Les livres de votre été : BD et romans graphiques

  • blue period t.1

    Tsubasa Yamaguchi

    Yatora est un lycéen studieux à qui tout réussit. Pourtant, il ressent depuis toujours une impression de vide en lui. Jusqu'au jour où, par hasard, il tombe sur un tableau qui le subjugue littéralement... Très vite, Yatora réalise que peindre est le seul moyen de faire passer ses émotions et de se révéler. Cet événement le pousse à se livrer corps et âme à la peinture pour tenter le concours d'entrée de la plus sélective des écoles de Beaux-arts !

  • bottled

    Chris Gooch

    • Huber
    • 26 Mars 2021

    Quand l'amitié est trahie, il n'y a plus de limites... Trahie par sa meilleure amie devenue mannequin à succès, trompée par son petit ami, étouffée par des parents toxiques, Jane décide un beau jour qu'il est temps pour elle de quitter cette vie ne lui apportant qu'aigreur, colère, rancoeur et frustration. Puisque plus personne ne la respecte, elle sera prête à tout pour arriver à ses fins, quitte à risquer de se perdre en chemin.

  • Charbon t.1 ; l'espoir

    Michel Colline

    • Paquet
    • 21 Octobre 2020

    Charbon, une planète minière dirigée par l'Empereur Toxico. Afin de commercer avec les planètes voisines, et pour son seul profit, il règne en maître sur une terre polluée, où la végétation a disparu sous les poussières de charbon. Apollo est fils de mineur. Il travaille dans la mine à vérifier que les galeries soient sûres et entretenues. Il connaît chaque recoin comme sa poche. Mais un jour, alors qu'il fait sa ronde, il entend comme un drôle de bruit... Et il aperçoit une chose qu'il n'avait jamais vu... Ce sera le début d'une grande aventure, d'un nouvel espoir pour Charbon, à condition bien entendu que l'Empereur et ses sbires ne viennent pas tout gâcher.

  • Comment de´noncer ce que l'Europe veut a` tout prix ignorer ?

    L'Alge´rien Salim Zerrouki utilise un humour cinglant, noir, horriblement grinc¸ant et de´rangeant pour raconter ce que l'Europe appelle « crise migratoire » et regarde comme une menace.

    Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), pre`s de 17 000 personnes sont mortes ou disparues en Me´diterrane´e depuis 2014. En re´alite´, elles sont bien plus nombreuses.
    Parmi les migrants qui meurent chaque anne´e dans le monde, pre`s de trois sur quatre perdent la vie aux portes de l'Europe.

    Salim Zerrouki tente de re´veiller le peu d'humanite´ qui sommeille en nous.

    Alors que l'Union europe´enne finance des garde-co^tes libyens charge´s de ramener les migrants dans les camps de de´tention, qu'elle empe^che les ONG de secourir les embarcations en perdition en Me´diterrane´e, Salim Zerrouki s'efforce - quitte a` choquer - de nous faire prendre conscience de nos responsabilite´s.

    Comment re´ussir sa migration clandestine de´livre des conseils essentiels pour survivre a` la noyade, aux viols, a` la torture, au vol d'organes. Neuf histoires inde´pendantes.

    Toute ressemblance avec des faits re´els n'est pas fortuite...

  • Hommage aux rouleaux traditionnels chinois, ce livre-accordéon déploie en perspective cavalière les pérégrinations philosophiques du sage Song Jiang prodiguant ses conseils à quatre camarades, chacun originaire d´un point cardinal. Huit cartes inspirées des trigrammes taoïstes complètent ce livre-objet qui essaie de jeter un pont, à contre-temps, entre la peinture ancienne et les jeux d´arcade.

