Brigitte Comard

  • «Hydroponico, c'était écrit sur une barquette de fraises pas chères qui venaient d'Espagne, elle a cherché le sens de ce mot qu'elle trouvait très rond.» Crise économique ? Crise morale ? Crise des valeurs ? Crise sociale et sociétale ?
    La CRISE est-elle une fatalité ?
    Hydroponica, le roman de Brigitte Comard ouvre une brèche dans ce discours anxiogène.
    Hydroponica, c'est l'histoire d'Isa, Jamila, leurs enfants et quelques autres «naufragés» réfugiés dans un camping.
    Hydroponica, c'est une plongée au coeur du quotidien de la précarité et de ses conséquences.
    Hydroponica, c'est aussi et surtout l'histoire de femmes et d'hommes qui réinventent leurs vies.

    [Fausse piste ?] Hydroponica : n.f. instrument de musique, dérivé de l'harmonica... Un curieux objet, en vérité, dans lequel raisonnent souffles et soupirs. Souffle de fatigue, parce que, la vie ici est méchante et inquiétante. Soupirs de tendresse, parce que porter attention à un enfant qui grandit est un engagement et aussi un baume. Souffle de révolte, parce que la société tourne (en) rond, mais à côté de vous. Soupir de soulagement parce que rien n'est réglé mais qu'on réalise qu'on n'a pas perdu l'essentiel. La Fraternité. Ce mot gravé dans la pierre de 36 568 linteaux - sans compter les écoles - et qu'on voudrait surtout pétillant dans tous les esprits. Ce mot galvaudé, moqué, ânonné. Ce mot qui désigne précisément une belle manière d'être humain.
    L'Hydroponica que vous tenez dans vos mains vous susurre l'harmonie saccadée des souffles et soupirs d'Isa, d'Enzo, de Jean-Jacques, d'Idriss, de Jamila...

    Denis Quinqueton

  • Peut-on croire à la force de l'art face à la trivialité du monde ? La beauté peut-elle nous sauver ? Jean-Noël, le personnage du nouveau roman de Brigitte Comard y croit.

    Ce récit dense et sensible embarque, au rythme des secousses du monde, dans le coeur et l'esprit d'un homme que la vie va frapper. Un ouvrage juste et bouleversant qui déconstruit les rouages d'un système et révèle la violence sociale qu'il génère.

    Engagé avec justesse, Collapse saisit par le regard acéré et sans complaisance qu'il porte sur le monde contemporain.

  • En 2017 et 2018 dans le cadre d'un projet d'expérimentation sociale conçu et mis en oeuvre par le Bruit du frigo, l'autrice a participé à une résidence un peu particulière : deux voyages, de Bordeaux (Bacalan) à Sainte-Foy-la-Grande, puis d'Hendaye à La Rochelle. Deux « convois exceptionnels », dont elle se fait l'écho à travers ces deux récits.
    Imaginez un groupe composé d'artistes et d'habitants, partageant deux week-ends, pour vivre ensemble un voyage extraordinaire.
    Une expédition collective, pas très loin de chez eux, une virée pour déplacer le regard sur notre quotidien, sur ce qui nous entoure. Une démarche où le contexte est défini par l'aventure humaine et la perception individuelle et collective des participants. À travers leur regard, se dessine un territoire possible. Convoi exceptionnel aménage une rencontre entre deux groupes de personnes, deux territoires et deux artistes. Ils ne se connaissent pas, ils n'ont sans doute jamais visité l'autre territoire, mais ils vont ensemble s'inviter à le découvrir.

  • Un salon littéraire, une auteure qui signe son premier roman, les mondanités d'une inauguration... Une dame, pas tout à fait comme tout le monde s'invite à la fête.

    Le cocktail est la première d'une série de nano-nouvelles dans lesquelles Brigitte Comard débusque l'insolite de la vie. Ce qui, au détour des petits rituels sociaux, raconte les ressorts intimes et invisibles des existences. L'endroit microscopique où peut advenir le basculement d'un ordre établi, une subversion de la normalité, peut-être l'irruption d'un moment singulier d'humanité.

  • Deuxième récit du projet « Convoi exceptionnel », avec le précédent.

empty