Robert Laffont / Versilio

  • Le premier tome de la série 9.

    « Depuis vingt ans, j'écris pour voir le monde en couleurs...
    Pour me calmer aussi.
    À quoi sert d'être écrivain, si ce n'est pour raconter des histoires qui interpellent, pour se poser des questions ?
    Je m'en suis posé à chaque page, alors j'ai mené l'enquête, résolu, aussi mordu qu'un reporter.

    Je suis parti à la rencontre des vrais protagonistes, des hors-la-loi au coeur d'or, des vilains bien sous tous rapports, des manipulateurs, des faussaires, des passeurs, des assassins en col blanc, des putains magnifiques, des journalistes risquant leur peau pour que la vérité éclate, et ce faisant j'ai découvert l'indicible.

    J'avais pour habitude de me laisser entraîner par deux personnages.
    Cette fois, ils sont 9.
    J'ai tout fait pour entrer dans leur bande.
    Et ils m'ont accepté.

    Cette année, nul besoin de leur dire au revoir à la dernière page.
    Parce que l'histoire continue, et elle est loin d'être terminée.
    Bienvenue dans le monde de 9 ! »

  • Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l'aider à réaliser son voeu le plus cher ?
    Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l'autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?
    Et si ce fantôme était celui de votre père ?
    Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue...
    Digne des plus belles histoires de Capra et de Billy Wilder, Ghost in Love donne envie de croire au merveilleux.

  • « Quelle distance nous sépare, un océan et deux continents ou huit étages ?
    - Ne soyez pas blessant, vous croyez qu'une fille comme moi...
    - Je n'ai jamais rencontré une femme comme vous.
    - Vous disiez me connaître à peine.
    - Il y a tellement de gens qui se ratent pour de mauvaises raisons. Quel risque y a-t-il à voler un peu de bonheur ? » New York, sur la 5e Avenue, s'élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres...
    Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l'ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l'escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu'il est à la tête d'une immense fortune à Bombay... Et encore moins Chloé, l'habitante du dernier étage.

    Entrez au N°12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer... dans la plus délicieuse des comédies new-yorkaises !

    Sur commande
  • « Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
    L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.
    J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil.
    Qu'auriez-vous fait à ma place ?
    Probablement la même erreur que moi ».

    Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
    Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
    /> George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l'Est au Québec.
    Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
    Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
    L'auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
    Quel est le lien qui les unit ?
    Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
    Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
    Au coeur d'un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l'été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu'à Londres et Montréal de nos jours.

  • C'est l'été et le Petit Voleur d'ombres part quelques jours à la plage avec sa mère. Il y rencontre Cléa. Sourde et muette de naissance, elle parle avec ses mains.
    Pour lui révéler son pouvoir, notre héros s'initie à la langue des signes. En échange, Cléa l'emmène dans un lieu secret.
    Ces vacances à la mer vont être inoubliables !
    Une aventure du Petit Voleur d'ombres par Marc Levy, l'écrivain français le plus lu dans le monde, et l'illustrateur Fred Bernard, triple Goncourt jeunesse.
    D'après le best-seller de Marc Levy, Le Voleur d'ombres.

    À partir de 8 ans.

  • Elle & lui

    Marc Levy

    Un site de rencontres les a réunis.
    Ils ne sont pas devenus amants, mais amis.
    Et ils comptent bien en rester là.

    Elle est actrice. Lui écrivain.
    Elle s'appelle Mia. Lui Paul.
    Elle est anglaise. Lui américain.
    Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais.
    Elle a beaucoup de succès. Lui pas vraiment.
    Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas.
    Elle se sent seule. Lui aussi.
    Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses.
    Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus.

    Dans ce roman, où l'on retrouve les personnages de Et si c'était vrai..., Marc Levy nous entraîne dans une histoire d'amour irrésistible et totalement imprévisible.
    Elle & lui marque le grand retour de Marc Levy à la comédie.

