JC Lattès

  • Depuis que le soleil ne se lève plus, la vie s'éteint à petit feu. Rosie craint pour la santé de son grand-père Edmond, qui pousse des quintes de toux à arracher des séquoias. Du haut de ses treize ans, elle décide de trouver un moyen de ramener le soleil et part sur son vélo Harley à sa recherche. Mais sa bonne volonté ne suffit pas.  Après avoir échoué à convaincre Noé, l'homme le plus riche du monde, de l'aider, elle se lance dans une épopée qui lui fera croiser la route de Crépuscule, un paria au grand coeur, Aube, son ange gardien, Vénus, la femme la plus belle du monde, le fameux Famos, Ilra la magicienne et son mari le Chat Cinno, Momo le pêcheur, un sonneur de cloches et même des éléphants footballeurs.Mais qui va réussir à réveiller le soleil ?Dans ce premier roman lumineux, Oxmo Puccino s'empare de l'énergie de la jeunesse pour pointer l'urgence écologique, la vanité de la célébrité, le vertige des passions.  Avec humour, poésie et tendresse, il nous offre surtout une histoire d'amour et d'amitié, une quête initiatique entre  Le Petit Prince  et Tim Burton.« Tel un botaniste de l'imaginaire, Oxmo Puccino plante les graines de demain dans une langue chantante, aux aspirations écologiques.  »  Livres Hebdo
    « C'est comme si Jules Verne avait posé le pied sur une planète inconnue - dans la tête d'Oxmo, là où le Soleil ne se couche jamais. »  L'Obs« Avec  Les Réveilleurs de soleil, le rappeur Oxmo Puccino réussit en beauté son entrée sur la scène littéraire, entre onirisme et surréalisme. »  L'Express« Le premier roman du rappeur, et poète, Oxmo Puccino, déjà publié et approuvé comme tel, est une bonne et belle surprise. »  Le Point« Entre le petit Prince et Tim Burton »  La Grande librairie« Un roman formidable à découvrir d'urgence ! »  France Inter, La bande originale

  • Des mecs comme Alain Basile, vous n'en croiserez pas tous les jours et pas à tous les coins de rue.C'est dans son épicerie, La Belle Saison, que j'ai fait sa connaissance. Mon père venait de me mettre à la porte et je vagabondais dans les rues en rêvant d'une vie de bohème. Alain, lui, il en avait rien à faire de la bohème et des lilas sous les fenêtres, sa seule ambition était de devenir millionnaire. Pour réussir, il était prêt à tout et avait besoin d'un associé. C'est tombé sur moi. Mais accuser Alain Basile d'avoir chamboulé mon existence reviendrait à reprocher au Vésuve d'avoir carbonisé Pompéi. Sans lui, je n'écrirais pas aujourd'hui. 
    Si  La Sainte Touche  raconte les aventures d'un duo improbable avec humour, c'est aussi un pur joyau littéraire, aussi cynique que romantique. Un roman dans la veine de  Karoo  de Steve Tesich, de la série  Breaking Bad  et du film  Dikkenek.« Un roman déjanté. Ça fait du bien ! »  François Busnel,  La Grande Librairie« Un texte traversé par l'humour, un sens aigu de la débrouille et un hommage à la littérature. »  Télérama« Un roman drôle et bouleversant ! »  Le Parisien
    « Djamel sait emballer les mots comme il faut façon Audiard, matinée de Céline, pour nous emporter dans une histoire haute en saveur. »  Paris Match
    « Une vraie success story ! »  Closer

  • Quand la ville s'éteint Nouv.

