-là ne voulut pas dire son nom pendant des décennies, elle n'en fut pas moins cruelle et sans pitié. On crut défendre sa patrie avec panache mais les massacres et la torture remplacèrent les batailles glorieuses.
    Cette guerre-là tua sans distinction, voisins, amis, frères et pères. Elle laissa des fils seulement habités par une froide vengeance, des mères éplorées et sans espoir.
    Cette guerre-là frappa en Algérie et en France. Elle continua après 1962 et dura plus longtemps que ce que les historiens et les pouvoirs publics affirmèrent par la suite. D'ailleurs, elle commença également bien avant 1954. La Guerre d'Algérie.
    Achraf Laïfaoui, Louis Gascogne, Kader et Rochdi Mekchiche l'ont vécue. Ils n'en sont jamais revenus. Ceci est leur histoire. Elle débute en Algérie pour finir à l'usine Citroën à Rennes.
    "Un beau roman noir. Une belle réussite. » Polarnoir

empty