    Sur commande
  • Après avoir déménagé, notre héros fait sa rentrée dans une nouvelle école.
    L'année s'annonce difficile, il n'a aucun ami avec qui partager ses journées. Et comme si cela ne suffisait pas, la terreur de la classe a décidé de s'en prendre à lui.
    Mais bientôt sa vie va devenir extraordinaire. Car un phénomène étrange se produit quand il marche sur l'ombre des gens...
    La première aventure du Petit Voleur d'ombres par Marc Levy, l'écrivain français le plus lu dans le monde, et l'illustrateur Fred Bernard, triple Goncourt jeunesse.

    D'après le best-seller de Marc Levy, Le Voleur d'ombres.
    À partir de 8 ans

  • Lors d'une sortie avec sa classe, le Petit Voleur d'ombres se perd dans la forêt...
    Marquès, la terreur de l'école, part à sa recherche.
    Le Petit Voleur d'ombres va profiter de cette mésaventure pour découvrir son super-pouvoir.
    Une aventure du Petit Voleur d'ombres, par Marc Levy, l'écrivain français le plus lu dans le monde, et l'illustrateur Fred Bernard, triple Goncourt jeunesse.

    D'après le best-seller de Marc Levy, Le Voleur d'ombres.
    À partir de 8 ans.

  • L'élection du délégué de la classe bat son plein, mais le Petit Voleur d'ombres a d'autres préoccupations en tête : que va-t-il faire de son super-pouvoir ?
    Lorsqu'une effroyable explosion enflamme la remise du gardien de l'école, son ombre appelle notre héros au secours !
    Une aventure du Petit Voleur d'ombres par Marc Levy, l'écrivain français le plus lu dans le monde, et l'illustrateur Fred Bernard, triple Goncourt jeunesse.

    D'après le best-seller de Marc Levy, Le Voleur d'ombres.
    À partir de 8 ans

  • Le printemps s'annonce compliqué pour le Petit Voleur d'ombres : avec le retour du soleil, les ombres réapparaissent.
    Celle du gardien de l'école vient lui confier un secret. Et la sienne lui demande d'accomplir une mission de la plus haute importance.
    Le dernier trimestre ne sera pas de tout repos !
    Une aventure du Petit Voleur d'ombres par Marc Levy, l'écrivain français le plus lu dans le monde, et l'illustrateur Fred Bernard, triple Goncourt jeunesse.

    D'après le best-seller de Marc Levy, Le Voleur d'ombres.
    À partir de 8 ans

  • Où se situe notre conscience ?
    Est-ce qu'on peut la transférer et la sauvegarder ?
    Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie.
    Lorsque l'un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d'explorer l'impossible et de mettre en oeuvre leur incroyable projet.
    Émouvante, mystérieuse, pleine d'humour aussi... une histoire d'amour hors du temps, au dénouement inoubliable.
    Un roman sur la vie, l'amour et la mort... parce qu'après plus rien n'est pareil.

    - Qu'est-ce qu'un garçon comme toi trouve à une fille comme moi ?
    - Parfois, c'est impossible d'expliquer ce que tu ressens pour quelqu'un, Hope, mais tu sais que cette personne t'emmène là où tu n'étais encore jamais allé.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Quand une vie ordinaire devient extraordinaire Philadelphie. Au premier jour du printemps 2010, Agatha sort de prison, mais pas par la grande porte. Après trente ans derrière les barreaux, il ne lui restait que quelques années à faire. Alors pourquoi cette évasion ?

    Dans une station-service proche du campus, elle s'invite à bord de la voiture de Milly et l'entraîne dans sa cavale sans rien lui révéler de sa situation.

    Dotée d'un irrésistible appétit de vivre, Agatha fait voler en éclats la routine confortable de Milly. Vingt ans les séparent, mais au fil du voyage les deux femmes partagent ces rêves qu'il n'est jamais trop tard pour réaliser et évoquent ces amours qui ne s'éteignent pas.