  • Pourquoi existe-t-il des religions dans le monde ? Ont-elles une origine commune ? Pourquoi les gens sont-ils croyants ? Nous sommes ici face aux interrogations les plus fondamentales, les plus intemporelles et peut-être les plus cruciales pour l'avenir des hommes sur la terre.
    Dans cet ouvrage novateur, Pascal Boyer apporte des réponses concrètes en s'appuyant sur des recherches en sciences du cerveau, en anthropologie en psychologie et en biologie de l'évolution. Cette approche croisée permet non seulement de comprendre enfin pourquoi la religion existe, mais aussi pourquoi la force de ces croyances peut pousser les hommes au don de soi mais aussi à l'intolérance et au fanatisme.
    Bouleversé par cet essai qui a changé son regard sur les croyants, Joseph Béhé en livre une adaptation remarquable qui permet, par l'image, de rendre accessible au plus grand nombre ces questions essentielles.

  • "J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fils".

    Robert Badinter. Richard Malka et Fred Bernard s'emparent de ce récit poignant et intime pour en livrer une interprétation lumineuse tout en pudeur et à l'émotion intacte.

  • Imbattable revient toujours. Lui, Toudi son fidèle stagiaire et Jean-Pierre le gendarme sont prêts à éteindre les incendies avec un verre de grenadine, ou arrêter un voleur en manque d'affection capable d'être à plusieurs endroits dans la même case. Même un fantôme visible seulement par les lecteurs leur donne à l'occasion un coup de main. Mais Imbattable peut compter sur un nouveau savant fou pour concevoir un robot indestructible qui risquerait de le faire définitivement sortir du cadre.
    Jamais à court d'idées, Pascal Jousselin construit son univers en toute liberté, en jonglant avec les codes visuels pour faire de la bande dessinée un espace ludique et dynamique. Dans ce troisième tome, il démontre une nouvelle fois les possibilités formelles infinies de ces gags graphiques qui font d'Imbattable "le seul véritable super-héros de bande dessinée", à travers cette série déjà culte.

  • Paul est de ces gens qui vérifient leurs sources et ne sombrent jamais dans les sottes superstitions. Lors d'un repas entre amis, il explose et explique l'importance de la logique. Déstabilisé par un cousin, il rentre chez lui et reçoit la visite d'un esprit. Et pas n'importe lequel : l'Esprit critique, bien déterminé à lui expliquer en quoi consiste vraiment la pensée scientifique.

  • l'entaille

    Antoine Maillard

    Le quotidien d'un groupe d'adolescents est chamboulé lorsque deux jeunes filles sont retrouvées un matin, sauvagement assassinées aux abords du lycée. La présence de la police empêche Pola de dealer autour de l'école, le discret Daniel a des pulsions de plus en plus morbides, et la populaire Laurie commence à se remémorer des souvenirs traumatisants. La vie de la petite bourgade est très vite rythmée par les flashs télévisés et la rumeur d'un dangereux meurtrier armé d'une batte se propage rapidement dans la ville. La fin des cours approchant, l'avenir semble incertain, pourtant chacun veut préserver l'illusion d'une éternelle insouciance. Mais le mal est pourtant bien là, dissimulé sous leurs yeux...
    Véritable hommage au cinéma de genre américain, L'Entaille nous plonge dans le quotidien d'une petite ville de bords de mer dont la tranquillité est soudainement rompue pars l'arrivée d'un tueur en série. On y retrouve ainsi tous les codes du slasher ou du teen movie qui sont ici habilement adaptés en bande dessinée. Les planches, entièrement réalisées au crayon papier, provoquent un sentiment d'irréalité proche du rêve éveillé et nous baignent instantanément dans une ambiance feutrée.
    Avec L'entaille, Antoine Maillard signe un récit initiatique contemporain où les adolescents quittent subitement le monde préservé de l'enfance pour affronter un univers d'adulte, inconnu et menaçant. Ainsi, l'intrigue centrale met en exergue les états d'âme juvéniles des personnages, leurs doutes et leur mal-être quotidien, dans des moments introspectifs qui renferment une forme de poésie.

  • Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu'il finit par trouver pour s'en guérir : se transformer en bouffon. C'est ainsi que s'écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérrieurement, en revanche, c'était le désespoir. »

  • la fête des ombres t.1

    Atelier Sento

    Chaque été, dans un village isolé du Japon, on célèbre la Fête des ombres, un étrange festival pendant lequel les habitants accueillent les âmes errantes des morts qui ont tout perdu, jusqu'au souvenir de leurs vies passées.
    Naoko, une jeune femme un peu rêveuse, a pour mission de guider l'une de ces ombres, un homme mystérieux hanté par un terrible secret. Si elle ne parvient pas à l'aider avant l'été suivant, l'ombre sera perdue à jamais.
    Au fil des saisons naissent des sentiments qui les rapprochent et brouillent la frontière entre le monde des vivants et des morts. Mais à force de côtoyer un fantôme, Naoko ne risque-t-elle pas de passer à côté de sa propre vie ?

