Biotope

  • Fondée après la conquête romaine, sans doute au début du Ier siècle après J.-C., le lointain ancêtre de Nantes est Condevicnum, bâtie au confluent de la Loire et de l'Erdre. La ville de Nantes dépend du duché de Bretagne à partir du milieu du ixe siècle et, mis à part à la fin du xiie siècle, reste sous l'autorité bretonne jusqu'à la réunion de la Bretagne à la France en 1532.
    Sur le plan géologique, l'histoire de Nantes appartient au Massif armoricain. La ville est bâtie sur des roches cristallines métamorphiques (micaschiste au nord et à l'est, et gneiss dans sa partie centrale et sud-ouest) et magmatiques (le granite, entaillé par la vallée de la Loire à hauteur de la butte Saint-Anne).
    À l'aide de promenades dans le centre-ville de Nantes, nous allons pouvoir découvrir cette histoire géologique qui se retrouve dans les murs des bâtiments.

    Sur commande
  • Ce livret promenade géologique à Lille? propose une balade dans le coeur historique de cette ville, à la recherche de traces de l'histoire géologique régionale que l'on peut retrouver en analysant les pierres utilisées pour la construction des bâtiments.

    Lille apparaît pour la première fois dans les archives historiques au XIe siècle. Il s'agit d'une petite ville fortifiée, située sur un îlot de la Deûle, qui va peu à peu s'agrandir, les marais étant progressivement asséchés et la Deûle canalisée. C'est donc la situation hydrogéologique initiale favorable, qui explique la localisation géographique du coeur historique de Lille.

    Lille aura par la suite un destin mouvementé, soumise à diverses influences au cours de son histoire : royaume de France, comté de Flandre, duché de Bourgogne, maison d'Espagne, maison de Habsbourg, ... Pour le géologue s'intéressant à l'histoire de la Terre, comptée en millions d'années, cette histoire humaine, étalée sur quelques siècles, correspond à un instant géologique, l'instant actuel.

    Sur commande
  • À l'occasion d'une balade au fil des rues du centre-ville de Grenoble, ce fascicule propose une découverte inédite, alliant l'étonnante cohabitation des deux histoires humaine et géologique.
    Au pied des massifs du Vercors, de la Chartreuse et de Belledonne, et au coeur d'une plaine alluviale à la confluence de l'Isère et du Drac, Grenoble a très tôt utilisé les matériaux géologiques régionaux, d'excellente qualité, pour ses monuments, ses maisons, ses digues, ses ponts. Le bâti grenoblois illustre cette histoire et témoigne de la diversité des roches utilisée.
    Ce guide vous invite à une promenade à trois temps. Le temps du géologue permet de retrouver l'histoire de la ville au travers de la description, des origines et des usages des pierres utilisées pour les bâtiments, les monuments et les pavés des ruelles. Le temps du géographe reconstitue pour le lecteur l'histoire des paysages. Enfin, celui de l'historien retrace l'urbanisation et cherche à mieux connaître les hommes qui ont travaillé à son édification. Anecdotes et détails architecturaux jusqu'alors passés inaperçus, font voir le site sous un jour nouveau. Le propos illustre la diversité des matériaux utilisés par nos prédécesseurs pour construire les bâtiments. Il apparaît que le choix de ces matériaux a obéi aussi bien à des modes successives qu'à des contraintes économiques (proximité des carrières, facilité du transport des pierres, etc.) et techniques (dureté, débit, etc.).

    Sur commande
  • Ce livret convie à une découverte inédite du site rochelais, installé sur un petit plateau calcaire bien protégé au fond d'un golfe. Le lecteur y apprend l'étonnante cohabitation entre les murs de deux histoires, l'humaine et la géologique. Le parcours indiqué en début d'ouvrage, en s'arrêtant sur 15 points principaux, lui dévoile l'histoire de la ville au travers de la description, des origines et des usages des pierres utilisées pour les bâtiments, les monuments et les pavés des ruelles. Le romeneur découvre les différents types de roches, les fossiles, les minéraux. Anecdotes et détails architecturaux jusqu'alors passés inaperçus, lui font voir la ville sous un jour nouveau.