    /> Cinq jours en voiture à travers les États-Unis. À chaque étape, une rencontre avec un personnage surgi du passé les rapprochera du secret d'Agatha.


    Jusqu'où devons-nous aller dans notre quête insatiable du bonheur ? À quoi ne faut-il jamais renoncer ? Dans ce roman, Marc Levy réaffirme notre besoin inconditionnel de liberté et nous fait aussi découvrir un pan méconnu de l'histoire américaine.

    Sur commande
  • Insoumis

    Tzvetan Todorov

    Ils ont vécu à des époques différentes, fait face à des ennemis qui ne sont pas de même nature - et leurs réponses ne sont pas univoques. Tous, pourtant, ont renoncé au confort d'une vie tranquille au nom d'un amour intransigeant : celui des êtres humains, celui de la vérité. Ils ont refusé de se soumettre : à l'agresseur venu du dehors, à leurs démons intérieurs aussi. Tous ont - parfois dès l'origine, parfois après une « conversion » religieuse ou laïque répudié l'usage de la violence dans leurs luttes.
    Si ce livre d'histoires n'est pas seulement un livre d'histoire, c'est que chacun des « insoumis » dont Todorov retrace le destin a pour nous des résonances profondes, bien au-delà des circonstances que l'auteur relate et qui dépassent le caractère héroïque, voire tragique, de certains des personnages.
    Soixante-dix ans après sa déportation et sa disparition à Auschwitz, la voix de la jeune Etty Hillesum nous émeut et nous inspire par sa volonté de partager le lot commun plutôt que de se sauver, elle, et d'affirmer la beauté du monde en toutes circonstances.
    C'est par sa religion du vrai et du juste - et aussi par son inaltérable sens de l'humour, sa façon de considérer les humains non en « blocs » ethniques, nationaux, politiques, religieux, mais un par un - que Germaine Tillion, ethnologue, historienne, résistante, visiteuse de prison, militante contre la peine de mort et la torture, s'attache à notre coeur.
    Entre les deux grands écrivains russes Boris Pasternak et Alexandre Soljenitsyne, un point commun de nationalité et un prix Nobel de littérature, mais que de différences de tempérament ! Pasternak humain trop humain, conscient de ses imperfections, se cachant dans une résistance intérieure presque invisible pour édifier le roman majeur qu'est Le Docteur Jivago ; Soljenitsyne, guerrier sans relâche, faisant de son oeuvre et de sa position publique une arme de combat contre le régime soviétique. Libre au lecteur de Todorov, après lecture, de juger duquel il se sent le plus proche - affaire subjective car sous sa plume, il est impossible de ne pas les comprendre et les admirer tous les deux.
    Malgré les apparences premières, il y a plus de points communs entre ces deux figures de la lutte contre les discriminations raciales que sont Nelson Mandela et Malcolm X, qu'il s'agisse du combat contre l'apartheid en Afrique du Sud ou de la révolte contre le racisme aux États-Unis, dans leur jeunesse l'un comme l'autre n'ont pas hésité à prêcher la violence contre la violence afin de vaincre un ennemi sourd et aveugle. Mais l'un comme l'autre y ont renoncé - même si l'Américain a fini assassiné par ceux-là mêmes dont il s'était dissocié, tandis que Mandela, père de l'Afrique du Sud moderne, terminait son existence entouré d'une admiration universelle.
    Avec l'exemple de l'historien israélien David Shulman, militant pacifique inlassable des droits des Palestiniens, Todorov n'hésite pas à aborder un conflit aux racines historiques complexes et aux résonances émotionnelles mondiales ; en achevant son livre sur la figure du lanceur d'alerte Edward Snowden, traître pour les uns, héros pour les autres, il ne fuit pas la controverse et nous entraîne au coeur d'un débat démocratique contemporain majeur : au nom de la protection contre le terrorisme, la menace sur les libertés individuelles que font peser des systèmes étatico-capitalistes de collection de milliards de données personnelles utilisables selon l'opportunité.