  • Frappée chez elle par une météorite tombée du ciel, Ann Elisabeth Hodges vit sa vie transformée par la célébrité, elle qui était devenue la première humaine heurtée par un corps céleste. Au travers d'un jeu graphique époustouflant, Fabien Roché vous propose de découvrir cette histoire vraie sous différents angles : personnel, astronomique, historique, judiciaire, poétique et bien sûr... émouvant.

  • Alors qu'il n'est encore qu'un jeune garçon plein d'espoir, Adrian Tomine se fait une promesse : il deviendra un jour un grand auteur de bande dessinée, aussi talentueux que John Romita. Mais voilà, comment transforme-t-on un rêve d'enfant en une longue carrière de dessinateur ?
    Avec beaucoup d'humour et d'autodérision, Adrian Tomine revient sur son parcours, un marathon solitaire semé de déceptions, de gaffes et d'humiliations. De la mauvaise critique à la dédicace foireuse, il livre sans fard les moments les plus embarrassants de sa carrière, explorant au passage sa relation conflictuelle avec la bande dessinée et son industrie.
    Pensé comme un carnet de croquis qui prend la forme d'un journal intime, l'ouvrage se fragmente en plusieurs chapitres chronologiques où chaque page utilise le même découpage. Usant d'un dessin épuré et sans couleur, Adrian Tomine bouscule son propre style en supprimant tout enjolivement pour mieux souligner l'honnêteté autobiographique de son propos. Pourtant, on rit volontiers du malaise et de la gêne qui se dégage de chaque situation Cinq ans après la publication de son dernier livre, Les intrus, Adrian Tomine prouve sa capacité à se réinventer en proposant un ouvrage à la première personne, qui témoigne des difficultés et des désillusions rencontrées par les auteurs de bande dessinée. En exposant ainsi sa propre vulnérabilité, il délivre un portrait sincère et parfois douloureux d'une profession en manque de reconnaissance.

  • le jardin

    Gaëlle Geniller

    Années 1920. Rose est un garçon, et comme toutes les filles qu'il fréquente depuis sa naissance au cabaret dirigé par sa maman, il veut danser. Avec ce second livre, l'autrice de 24 ans, Gaëlle Geniller, frappe fort.
    "Le Jardin" est un cabaret parisien au succès grandissant dirigé par une femme. Toutes celles qui y travaillent ont un nom de fleur et l'ambiance y est familiale. Rose, un garçon de 19 ans, est né et a grandi dans cet établissement. Il souhaite à son tour être danseur et se produire sur la scène, devant un public, comme ses amies. Il va rapidement en devenir l'attraction principale.

  • Les terribles limaces tentaculaires de Zurg viennent d'envahir la Terre ! Cependant, tout n'est pas perdu car une résistance s'organise autour de son chef, un puissant lion qui ne connait pas la peur⦠jusqu'au jour où il est fait prisonnier, anéantissant ainsi tout espoir de liberté. C'était pourtant sans compter sur une petite souris débrouillarde⦠Lorsque Jean de La Fontaine rencontre Star Wars.

  • Tous les ans lors d'une veillée Ben et ses copains jettent une lanterne dans la rivière et suivent son périple à vélo en longeant l'eau. Cette année, cependant, ils sont bien décidés à aller jusqu'au bout et découvrir exactement où se retrouvent ces lampions. Rapidement le petit groupe se sépare et Ben, accompagné de l'étrange Nathaniel, poursuivent seuls l'aventure. C'est alors que le voyage prend une tournure surnaturelle.