  • De Burdigala à Bordeaux, revivez 2000 ans d'une histoire étonnante, ancrée dans la mémoire des pierres. Sous l'apparente unité des façades, une diversité de roches et de sources de matériaux caractérise ce patrimoine urbain unique, classé au patrimoine mondial par l'UNESCO. Avec ce guide, le lecteur apprend l'étonnante cohabitation entre les murs de deux histoires, l'humaine et la géologique. Le parcours indiqué en début d'ouvrage, en s'arrêtant sur 18 points principaux, lui dévoile l'histoire de la ville au travers de la description, des origines et des usages des pierres utilisées pour les bâtiments, les monuments et les pavés des ruelles. Ici, une roche calcaire locale dite « pierre de Bordeaux » habille aqueducs et thermes, là des dalles de grabbo noir importé de Chine magnifient le Cours du Chapeau Rouge. Le promeneur découvre ainsi les différents types de roches, les fossiles, les minéraux. Anecdotes et détails architecturaux jusqu'alors passés inaperçus, lui font voir la ville sous un jour nouveau.

    Sur commande
  • La ville de Tours se trouve au coeur du Val de Loire classé patrimoine mondial UNESCO.
    Elle s'étend dans la large vallée commune à la Loire et au Cher, proches avant leur confluence, et sur les versants et plateaux au nord et au sud.
    Après une courte introduction sur l'historique de la ville de Tours, ce guide vous propose 4 parcours géologiques : le pont Wilson et la Loire, du pont Wilson à la gare centrale, de la place de la cathédrale Saint-Gatien à l'île Aucard et de la faculté des lettres à la basilique Saint-Martin.

    Sur commande
  • À travers ce guide, vous découvrirez Palaiseau et son histoire géologique. Elle se révèle au travers de son habitat, de ses voies de passage, de multiples traces de la place donnée dans le passé à l'agriculture. En effet, nos ancêtres se sont installés sur la partie ensoleillée de la vallée, propice à la vigne et au maraîchage, à l'abri du vent dominant du nord-ouest. Ils disposaient de l'eau des sources et de la rivière Yvette, dotée au fil du temps de moulins et de lavoirs. Le rebord sud du plateau est, quant à lui, grâce au limon fertile déposé par le vent pendant les glaciations, très propice à la culture des céréales.
    C'est ainsi, indirectement, que l'histoire des Palaisiens apparaît. Le caractère de la ville est profondément marqué par l'empla-cement et la nature du sol sur lequel elle est installée.
    Le parcours emprunté dévoile l'histoire de la ville de Palaiseau via la description des origines et des usages des pierres utilisées pour les bâtiments, les monuments et les pavés des ruelles. Ville étape sur la route de Paris au temps des diligences, Palaiseau n'abritait guère plus de 3 000 âmes au début du XXe siècle, contre 35 000 aujourd'hui, majoritairement installés dans le centre-ville.
    L'ouvrage est abondamment illustré de photographies et d'encadrés thématiques.

    Sur commande
  • Située sur un promontoire naturel, cette petite ville, composée aujourd'hui de 7000 habitants et de 4600 étudiants et s'étendant sur 150 km², a joué un rôle militaire important dans l'histoire de la Corse et en a conservé de nombreux vestiges. Corte se situe en plein coeur du parc naturel régional de Corse, célèbre pour le GR20, à une altitude de 450 mètres et est arrosée par l'Orta, la Restonica et le Tavignanu qui ont déposé d'importants alluvions de nature, de taille et de provenance diverses, observables dans la ville. La durée de la promenade est d'environ 2 heures 30 minutes, elle allie histoire de la cité et ressources géologiques dont témoigne le patrimoine bâti.

    Sur commande
  • L'objectif de cette collection est de faire connaître au plus grand nombre la richesse de notre patrimoine géologique urbain. Le lecteur y apprend l'étonnante cohabitation entre les murs de deux histoires, l'humaine et la géologique. Le parcours lui dévoile l'histoire d'une ville via la description des origines et des usages des pierres utilisées pour les bâtiments, les monuments et les pavés des ruelles. Complétant le descriptif pas à pas de l'itinéraire, anecdotes et détails lui font voir la cité sous un jour nouveau. Chaque ouvrage est abondamment illustré de cartes, photographies et encadrés thématiques.

