Ponson Du Terrail

  • Ponson du Terrail demeure à jamais lauteur de Rocambole, pourtant cet illustre représentant de la littérature populaire du XIXe siècle a produit une uvre bien plus considérable qui est encore parfois méconnue. Les Fils de Judas (1867) considéré par Claude Mesplède dans son Dictionnaire des littératures policières comme le «chef-duvre incontestable» de Ponson, na pourtant jamais été republié. Dans une intrigue à forts rebondissements dont lauteur est le maître incontesté, le génial chimiste Callebrand, le jeune Raymond de Mahédin et linquiétant Sir Archibald vont mêler leurs destinées dans des lieux et des époques aussi divers que Jérusalem au temps de la Passion du Christ, le Liban du XVe siècle sous lemprise des Turcs et enfin Paris, capitale de tous les possibles au XIXe.

  • Quels mystères et secrets cache cet étrange médecin de campagne ? Ce roman fait exception chez l'auteur en cela qu'il s'agit non plus d'un roman d'aventures criminelles, c'est-à-dire où l'aventure domine - avec ses éléments narratifs?: enlèvement, duel, usurpation d'identité, poursuite, etc., - mais bien d'un roman purement criminel dans lequel, sans artifice superflu, un personnage tente de mener à bien une entreprise à but criminel, l'entraînant le plus souvent à commettre des crimes de sang. La figure du criminel est cette fois celle d'un médecin de campagne, bien éloigné de ces médecins apprentis sorciers que sont le Dr Samuel des Gandins (1860) ou le médecin anonyme de L'Héritage d'un comédien (1864). Son projet est beaucoup plus modeste mais non moins terrible ; il repose sur l'ambition et sur la haine. En l'absence d'une véritable enquête policière, il n'est démasqué que grâce à un procédé pour le moins exotique. Un roman au suspense à couper le souffle EXTRAIT C'était la veille de Noël. La neige couvrait la terre, le brouillard rampait au-dessus de la neige et, au travers, apparaissait çà et là un coin de ciel bleu parsemé d'étoiles. Cependant, l'hiver n'avait pas été rude. Il avait beaucoup plu en octobre, il avait un peu gelé en novembre ; mais l'été de la Saint-Martin était arrivé, et après lui quelques journées brumeuses. Le temps était à peine froid et la neige ne durcissait pas ; mais de cette neige à peine consistante s'élevait un brouillard épais, dense, et qui avait des tons rougeâtres. Deux hommes, l'un à pied, l'autre à cheval cheminaient de compagnie et causaient à mi-voix. De temps en temps, l'homme à cheval se pressait sur ses étriers comme s'il eût voulu percer le brouillard de son regard, et voir s'il était loin encore du terme de son voyage. Sur la gauche, un clocher de village perçait la brume ; sur la droite, on entendait un clapotement. Le village dont la flèche montait dans le ciel gris se nommait Fay-aux-Loges. A PROPOS DE L'AUTEUR Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • Intrigues familiales sous fond de scènes criminelles Les Mystères du Temple est un petit chef-d'oeuvre de puzzle familial et criminel. Peu de personnages sont en scène - contrairement à la légende qui veut que Ponson du Terrail devait employer des marionnettes pour s'y retrouver - mais ils ont tous entre eux des rapports complexes. Ainsi par exemple, d'emblée, s'affrontent deux hommes dont l'un est le fils légitime du marquis de Hauteserre mais non son fils biologique, et l'autre son véritable fils, mais né d'une liaison adultère. Selon un procédé courant, l'auteur apprend à ses lecteurs le passé de ses personnages par l'intermédiaire de manuscrits prévus à cet effet et que l'on vole ou détruit selon l'intérêt du moment. Mais l'aspect le plus frappant de ce roman est l'intensité du registre criminel. Le crime semble être roi... Ce roman est paru dans le journal L'Omnibus, du 4 décembre 1862 au 26 avril 1863. Un supsense saisissant qui s'intensifie au fil des pages ! EXTRAIT Un matin d'hiver, comme le jour commençait à poindre, un homme qui marchait furtivement, le nez dans son manteau, se retournant de temps à autre pour voir s'il n'était point suivi, s'arrêta vers le milieu de la rue Nazareth, devant une boutique encore fermée, au-dessus de laquelle on lisait : Jacob Isambart marchand d'habits - C'est bien là, se dit-il en examinant cette enseigne. Et il frappa. Il avait plu toute la nuit, le ciel était gris, les trottoirs couverts de boue. L'homme qui frappait à la porte du marchand d'habits semblait avoir marché une partie de la nuit, si on prenait garde à sa chaussure dont le vernis avait disparu sous une épaisse couche de fange, et à son pantalon noir crotté jusqu'au genou. Cependant l'ensemble de sa mise sentait l'élégance, et ce n'était pas évidemment le besoin qui amenait cet homme dans un de ces antres soumis à patente, où le pauvre monde va chercher un peu d'argent en échange de ses habits. A PROPOS DE L'AUTEUR Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • Des récits de chasse plein de rebondissements, à la frontière du fantastique !