    Sur commande
  • « Tzvetan Todorov, à la différence de tant d'autres, n'était ni un faiseur ni un bateleur. Il était un doux intransigeant, un intellectuel lucide (l'expression, hélas, est le contraire d'un pléonasme), un savant modeste, un chercheur encyclopédiste et pédagogue (un «passeur», disait-il), un humaniste sans illusions, un citoyen du monde, modéré et exigeant. C'est pourquoi il importe tant de le lire : cela rend plus intelligent, plus modeste, plus nuancé, plus juste - plus conscient de la complexité du monde et du tragique de notre condition. » André Comte-Sponville.

    Historien des idées et penseur, Tzvetan Todorov (1939-2017) a été publié et salué dans le monde entier. Ce recueil d'articles, dont il a travaillé la composition jusqu'à ses derniers jours, témoigne de la variété de ses centres d'intérêt et de l'immensité de sa culture : qu'il y soit question de l'identité nationale ou de l'Europe, de « guerre juste » ou de « devoir de mémoire », de Romain Gary ou de Claude Lévi-Strauss, de Goya ou de Verdi, Tzvetan Todorov s'exprime partout avec clarté, simplicité et profondeur.

    Sur commande
  • « Avec mes frères, nous avons toujours été unis et solidaires, soudés par les joies de l'enfance et les ambitions de la jeunesse. Lorsque David, l'aîné, l'auteur du best-seller Anticancer, rechute de sa tumeur, toutes nos forces sont mobilisées et nous l'accompagnons jusqu'au bout de son plus grand défi. Il nous avait dit, l'avait écrit : la mort n'est pas injuste. Pourtant, du fond de ma tristesse, confronté à cette disparition trop soudaine bien qu'annoncée, je ne pouvais que m'interroger sur le sens de l'existence : avais-je pleinement vécu ? aurais-je des regrets à la fin ? Et je me souvins de cette fameuse phrase de Confucius que citait notre frère Émile : "On a deux vies, et la deuxième commence lorsqu'on se rend compte qu'on n'en a qu'une." Je suis alors allé à la rencontre d'un vieil ami de David, Yves, un homme de quatre-vingt-huit ans, d'une expérience de vie admirable doublée d'une profonde sagesse. "C'est un prince", m'avait-on dit. C'est avec lui que j'entrepris cette recherche de sens. » Quatre frères, un ami, et la recherche du sens de la vie est un récit bouleversant, un témoignage plein d'espoir et une réflexion à la fois spirituelle et scientifique sur notre quête du bonheur et notre destin commun face aux défis écologiques et technologiques qui s'annoncent.
     

  • Mai 2010. Sur le bord du trottoir, un brun mal rasé de 1,86 m pour 100 kilos, dont le débardeur exhibe la musculature impressionnante, a installé son petit étal pour le vide-grenier de son quartier du XIVe arrondissement de Paris. À vendre ses maillots du Stade Français ou de l'équipe de France, ses survêtements, ses chaussures de marque... Raphaël Poulain, ex-rugbyman depuis deux ans, est au RSA ; quelques mois plus tôt il a failli glisser dans la clochardisation.Printemps 1999 : un « cheval fou » de 19 ans, qui a appris le peu qu'il sait du rugby en Picardie (pas vraiment la région centrale de ce sport.), impose son physique et sa fougue dans les compétitions de jeunes. De son propre aveu, il ne sait ni plaquer ni faire une passe, mais peu importe pour Bernard Laporte, entraîneur du Stade Français et futur entraîneur du XV de France, à qui son physique hors norme plaît. Le voici du jour au lendemain dans le club phare de la capitale, avec un salaire confortable, un studio, un cabriolet, table ouverte dans les bars branchés de Paris.En quelques mois, Raphaël devient un espoir du rugby français, on le surnomme le « Lomu blanc », en référence au célèbre ailier All Black dont le physique effrayait ses adversaires. Il joue, il gagne, il s'amuse.D'étape en étape, il raconte sa carrière sans faux semblants : les émotions partagées du vestiaire et du terrain, les grands moments sportifs, les blessures à répétition et les galères, les potes, les fameuses « troisièmes mi-temps », les entraîneurs qui t'aiment. et ceux qui te saquent. Il raconte avec un humour dévastateur ses (nombreuses) bêtises, et porte un regard tendre mais sans concession sur un monde qui est passé en quelques années du « rugby de village » au sport-business, avec ses sponsors et ses déferlantes médiatiques.Il raconte également comment, dans une étonnante reconversion, on le retrouve sur les planches avec Isabelle Adjani. Aujourd'hui, sans amertume mais sans illusion, il se souvient du petit enfant qui rêvait d'être Superman et se voyait indestructible. Il a payé avec son corps et son coeur pour découvrir qu'il ne l'était pas. Avec son livre il ne se contente pas de se livrer ; il évoque la beauté du sport et sa solitude, son ivresse et ses dangers. C'est un livre qu'on aura envie d'offrir ou de faire lire à tous ceux qui rêvent de devenir Chabal ou Zidane. et à leurs parents.