    Sur commande
  • Dourdan, ville royale, d'origine plurimillénaire (les premières traces d'habitations sont datées de 6 000 ans avant Jésus-Christ) nous offre, à l'occasion d'une balade à pied dans son centre, un aperçu de la nature qui l'entoure. En effet, les villes sont construites historiquement avec des matériaux locaux, que l'on retrouve donc dans les bâtiments. En observant avec un oeil éclairé les habitations et les monuments, c'est toute une histoire naturelle, ici géologique, que l'on découvre au pas de sa porte. Cette histoire géologique se mélange à celle des hommes et évolue, au gré de l'histoire de la ville. Et en parlant de grès, vous aurez l'occasion d'en voir, tant les bâtiments dourdannais recèlent de cette pierre de construction. Dourdan est la ville du grès et de la meulière. Vous entrapercevrez lors de cette promenade deux histoires aux échelles pourtant très différentes, celle des hommes, à travers les bâtiments (des vestiges des temps royaux à aujourd'hui) et celle des roches, support de toute vie.

    Sur commande
  • Le site de Fougères est occupé depuis l'an mil. Rapidement, les atouts stratégiques offerts par l'environnement géologique seront exploités. Fougères est le carrefour de grandes routes commerciales dans l'ouest. Dès le XIe siècle, les matériaux locaux (bois puis roches) serviront à bâtir un des plus grands châteaux d'Europe, pièce maîtresse du système défensif des frontières de la Bretagne jusqu'à la fin du XVe siècle et garant de l'indépendance du duché de Bretagne vis-à-vis du royaume de France (1488 : chute de Fougères puis défaite bretonne décisive de Saint-Aubin-du-Cormier).
    Pendant la Révolution française, Fougères et sa citadelle furent un symbole des affrontements entre républicains et « chouans » royalistes. Plusieurs des chefs de cette insurrection sont fougerais : le marquis de La Rouërie, par ailleurs héros de la guerre d'Indépendance américaine, et le chevalier du Boisguy, chef des royalistes fougerais à 17 ans. Victor Hugo et Honoré de Balzac, entre autres, s'inspirèrent de ces événements dans leurs célèbres romans « Quatre-Vingt- Treize » et « Les Chouans ».
    Fougères est encore la patrie de la compagne de Victor Hugo, Juliette Drouet, du peintre impressionniste Emmanuel de La Villéon, du comte de Lariboisière, général et ami de Napoléon Ier. Chateaubriand y a aussi beaucoup séjourné. L'industrie fougeraise se développe au XIXe et XXe siècles, et favorise l'exploitation des matériaux géologiques locaux (carrières de pierres pour la construction et de sables pour l'industrie verrière). Les empreintes de cette histoire se retrouvent à travers les constructions et les monuments fougerais. À l'occasion d'une promenade au fil des rues du centre-ville, ce livret propose une découverte alliant l'étonnante cohabitation des deux histoires, humaine et géologique.

    Sur commande
  • Ce livret convie à une promenade géologique dans la ville d'Étampes. Un bon support pour visiter la ville. Il propose une découverte inédite, l'étonnante cohabitation en leurs murs de deux histoires, l'humaine et la géologique. Le parcours indiqué en début d'ouvrage, en s'arrêtant sur 23 points principaux, vous dévoilera l'histoire de la ville au travers de la description, des origines et des usages des pierres utilisées pour les bâtiments, les monuments et les pavés des ruelles. Découvrez les différents types de roches, les fossiles, les minéraux. Anecdotes et détails architecturaux jusqu'alors passés inaperçus, vous ferons voir la ville sous un jour nouveau.

    Sur commande
  • Créé en 1860 par l'annexion de la moitié de la commune de Saint-Mandé et de la presque totalité de Bercy, le 12ème arrondissement atteint 1634,42 hectares. Peu à peu il perdit son côté champêtre où voisinaient potagers, vignes et vergers pour ne conserver qu'une partie sylvestre : le bois de vincennes.