    Chasseur tout autant que romancier, Ponson du Terrail offre, au début de sa carrière, sa collaboration à un journal spécialisé dans les récits cynégétiques, Le Journal des Chasseurs.
    Des textes en partie autobiographiques, comme Une campagne de chasse avec les bandits corses (1851), La Chasse au chamois (1855) ou Histoire d'un loup vidé et d'un évêque de Nevers (1856), voisine avec d'authentiques textes de fictions, tel Le Castel du diable (1852) - dans le registre du fantastique expliqué, - Histoire d'un couteau de chasse (1854) et surtout le court roman Le Nid de Faucons (1853) - dont le thème étonnant est celui de la chasse à l'homme !
    Le recueil proposé ici est inédit : seuls deux des textes ont parus en librairie au XIXe siècle !
    EXTRAIT
    Après le dîner, on remonta au boudoir, où le café était servi.
    Les deux époux et leur hôte y étaient à peine, lorsque reparut le majordome qui avait annoncé le dîner et servi à table.
    Il portait un grand plat d'argent.
    Sur ce plat était le mystérieux couteau de chasse : à côté du couteau était une de ces bagues d'homme qu'on nomme chevalières. Il plaça le tout sur la cheminée et se retira, au grand étonnement de mon grand-père, qui demeura muet et n'osa faire une seule question.
    La vicomtesse ne leva point les yeux sur le plat, pas plus qu'elle ne les levait sur les trophées des murs.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • La Messe noire

    Ponson Du Terrail

    Intrigues et complots à la cour de France au XVIe siècle...
    La Messe noire, « aventures de cape et d'épée » dont l'action se déroule à Paris au XVIe siècle, publié originellement dans Le Gaulois, du 1er avril au 9 juillet 1869, est un roman qui repose sur deux thématiques majeures chez Ponson.
    La première occupe une grande partie de son oeuvre : il s'agit de l'aventure historique, à laquelle se rattache le deuxième grand cycle qui fit sa notoriété :La Jeunesse du roi Henri, et ses suites.
    La seconde est celle du fantastique dont le moins qu'on puisse dire est qu'il aura entretenu avec elle des rapports ambigus. Ici, il joue avec son lecteur comme le chat avec la souris, le ballottant entre des points de vue diamétralement opposés.
    Enfin, il s'agit d'un roman d'espionnage dans lequel des enjeux géopolitiques importants sont en cause.
    Une passionnante aventure, à la fois historique et fantastique !
    EXTRAIT
    Les bourreaux, comme les rois, ont leur dynastie.
    Les seconds se transmettent le sceptre et la main de justice de père en fils ; les premiers, le glaive sanglant.
    Caboche était le descendant du trop fameux Simon Caboche qui joua un rôle au temps de Charles VI.
    Son aïeul avait été l'homme des guerres civiles, et d'écorcheur de bêtes il s'était fait justicier.
    Puis il avait fait souche de bourreaux comme on fait souche de rois.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • À travers trois histoires de femmes, l'auteur nous plonge dans le monde littéraire et artistique de son époque.
    Ce roman de Ponson possède une particularité unique : c'est le seul roman qui n'ait pas paru dans la presse avant d'être publié en librairie. D'ailleurs, il n'a jamais connu qu'une seule édition, chez Dentu qui a bien pris la précaution d'indiquer le mot « inédit » dans son catalogue des oeuvres de Ponson du Terrail. Visiblement, ce dernier a répondu à une demande particulière de l'éditeur officiel de la Société des Gens de Lettres - depuis 1859.
    Un des aspects les plus intéressants du roman est son décor social. Il n'est, cela dit, pas atypique chez Ponson qui, dans tous ses romans « contemporains », qu'ils soient des villes ou bien des champs, décrit le monde qui l'entoure. À Paris, il connaît bien l'univers des aristocrates modestes et des petits bourgeois, des domestiques et des artisans, et, surtout, des gens de lettres et des artistes. C'est chez ces derniers qu'il nous fait pénétrer ici.