  • Crises cardiaques, AVC, taux de cholestérol élevé - ces problèmes sont généralement attribués aux hommes. Mais les chiffres nous montrent qu'au cours des dix dernières années, les maladies cardio-vasculaires sont devenues la cause principale de mortalité chez les femmes dans le monde - et ce phénomène les touche de plus en plus jeunes.
    Présentant une explication claire et accessible de la physiologie, des maladies et du fonctionnement du coeur féminin, " Le Coeur des femmes " donne au lecteur tous les outils pour lutter contre les accidents cardio-vasculaires touchant les femmes.

  • Dans un livre court, une centaine de pages, et très personnel, David Servan-Schreiber fait le bilan de son long combat contre le cancer, plusieurs fois victorieux et semé de rechutes. Avec lucidité, et de façon lumineuse, il parle de la douleur, de la peur et du courage face au mal, mais aussi de l'espoir, de la force de vivre, et de ses rêves d'avenir. Écrit par un homme que la maladie atteint mais ne brise pas, ce témoignage poignant évoque la mémoire de Jean-Dominique Bauby et de son Scaphandre dans la manière qu'il a de nous faire aimer la vie en regardant la mort en face.

  • On peut regarder l'histoire politique du XXe siècle comme l'histoire du combat de la démocratie contre ses ennemis extérieurs : le fascisme et le communisme. Ce combat s'est achevé avec la chute du mur de Berlin. D'après certains, il se prolonge contre de nouveaux ennemis - islamo-fascisme, terrorisme, dictateurs sanguinaires... Pour Todorov, ces dangers, certes réels, ne sont pas des candidats crédibles à cette succession. Le principal ennemi de la démocratie, c'est devenu elle-même, ou plutôt certains aspects plus ou moins visibles de son développement, qui en menacent jusqu'à l'existence même. Le premier est une forme de démesure, un avatar de la vieille hubris des Grecs : ayant vaincu ses ennemis, certains des tenants de la démocratie libérale sont pris d'ivresse. Quelques dizaines d'années après la décolonisation, les voici lancés dans une succession de croisades où il s'agit d'apporter les bienfaits de la civilisation à des peuples qui en sont privés. Or cette démesure, non contente d'être plus meurtrière qu'on ne le dit (car les " bombes humanitaires " tuent autant que les autres), est aussi destructrice de nos propres valeurs : on part se battre pour une juste cause, et on se réveille avec le cauchemar d'Abu Ghraïb ou de Guantanamo. Le deuxième est une étrange filiation : pour Todorov, il y a en effet une continuité entre le messianisme européen du XIXe siècle, qui a notamment ouvert la voie idéologique de la colonisation, le communisme et le néo-libéralisme contemporain. Ce sont des doctrines proprement révolutionnaires, dont le but est d'établir un nouvel ordre du monde, et où la fin justifie les moyens. C'est une chose de croire dans l'universalité de ses propres valeurs et de souhaiter les promouvoir ; c'en est une autre de le faire avec une violence moins visible, et sans une considération attentive des peuples objets de notre sollicitude. La troisième menace est la tyrannie des individus : une doctrine de protection des libertés s'est aujourd'hui hypertrophiée jusqu'à donner à quelques puissants le privilège de s'approprier non seulement les richesses, mais aussi le pouvoir politique et la parole publique - bref d'occuper tout l'espace et d'exercer la liberté des renards dans le poulailler... Liberté et barrières, tolérance et responsabilité, balance des contre-pouvoirs - seul un dosage subtil pourra permettre à la démocratie de durer en étant autre chose qu'un paravent ou un faux-semblant : un modèle où les forces contradictoires qui agitent individus et sociétés trouvent une forme d'équilibre perpétuellement instable, et où le " vivre-ensemble " garde un sens.