    Cobra, la vingtaine, a grandi dans le quartier de Strasbourg - Saint-Denis à Paris. Il partage son temps entre l'épicerie de son père, le bar Chez Jeannette, l'écriture de son premier album de rap et l'envie farouche de réussir. Il n'a aucun contact, pas d'argent, juste son enthousiasme, et se donne un an pour percer.Un jour, il fait la rencontre de Chérif, un ancien producteur de raï en déshérence, qui accepte de mettre à disposition son studio d'enregistrement. Leur amitié va tout bousculer.  Armé d'un style bouillonnant et d'une énergie à 140 pulsations par minute,  Quand la ville s'éteint  mêle rap, électro et raï pour raconter le destin de Cobra, déchiré entre ses origines populaires et ses rêves de gloire. C'est aussi le portrait d'un quartier en proie à une gentrification sauvage, devenu fief de la production artistique, et celui d'une génération qui cherche sa place sur une scène musicale où l'on passe de l'ombre à la lumière en un rien de temps. Et inversement.« Porté par une écriture fiévreuse, Quand la ville s'éteint mêle l'histoire de la musique populaire des trente dernières années et une observation fine des mutations sociologiques de Paris. Une belle découverte. »  L'Humanité
    « Ce livre a été lu avec le sentiment que Julia Pialat prend la relève de Virginie Despentes en fédérant sa génération autour d'une bande de musiciens dans un quartier parisien en mutation, un peu à la façon de Vernon Subutex. »  20 Minutes

  • Cet été-là, il n'a jamais fait aussi chaud. Alex s'apprête à fêter ses treize ans dans une relative indifférence, coincé entre une mère qui a enterré ses rêves et un père obnubilé par les simulations aériennes. Son seul horizon est la nationale qui longe son village. Heureusement, il y a Jérôme et Sophie, ses meilleurs amis, et les eaux turquoise des Caraïbes, l'ancienne carrière de la commune, un îlot de fraîcheur où ils passent leurs après-midi. Mais quand son père se retrouve au chômage, tout se met à dérailler. Sa mère a des envies d'évasion et Marko, la brute du quartier, décide de privatiser les Caraïbes. Alex ne va pas se laisser faire, il est déterminé à sauver cet été et cette famille.
    Ce premier roman drôle et amer est un cri de rage contre la monotonie et l'ennui, contre cette vie trop étriquée pour les rêves, contre la croyance que jamais rien ne peut changer.

  • Pandorini

    Florence Porcel

    Pandorini, monstre sacré du cinéma français, vient de mourir. Le monde médiatique s'agite. Sur les plateaux télé, les commentateurs se succèdent, on raconte, on rend hommage. Une femme se souvient.
    L'acteur hante ses pensées depuis quatorze ans. Elle en avait dix-neuf, elle commençait sa vie d'adulte en douceur, portée par ses rêves. Pandorini lui en a vendu.  Lui en a volé, aussi. Elle n'a jamais oublié. Bientôt, les langues vont se délier et la jeune femme va réaliser qu'elle n'a pas vécu une histoire d'amour. Elle était sous emprise.
    Avec une écriture sincère, vive, à fleur de peau, Florence Porcel plonge la plume dans la plaie. Elle s'inspire d'un épisode de sa vie pour raconter la destruction de l'innocence d'une jeune adulte par un homme de pouvoir.
     

  • D­ans le cadre d'une demande de permis de séjour, un jeune clandestin est convoqué à un test de maîtrise du français. Piqué au vif, il répond à l'administration en adressant le livre que vous tenez entre vos mains. Un roman au style aussi éloquent que décapant, l'histoire de son arrivée en France.
    Dans Clandestinement vôtre, vous n'entendrez parler ni de colonisation ni de couleur de peau, mais vous goûterez à l'humour cinglant d'un jeune homme qui rêve de quitter le Cameroun pour étudier les sciences politiques en France. Vous le suivrez dans ses aventures hexagonales, s'acharnant à survivre, à jouer de son intelligence, parfois de ses charmes, pour donner vie à son ambition : rentrer un jour au pays pour mener une révolution. 
     