    Un récit social réaliste, sans aucun doute inspiré des contemporains de son auteur.
    EXTRAIT
    Aspasie donnait un bal.
    Pour dire la vraie vérité, Aspasie s'appelait Marguerite.
    Mais il serait convenable avant tout de prendre un juste milieu entre les bourgeois féroces qui veulent que chaque lorette soit la fille d'un portier, et le gandin naïf qui les croit issues des Montmorency par les femmes.
    Donc il faut vous dire la provenance de Marguerite qui se nommait Aspasie.
    Aspasie était la fille d'un petit employé qui avait fait des miracles, avec ses dix-huit cents francs, pour élever sa famille.
    Il avait fait un sous-lieutenant de son fils, il voulait que sa fille entrât dans un pensionnat.
    Et comme Marguerite, à dix-sept ans, était gentille, spirituelle et gaie, elle avait jeté son bonnet par-dessus le chapeau d'un joli garçon, en guise de moulin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • Un roman d'aventures historiques épique et truffé de rebondissements !
    La Cape et l'épée n'est pas le premier roman d'aventures historiques écrit par Ponson et pourtant c'est lui qui porte le titre emblématique du genre - dont on trouve des occurrences bien avant lui.
    Récit d'amour et de batailles privées plus que de situations et de conflits relevant réellement de la grande Histoire, ce roman possède bon nombre de qualités qui feront le succès de l'auteur : rapidité de l'action, suspense et retournement des personnages, quiproquos... auxquels s'ajoute une morale qui lui est chère : solidité inébranlable de la fraternité et de l'amitié, fidélité aux idéaux de la caste et de la patrie.
    L'époque est celle de la mort de François Ier et du début du règne de Henri II. Elle précède donc juste l'époque favorite de Ponson : les guerres de religion, la fin des Valois et la prise du pouvoir par Henri IV... Et y apparaît déjà un personnage qui occupera une place incomparable dans son oeuvre : Catherine de Médicis, ici modeste dauphine.
    Un véritable classique du genre !
    EXTRAIT
    À Milan, la noble ville, il y avait, vers l'année 1544, un armurier célèbre, du nom de Guasta-Carne, ce qui voulait dire Gâte-Chair.
    Maître Guasta-Carne avait forgé les plus nobles épées qui eussent étincelé depuis un demi-siècle au soleil poudreux des champs de bataille ; il avait ciselé les plus fines armures et trempé les dagues les meilleures qui jamais eussent rebondi sur le haubert d'un gentilhomme.
    Il avait fabriqué la cuirasse que François Ier portait à Marignan et le casque qui couvrait la tête de l'empereur Charles-Quint les jours de bataille.
    Quand deux gentilshommes avaient querelle d'amour ou d'honneur, et qu'il leur paraissait convenable d'en appeler au jugement de Dieu, c'était chez Guasta-Carne, l'armurier, qu'ils allaient quérir les rapières destinées à cet usage. Le maître n'était point seulement un ouvrier merveilleusement habile, un trempeur justement renommé, c'était encore un professeur sans rivaux en la galante science de l'escrime, un maître d'armes dont la réputation éclatante faisait pâlir la gloire des plus savants tireurs de l'Italie.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • Paul Morgan arrive au chevet de son oncle, mourant et très riche...
    Ce roman est un des rares de l'auteur qui n'est pas directement criminel. Mais à l'origine de la quête qu'il développe, il y a bel et bien un crime. Il y est question d'héritage, mais pas de captation, contrairement à d'autres romans ; toutefois le thème de l'argent à restituer constitue une variante.
    C'est avant tout un roman sentimental où l'action est dense. Mais c'est aussi un roman moral dans lequel Ponson affirme ses grands principes sur l'honnêteté, la charité, la fidélité.
    Il paraît dans Le Petit Moniteur, du 16 mai au 26 novembre 1868.
    Dans ce roman d'action sentimental, l'auteur est au sommet de son art.
    EXTRAIT
    /> Paris est tout petit depuis qu'il est devenu si grand.
    Jadis, il y a une dizaine d'années, quand on partait du boulevard Montmartre pour aller à Auteuil, on ne faisait peut-être pas son testament, mais on prenait ses précautions.
    Le rentier s'armait d'un parapluie, au mois de juin, le peintre emportait son caoutchouc. Aujourd'hui, un demi-cigare vous sépare du parc des Princes.