  • " Vivre et mourir dignement, c'est notre voeu à tous. Mais comment accorder cette dignité dans un pays où la vieillesse et la mort font peur et sont si mal accompagnées ?
    Dans son rapport " Penser solidairement la fin de vie " qu'il vient de remettre à l'Elysée, Didier Sicard s'est mis résolument du côté des personnes malades en fin de vie, globalement insatisfaites des conditions du mourir dans notre pays. Il a cherché une voie - une voie à la française, dit-il - pour répondre à leur angoisse, sans pour autant toucher à l'interdit de donner la mort, barrière infranchissable à ses yeux dans une société démocratique. Car il ne s'agit pas, en permettant aux uns d'avoir la mort douce qu'ils désirent, de mettre en danger ceux qui attendent autre chose de la société : une vie plus digne jusqu'au bout !
    Il est donc opposé à toute législation sur l'euthanasie. C'est un point fort de son rapport. Mais il ne peut se contenter non plus du statuquo. On meurt mal en France aujourd'hui. C'est donc que quelque chose ne va pas.
    Bien qu'il préconise de ne pas légiférer dans l'urgence, François Hollande a décidé de le faire ; il l'avait promis, il le fait. Nous aurons donc une loi sur la fin de vie en juin, laquelle ?
    Après avoir accompagné pendant dix ans des personnes en fin de vie, comme psychologue clinicienne au sein de la première unité française de soins palliatifs, avoir écrit de nombreux ouvrages inspirés de cette expérience, dont La Mort intime, avoir mis ma réflexion pendant cinq ans au service du Ministère de la santé, je suis aujourd'hui à l'écoute des générations du 3e et du 4e âge. Dans les séminaires que j'anime, nous abordons évidemment la question du mourir. L'inquiétude est palpable. Elle vient d'un paradoxe. D'un côté, dans un monde qui s'est fondé sur des valeurs d'autonomie, le désir de maîtriser les conditions de sa fin de vie est manifeste. Le seniors refusent de se voir voler leur mort par les médecins. Mais d'un autre côté, lorsqu'ils se projettent dans leur grande vieillesse, s'imaginant fragiles, ils craignent plus que tout d'être considérés comme les rebuts de la société, de terminer leur existence dans des lieux inhumains, et perçoivent avec une acuité étonnante les dangers d'une loi qui permettrait aux médecins de donner la mort ou les pressions qui pourraient être faites sur eux pour qu'ils se la donnent eux-mêmes. Ils tiennent à ce que la loi protège leur vulnérabilité à venir, en maintenant dans le code pénal l'interdit de tuer. Ce paradoxe doit être pris en compte dans la loi à venir.
    Je souhaite, en m'exprimant dans ce livre, faire entendre leur voix, leurs inquiétudes, et contribuer par mon expérience et ma réflexion au débat qui s'annonce. " Marie de Hennezel