    Pas de place pour les tabous avec Charles Cédric. La seule chose qui compte, c'est la vie, les souvenirs, l'instant présent, l'amour, le bonheur.
    La sincérité. Ce livre est une fiction inspirée de sa vie, à laquelle se sont ajoutés quelques bobards dont les écrivains ont le secret.
    C'est ainsi qu'ils s'approchent de la vérité.
    «  L'écriture de ce roman est vive, pétillante, à l'image d'un narrateur peu doué pour la tristesse. [...] Qu'on le nomme au Collège de France  !  »  Le Canard Enchaîné
    «  Savoureux et plein d'esprit  »  Radio RTBF
    «  Mordant, piquant, sans tabou et d'une grande sincérité, ce texte révèle le parcours d'un jeune homme idéaliste, disposant d'un sens de l'humour et de la débrouille sans faille qui lui permettront de survivre et de construire (par amour) son avenir sur cette terre d'accueil.  »  Page des libraires
    « L'auteur débute en littérature avec un esprit qui emporte tout sur son passage. » ELLE

  • Ils ont dix ans, pas un sou en poche et vouent un culte au cinéma, aux patates à la braise et au Coca-cola.
    Pour étancher cette soif de découverte et gagner quelques pièces, ces cinq débrouillards récupèrent dans une benne, métaux, cartons et bouteilles  consignées pour les revendre à un ferrailleur pas très honnête. Mais la concurrence fait rage, les Gitans et Momo le clochard se servent aussi. Alors en attendant de grandir, ils traînent dans le faubourg avec Lachance, leur chat, et s'interrogent sur l'origine du monde, sur ce couple qu'ils ont vu tout nu au sommet de la colline à l'arbre seul.
    Abdelhafid Metalsi signe un texte poignant, tendre, dans la veine de La vie devant soi de Romain Gary, de La guerre des boutons et des 400 coups.
    «  Un western urbain tendre et drôle.»  Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo
     

  • Janvier 2011. Les journaux sont censurés, les informations  se diffusent sur Internet et un murmure  parcourt la Tunisie : la rue gronde. Mehdi, un jeune  journaliste, tourne en rond dans sa cellule, sans savoir  ce qu'il va devenir. La Cellule, elle, sait tout, elle a vu  ce que les geôliers ont fait aux autres prisonniers.
    Dehors, Essia s'inquiète de la disparition de Mehdi,  son nouvel amour. Elle part à Sfax, sa ville d'origine,  pour tenter de le retrouver. À Tunis, Yacine, le père  d'Essia, se rappelle l'indépendance. D'ailleurs, il a  mal sous le pied gauche, comme au depart des  Francais en 1956. Mehdi est encore le seul à le comprendre  : c'est une révolution.
     
    Hella Feki décrit la révolution de jasmin de l'intérieur, avec une écriture puissante, évocatrice, sensuelle. Ses personnages  racontent leurs espoirs, leurs blessures, leurs peurs, leurs défaites, leurs envies de tout changer. De tout casser. Pour mieux reconstruire. 
    «  Une oeuvre fine et singulière reliant  la petite et la grande Histoire, voix intimes et destinée  collective, ancrée dans la profondeur historique.  »    Afrique Magazine

  • Confusions

    Marie Tanguy

    «  Ces deux derniers mois, j'ai passé près de cinq cents heures dans une pièce de onze m2 qui était devenue l'endroit le plus stratégique de France. Nous étions cinq à y travailler, composant le pôle Idées. J'avais rejoint l'équipe de campagne d'En Marche en tant que plume ; excitée, terrifiée, mais confiante. Je croyais que la sincérité de mon écriture suffirait. Je me trompais.
    Accéder au sixième étage était le Graal. C'était le dernier, au plus près du ciel, celui du chef et de sa garde rapprochée. Moi qui y avais atterri directement, dans le bureau où s'écrivait le programme présidentiel, j'en gardais la sensation d'avoir été plongée dans une bassine d'huile bouillante. » G
     
    Écrit dans un souffle, Confusions offre une plongée troublante au coeur d'une campagne au fonctionnement illisible et à la réussite insolente. Dans ce récit puissant, Marie Tanguy explore l'engagement et la fragilité. Elle raconte un monde où règnent la bienveillance et la politesse feutrée, où le doute n'a pas sa place, où la vérité ne se discute pas. Mais s'exécute.
     