    Sur commande
  • La Lutèce primitive tire son nom, selon certains, de sa blancheur (lucotis) due à l'usage du plâtre, selon d'autres le nom dérive de lutek, mot celtique signifiant marais, qui bordaient les rives de la Seine. Paris doit son nom aux Parisii, occupants du site aux débuts de la période romaine. La présence du fleuve apparaît encore dans "Par" qui signifie bateau, demeuré symbole porté sur le blason de la ville.
    Créé en 1860, le 14ème comporte de vastes espaces verts, le parc Montsouris, le cimetière Montparnasse, les terrains de plusieurs communautés religieuses, et ceux entourant l'Observatoire de Paris. On y trouve aussi la seule prison intra muros subsistant à Paris, la Santé, et l'un des principaux réservoirs d'eau potable de la ville. Ce quartier fut au Moyen Âge l'un des grands lieux d'extraction du calcaire de Paris.

    Sur commande
  • Comme tous les arrondissements actuels, le 9ème arrondissement fut créé en 1860. Bordé au sud par les grands boulevards et l'élégante avenue de l'Opéra il devient essentiellement résidentiel en son centre, puis franchement populaire à sa limite nord où les boulevards de Clichy et de Rochechouart le séparent du 18ème arrondissement.
    Le 10ème arrondissement est encore un quartier populaire. Deux gares, la gare du Nord et la gare de l'Est y occupent de larges espaces. Il comporte également deux hôpitaux dont l'un des plus anciens de la capitale, l'hôpital Saint-Louis. Traversé par le boulevard Magenta et la rue Lafayette c'est un secteur très commerçant. Plus récemment, les abords du canal Saint-Martin sont devenus résidentiels. On pourra commencer la visite par les grands boulevards et les deux célèbres portes Saint-Denis et Saint-Martin.

    Sur commande
  • Le 19ème arrondissement de Paris s'étend sur environ 665 hectares et occupe essentiellement les pentes nord du plateau de Belleville. A l'extrémité de celui-ci se trouve le point culminant de Paris, le Télégraphe, à 128 mètres d'altitude. Tout comme le 18ème et le 20ème, il est marqué par l'omniprésence du gypse d'âge ludien (soit un âge d'environ 35 millions d'années). Toutefois, dans celui-ci, le gypse marque sa présence en offrant le plus vaste affleurement de roche de la Capitale dans le parc des Buttes-Chaumont.
    D'une superficie de 5,98 km², le 20ème arrondissement a été créé en 1860 sous le Second Empire, par le rattachement à Paris d'une partie de la commune de Belleville, comprenant l'ancien village de Ménilmontant, et de la commune de Charonne. Le nom Ménilmontant proviendrait de "Mesnil Mau-tent", mesnil pour maison, mau-tent signifiant mal tenu, tenir ayant ici le sens de posséder.

    Sur commande
  • La Lutèce primitive tire son nom, selon certains, de sa blancheur (lucotis) due à l'usage du plâtre, selon d'autres le nom dérive de lutek, mot celtique signifiant marais qui bordaient les rives de la Seine. Paris doit son nom aux Parisii, occupants du site aux débuts de la période romaine. La présence du fleuve apparait encore dans "Par" qui signifie bateau, demeuré symbole porté sur le blason de la Ville.
    Des recherches récentes semblent montrer que le berceau des populations locales, avant l'arrivée des Romains, n'était pas Lutèce mais se situait du côté de Nanterre.
    Le 8ème arrondissement, avec l'avenue des Champs-Elysées, le siège de la Présidence de la République, divers ministères ainsi que la Concorde et l'Arc de Triomphe, est très étendu. Deux itinéraires sont proposés. Le promeneur pourra emprunter les moyens de transport pour joindre les points décrits.

    Sur commande
  • Au début de son histoire, un camp gallo-romain (castrum en latin) se tenait à l'emplacement de la ville. C'est donc tout naturelllement que ce lieu prit le nom de Chastres en 250 après Jésus-Christ. La ville ne deviendra Arpajon qu'en 1720 lorsque Louis de Séverac, marquis d'Arpajon, obtint le privilège de donner son nom à la commune. Aujourd'hui, Arpajon nous offre une histoire riche, mille fois remaniée et dépendante de l'environnement qui l'entoure. Pour la construire, les hommes ont puisé dans le sol les matériaux dont ils avaient besoin. Au fil du temps, de l'histoire, ses rues ont évolué, conservant des traces du passé et intégrant des éléments plus modernes, moins locaux.
    Ainsi, se mêlent dans la ville d'Arpajon des constructions utilisant des roches de la région parisienne et d'autres, souvent apportées plus récemment, provenant d'autres provinces, voire d'autres pays..

    Sur commande
empty