    Or donc, un matin du mois de juin d'il y a deux ans, comme six heures sonnaient à Saint-Philippe-du-Roule, un jeune homme trottait d'un pas alerte dans le bout de la rue de Morny où on trouve des maisons, c'est-à-dire entre le faubourg Saint-Honoré et les Champs-Elysées.
    Lorsqu'il voulut traverser cette dernière voie qui, Dieu merci, n'est pas encombrée à cette heure matinale, il s'arrêta néanmoins, et parut inquiet comme un provincial égaré en plein carrefour Drouot.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ponson du Terrail est né en 1829 et mort en 1871. S'inspirant tout d'abord du genre gothique, Ponson du Terrail se tourne rapidement vers le roman-feuilleton, style dont il devient une figure emblématique. Dans la veine des Mystères de Paris d'Eugène Sue, il crée le célèbre personnage de Rocambole.

  • Saint-Donat, 4 septembre.
    J'avais promis, l'année dernière, au père Sautereau le brigadier de gendarmerie, d'écrire un jour ses mémoires. Il y a trois jours, c'est-à-dire vendredi soir, au coucher du soleil, comme nous revenions de faire l'ouverture de la chasse en plaine, le jeune docteur L... et moi, nous avons trouvé le brigadier aux Charmilles.
    Jean-Nicolas Sautereau n'est plus gendarme ; il a pris sa retraite et il vient d'être décoré.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le souper du roi tirait à sa fin.Dix heures sonnaient à la grande horloge du château de Blois, et l'on était alors au 4 décembre de l'an de grâce 1576.Le roi avait soupé en compagnie de ses mignons : le sire de Quélus et celui de Maugiron, M. d'Épernon et le chevalier de Schomberg.Le repas avait été joyeux : on avait bu de bon vin, médit des femmes et loué le courage des hommes. - Messieurs, dit le roi, je m'ennuie fort ; qui donc parmi vous pourrait me distraire ?Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Il est un personnage de cette histoire que nous avons un peu perdue de vue.C'est une jolie actrice des théâtres de genre, appelée Pauline Régis, qui avait tant aimé le malheureux Manuel de Maugeville.Pauline ne savait absolument rien de tout ce qui s'était passé depuis un mois.Paris est la grande ville où viennent se confondre et mourir tous les bruits.A peine si quelquefois un journal répète, en manière de faits-divers, un crime, un enlèvement commis en province, en empruntant ce récit à une feuille départementale.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • BnF collection ebooks - "Ce jour-là, le roi Charles IX avait chassé à Saint-Germain. Le roi avait couru un louvard, et Sa Majesté, qui était réellement passionnée pour la vénerie, s'était donné le plaisir d'arracher la malheureuse bête aux abois du supplice qui l'attendait en lui campant une balle en plein travers juste au moment où la meute la coiffait et se disposait à la mettre en pièces toute vivante."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Aspasie donnait un bal. Pour dire la vraie vérité, Aspasie s'appelait Marguerite. Mais il serait convenable avant tout de prendre un juste milieu entre les bourgeois féroces qui veulent que chaque lorette soit la fille d'un portier, et le gandin naïf qui les croit issues des Montmorency par les femmes. Donc il faut vous dire la provenance de Marguerite qui se nommait Aspasie. Aspasie était la fille d'un petit employé qui avait fait des miracles." BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Le maître d'école était mort, un maître d'école du bon vieux temps, comme disent certaines gens qui louent le passé, blâment le présent et n'envisagent jamais l'avenir qu'avec une sérieuse épouvante.Ce maître d'école était venu à Saint-Donat il y avait bientôt quarante ans.Mais, d'abord, qu'est-ce que Saint-Donat ?Un village de cent cinquante feux que j'ai commencé à habiter en 1860, à l'automne, et où je clos la chasse tous les ans vers la fin de janvier.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le lendemain de l'enterrement du marquis de Vilers, il y avait grande rumeur à la porte Montmartre, devant un cabaret qui avait cette enseigne bizarre :
    Au sergent recruteur.