     

  • Grande dorsale

    Nicolas Defoe

    Un avocat en pleine crise de la quarantaine décide  de se faire tatouer. À l'issue d'une séance douloureuse,  un tout autre dessin apparaît sur son dos,  le visage d'une madone funèbre. Fière de son père,  sa fille poste la photo du tatouage sur les réseaux  sociaux.
    Quelques mois plus tard, une inconnue la  contacte. Sans aucun doute, le visage est celui de  Judith, sa fille disparue en Argentine.

  • Samba veut le monde, et rien d'autre. Il a bientôt 18 ans et passe ses journées à rêver et à déambuler dans la ville avec son pote Éros. Un jour, la mairie leur propose un stage. Pour Samba, autiste léger, c'est l'occasion de se confronter au monde du travail.Mais les jeunes sont sceptiques, le nouveau maire est un populiste, tendance droite dure. Louis Walter ambitionne de faire de l'arrondissement son bastion politique. Il vise l'Élysée. Face à lui, Jacques Lascrime et Sandrine Rigal, figures de la gauche culturelle, organisent la résistance. Jusqu'ici tout va bien, mais dans ce quartier où des commerces branchés côtoient une grande pauvreté, les ego et les rêves s'affrontent, chacun veut gagner le monde à sa manière, quel qu'en soit le prix.  Et je veux le monde  est un opéra urbain, un roman porté par des personnages inoubliables et une tension implacable.«  Ce roman social dynamique progresse sur un rythme entraînant, quasiment rhapsodique. Le langage de Cheb Sun combine oralité et inventivité.  »  Livres Hebdo«  C'est raconté avec un style fort et rare, proche de nous. On n'a jamais lu un livre comme ça.  »  20 Minutes

  • Saccharoses

    Samir

    Quel est le point commun entre un trader racontant son premier baiser et son suicide dans un même souffle, un quadra désabusé s'imaginant une nouvelle vie le temps d'une rencontre dans le métro, et un ex-écrivain noyant sa peine dans des films ? La réponse est  Saccharoses. Trois mecs. Trois histoires. Et si c'était la même ?    On ne ressort pas indemne de  Saccharoses  : vous n'oublierez ni le destin de Qaïs et de Bonbon, ni le style à couper le souffle qui porte ce roman.
    « Centré sur trois inconnus qui se croisent dans le métro (un trader paumé, un quadra désabusé et un ex-écrivain qui se noie dans les films), ce récit révèle une voix. Il dynamite la langue, impose son style: moderne et percutant. »  Femme Actuelle

  • Je ne sais toujours pas si j'aime la boxe : le champion du monde boxe avec les mots Nouv.

    C'est l'histoire d'un petit garçon dont le père disparaît. L'histoire d'un adolescent qui grandit avec sa mère courage dans une banlieue triste. Celle d'un jeune homme qui entre un jour dans une salle de boxe. Il n'y connaît rien. Il a peur. Il apprend à boxer, à prendre confiance en lui, à mordre la vie. De peur de finir pauvre, il va s'obliger à poursuivre des études pour devenir ingénieur et boxeur professionnel en même temps. Du lundi au vendredi, il développe des logiciels, le samedi, il croise le cuir aux Canaries, à Venise ou Donetsk jusqu'à monter sur le toit du monde en devenant champion.
    Des matchs truqués en Italie aux bars clandestins  en Thaïlande, des valises de billets en Ukraine à l'excellence cubaine, Brice Faradji raconte dans un style sincère et authentique son long voyage dans l'univers du Noble Art. D'ordinaire, ce sont les écrivains qui se fascinent pour la boxe, voici le livre d'un écorché vif devenu écrivain.

empty