  • Dans le monde d'Irpa, Béa vit avec son grand-père, un Cochon-Sorcier fabricant de potions et gardien de la Flamme éternelle. Quand il disparaît mystérieusement, la jeune fille doit surmonter son anxiété maladive pour tenter de le retrouver. Sa rencontre avec Cad, un Galdurien aussi enjoué qu'intrépide, pourrait bien changer le cours de son destin.

  • ne m'oublie pas

    Alix Garin

    • Lombard
    • 15 Janvier 2021

    La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d'Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l'enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l'hypothétique maison d'enfance de sa mamie.
    Une fuite, une quête, un égarement, l'occasion de se retrouver ? À moins que ce ne soit plutôt des adieux...

  • Thierry Murat revient avec le dernier volet d'un triptyque explorant la création artistique à travers les genres littéraires. Avec Ne reste que l'aube, il revisite le genre littéraire du récit de vampire et aborde les thèmes de l'art et de l'immortalité... En choisissant de situer son histoire dans un futur proche, il porte un regard aiguisé sur l'avenir de notre monde, devenu déshumanisé par la montée des réseaux sociaux, un monde où l'humanité se trouve peut-être là où on ne l'attend plus.

    Jørgen Nyberg est un peintre célèbre de la deuxième moitié du XXIe siècle. Il a installé sa notoriété grandissante avec des peintures de scènes intimistes aux formats gigantesques. D'une modernité implacable, ses toiles ont la particularité d'être exécutées avec une technique très ancienne de la Renaissance italienne. Ses oeuvres font autant parler d'elles sur le Workin'glass, le réseau social dominant, que la volonté de l'artiste de ne jamais apparaître en public. Avant d'être Jørgen Nyberg, il fût l'une des figures marquantes du Cinquecento, Giacomo della Fenice. Malheureusement, il meurt à 46 ans, en 1531, en Toscane, mordu à mort dans une ruelle de Sienne. L'immortalité lui est offerte par son agresseur, un vampire et collectionneur d'art qu'il n'a jamais revu.
    Cinq siècles plus tard, il vit et travaille dans un immense loft au 153e étage d'une tour de Stockholm où il réside, la lumière de l'aube y étant plus confortable. Un jour, Yris, l'intelligence artificielle qui gère son lien avec le monde extérieur, lui conseille vivement d'accepter un rendez-vous avec Niels, un jeune artiste étudiant fasciné par l'oeuvre et la troublante personnalité de Jørgen Nyberg. Une rencontre qui va bouleverser leurs vies.

  • Louise Collet est une jeune dessinatrice et illustratrice installée dans la région parisienne. Tout juste diplômée de l?école des Arts décoratifs de Paris, elle obtient une résidence à Pollen à Monflanquin (47) où elle s?installe pour trois mois fin 2019. Dans ce petit village du Lot-et-Garonne, elle rencontre Nénette. Agée, Nénette est à la retraite. Toute sa vie elle a été repasseuse. Une connivence puis une amitié se nouent entre les deux femmes.
    Nénette repasse et explique son travail et sa vie pendant que Louise l?écoute et la dessine. Une exposition a été présentée à Pollen fin 2019 où Louise Collet a montré les dessins qu?elle a réalisés avec Nénette. Loin d?un travail documentaire, l?artiste s?attache à faire le portrait en creux de la vieille dame. Subtil, délicat, précieux, ce travail a été remanié pour donner un livre accompagné d?un CD qui fait entendre la voix de Nénette.

  • Après avoir reçu un coup à la tête, une lycéenne se retrouve dans le monde d'un jeu vidéo, un otome game (jeu de drague), où elle incarne la riche héritière - et méchante - Katarina Claes, alors âgée de 8 ans ! Pour elle, la meilleure fin de ce jeu sera l'exil et la pire la mort ! Sachant que son destin sera scellé à ses 15 ans, Katarina va tout tenter pour éviter ce funeste destin !

  • solo leveling t.1

    ,

    • Kbooks
    • 7 Avril 2021

    Lorsque d'étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l'humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée entre les griffes des monstres qu'ils ont apportés avec eux. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de chasser. Ces combattants intrépides n'hésitent pas à foncer au coeur des donjons pour combattre les créatures qu'ils abritent.

empty