    Une centaine de jeunes gens de quinze à vingt ans, appartenant pour les deux tiers à la classe ouvrière, et pour le tiers restant à la caste boutiquière et à la bourgeoisie de Paris, se pressaient aux abords du cabaret.Un tambour des gardes-françaises avec son habit blanc à parements bleus, son tricorne et sa perruque poudrée, battait le rappel, et parfois, entre deux roulements, dépliait une grande pancarte et lisait à haute voix l'avis suivant :« Monsieur le marquis de Langevin, mestre de camp, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et colonel-général du régiment des gardes-françaises, fait assavoir :1° Que, par ordonnance du roi, contresignée par Son Excellence le secrétaire d'État au département de la guerre, le régiment des gardes-françaises vient d'être augmenté de deux compagnies ;2° Que, les cadres de ces compagnies ayant été formés et chaque officier pourvu de son emploi, il est nécessaire de compléter l'effectif ;3° Que les jeunes gens qui désirent servir peuvent s'adresser, soit directement à M.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • BnF collection ebooks - "J'avais promis, l'année dernière, au père Sautereau le brigadier de gendarmerie, d'écrire un jour ses mémoires. Il y a trois jours, c'est-à-dire vendredi soir, au coucher du soleil, comme nous revenions de faire l'ouverture de la chasse en plaine, le jeune docteur L... et moi, nous avons trouvé le brigadier aux Charmilles."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Il pleuvait... Le boulevard était désert, les boutiques fermées. Minuit sonnait à la pendule d'un cabinet de la Maison-d'Or, où deux hommes étaient assis en face l'un de l'autre. Ils étaient jeunes tous deux, élégants dans leur mise, distingués dans leurs manières. Tous deux résumaient à ravir le prototype dû fils de famille. L'un s'appelait Raymond, l'autre se nommait Maxime. Raymond était grand, il avait l'oeil bleu, les cheveux blonds, le pied petit,"BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Il est un personnage de cette histoire que nous avons un peu perdue de vue. C'est une jolie actrice des théâtres de genre, appelée Pauline Régis, qui avait tant aimé le malheureux Manuel de Maugeville. Pauline ne savait absolument rien de tout ce qui s'était passé depuis un mois. Paris est la grande ville où viennent se confondre et mourir tous les bruits."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Ce Grillon était une jeune fille. Et cette jeune fille trottinait, les pieds dans la rosée, un peu avant le lever du soleil, dans le sentier qui traverse les prés et va du moulin au village. Jamais peut-être on ne verra plus joli sentier, et prés plus verts, et moulin plus babillard, et village plus rustique, et jeune fille plus fraîche, plus pimpante, plus adorablement jolie que le Grillon."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Extrait: "Ce Grillon était une jeune fille. Et cette jeune fille trottinait, les pieds dans la rosée, un peu avant le lever du soleil, dans le sentier qui traverse les prés et va du moulin au village. Jamais peut-être on ne verra plus joli sentier, et prés plus verts, et moulin plus babillard, et village plus rustique, et jeune fille plus fraîche, plus pimpante, plus adorablement jolie que le Grillon." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : o Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. o Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

  • Extrait : "Le souper du roi tirait à sa fin. Dix heures sonnaient à la grande horloge du château de Blois, et l'on était alors au 4 décembre de l'an de grâce, 1876. Le roi avait soupe en compagnie de ses mignons : le sire de Quélus et celui de Maugiron, M. d'Épernon et le chevalier de Schomberg. Le repas avait été joyeux : on avait bu de bon vin, médit des femmes et loué le courage des hommes..." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : o Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. o Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

  • Dès qu'ils eurent refermé la porte derrière eux, Maurevailles et Lacy donnèrent un libre cours à leur colère.Lavenay, quoique sombre, semblait plus calme. - Et maintenant, Messieurs, qu'allez-vous faire ? demanda-t-il à ses amis. - Je retourne au camp, dit Marc de Lacy, je ne veux pas rester une minute de plus dans ce château maudit. - Moi non plus ! s'écria Maurevailles.Lavenay eut un rire amer. - Et vous ne voulez pas vous venger ?Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Quand on sortait de Paris, dans le mois d'août 1572, par la porte des Fossés-Montmartre, on voyait à gauche du sentier qui conduisait à l'Abbaye et grimpait en zig-zag au flanc de la butte, on voyait, disons-nous, une petite maisonnette entourée d'un massif d'arbres et d'un jardin que clôturait une haie vive.Cette maison, qui avait longtemps appartenu à un chanoine de Notre-Dame, lequel était mort l'année précédente, avait été rachetée récemment par une dame en habits de deuil, qui paraissait très affligée et s'y était enfermée comme dans un cloître.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Extrait : "Paris est tout petit depuis qu'il est devenu si grand. Jadis, il y a une dizaine d'années, quand on partait du boulevard Montmartre pour aller à Auteuil, on ne faisait peut-être pas son testament, mais on prenait ses précautions. Le rentier s'armait d'un parapluie, au mois de juin, le peintre emportait son caoutchouc. Aujourd'hui, un demi-cigare vous sépare du parc des Princes." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : o Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. o Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

empty