  • Vers l'âge de 5 ans, votre enfant s'apprête à vivre une seconde naissance. C'est l'envol de la conscience, ce passage fascinant et essentiel durant lequel il devient capable de prendre conscience de soi et des autres, du bien et du mal, du bonheur, de sa mortalité, et de se projeter dans l'avenir. Pour lui, cette expérience est aussi importante qu'imperceptible.
    La construction de son identité va alors considérablement s'enrichir, c'est le prélude à un développement de toute une vie. Philippe Presles vous fait découvrir ces moments uniques et précieux, qui façonneront la personnalité de votre enfant, autant qu'ils embelliront la vôtre.
    Réflexion pratique, conseils concrets... Ce livre donne à chacun toutes les clés pour comprendre sa propre histoire et, surtout, accompagner son enfant à travers ce parcours exceptionnel qui lui permettra de devenir un être pleinement libre et heureux.

  • " Un livre plein d'espoir sur les ressources insoupçonnées de l'être humain. " - Nice Matin " Un livre court, et juste (...) d'une grande lucidité. " - Blog.lemonde.fr " Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec on atterrit dans les étoiles. " En 2005, Claude Pinault se retrouve tétraplégique presque du jour au lendemain. Le diagnostic est violent : c'est une forme sévère du syndrome de Guillain Barré. " Quand il n'y a plus de jus, il n'y a plus de jus. Vous ne remarcherez plus ", lui annonce un médecin. Mais Claude refuse l'inacceptable. Il mobilise toutes ses forces, physiques et mentales, pour vaincre le diagnostic, et petit à petit sortir son corps d'un sarcophage terrifiant.
    Dans ce livre d'entretien, la psychologue Marie de Hennezel revient avec Claude Pinault sur les techniques qu'il a instinctivement développé pour aller vers la guérison : l'humour, la pensée positive, la détermination... Tous deux mettent ainsi en lumière le lien étonnant entre le corps et l'esprit.
    Un livre plein d'espoir sur les forces insoupçonnées de l'être humain, une source d'inspiration pour tous ceux qui font face à l'adversité, au-delà même de la maladie.

  • Parfois il suffit d'une erreur pour basculer en enfer...
    Ensuite, il faut trouver le chemin du retour.
    Vénissieux, juin 2001.
    "Tu devrais aller en Afghanistan, c'est un pays magnifique. Tu verras, j'ai des amis là-bas, ils t'aideront. Et puis ça te ferait du bien, deux mois de vacances..." Mourad Benchellali a dix-neuf ans. Il écoute son frère, son aîné de huit ans, que son allure et ses voyages mystérieux auréolent d'un halo d'aventure. Après tout, pourquoi pas ?
    Mourad n'est ni un islamiste fanatique, ni un jeune en perdition : il a un métier, il vient d'acheter une voiture et de se fiancer. Mais à la veille de cet été 2001, lui qui n'a jamais voyagé voit une occasion d'interrompre la routine d'une vie sans surprise. En disant oui à son frère, il ignore qu'il vient de mettre le pied en enfer.
    Guide par les " amis " de son frère, il atterrit dans un camp d'entraînement d'Al-Qaeda, une organisation dont il ignore tout. Tolérant, non-violent, Mourad est à l'opposé de l'univers qu'il découvre et il n'a qu'une idée : rentre chez lui et reprendre une vie paisible. Mais après le 11 septembre, le piège se referme. Et c'est la fuite, à pied, dans la neige, à travers les montagnes de l'Hindu Kush. A peine réfugié au Pakistan, Mourad est arrêté puis livré aux autorités américaines. Un cauchemar de quatre ans commence, qui l'amènera jusqu'à Guantanamo, puis dans les prisons françaises. Aujourd'hui, il est libre, avec une vie à reconstruire.
    Ce témoignage est une aventure dont chaque étape coup le souffle ; par sa sincérité, c'est un document qui touche au coeur. Mourad, grâce à son intelligence et à sa sensibilité, a su transformer son épreuve en une surprenante école de la tolérance et de la vie.

empty